AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nous souhaitons la bienvenue à marie curie 19
recensement numéro 2 terminé. nouveaux avatars sont désormais libres ouais
vous pouvez désormais facebooker, alors rendez-vous dans ce joli sujet heart
viens vite t'inscrire à la première intrigue ici

Partagez|

J'ai besoin de toi, encore une fois ♣ Oakley & Asilys.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Smile Girl Bitch



MessageSujet: J'ai besoin de toi, encore une fois ♣ Oakley & Asilys. Dim 21 Aoû - 23:11





J'oublierais ton nom ... De milles façons.


J'étais dans la plus grande des angoisses, non seulement parce que je risquais de perdre mon entreprise mais surtout parce qu'on risquait d'entacher mon nom et donc celui de mes parents. Ils avaient toujours mis un point d'honneur à rester des gens respectable et bien vu et toute cette affaire n'arrangeait vraiment pas les choses. L'entreprise Salling & Co' était toute ma vie aussi, si je la perdais, je n'avais plus rien. Je n'avais pas d'homme en rentrant chez moi, pas de chien, ni de chat. Mas seule occupation à part moi, c'était cette foutu entreprise. Et je me haïssais d'avoir une vie aussi merdique, de n'avoir personne avec qui partager mes angoisses, mes peurs et mes joies. J'étais seule, dans mon appartement avec pour seul compagnie Erwan. Quand il daignait être la bien sur. J'avais donc décidé de me reprendre en main et de tout faire pour gagner ce combat. Après tout, j'avais toute les cartes en main pour réussir ; une volonté de fer, un super avocat. Encore fallait-il que le super avocat soit d'accord pour m'aider. J'avais beaucoup réfléchis avant de l'appeler. Disons que notre dernière discutions n'avait pas très bien finis ou du moins elle avait finis sur une note plutôt bizarre. Je n'allais pas dire que ça m'enchantais de revoir Oakley, celle faisait seulement une semaine que je ne l'avais pas vu et notre dernière discutions était trop fraîche à mon goût. Cependant, j'avais besoin de lui et il était hors de question que tout ce qui c'était passé m’empêche de garder mon entreprise. Nous allions être professionnel, j'allais ne pas craquer et tout ce passerais bien.

J'entrais alors dans le casino. Nous nous étions donné rendez-vous dans le principale restaurant du casino, je l'avais appelé la veille et la discutions au téléphone fut brève. Je ne lui avais pas vraiment expliquer les détails, je le ferais ce soir. Tandis que je me dirigeais vers le plus grand restaurant de l'établissement, une voix en me disait de repartir. Je fronçais les sourcils, surprise de moi même. Je devais me comporter en tant que professionnel et donc, je ne devais pas avoir peur. Une heure auparavant, je mettais pris la tête concernant mes vêtements. Je ne savais pas du tout comment m'habiller. Nous allions dans un endroit chic donc une belle robe était de rigueur mais je ne voulais pas qu'il croit que je prenais ce rendez-vous comme un rendez-vous galant ou autre. Pour moi, les choses étaient clair. J'avais donc opter pour une robe bustier noir, simple. Pas de paillettes, rien, juste du tissus noir. Mes cheveux quant à eux, était simplement détachés et bouclés. Je ne voulais pas me faire de coiffure trop formel. J'entrais dans le restaurant en question et un homme vint à ma rencontre. « Bonsoir. Vous avez réservé ? » Je le regardais et lui souris poliment, faisait par la suite un hochement de tête positif. J'avais réservé à mon nom ne voulant pas encombrer Oakley d'une tâche de plus à faire. « Oui. Salling. » L'homme en question me sourit puis il avança vers une table située dans le fond du restaurant. Je soupirais légèrement exaspérée. Pourquoi toujours une table en fond, cachée de la vue des gens ? Mais personne pour répondre à ma question et je pris donc place à la table, déposant mon sac sur le sol. Je croisais par la suite les gens, attendant Oakley. La pièce était bondé de monde mais la table en fond était plutôt une bonne idée finalement, je n'avais pas envie que les gens écoutent notre discutions d'affaire. Après tout, nous étions la pour ça.

En attendant la venu de Oakley, je commanda un verre de Tequila histoire de me détendre un peu. Non pas que j'étais une grande fan d'alcool, seulement l'alcool, ça détend et j'étais vraiment très crispé sur cette table. Mon regard ne cessait de vagabonder autour de moi, cherchant une tête familière. Je voulais me préparer mentalement à sa venu bien avant qu'il n'approche de la table. Mais je ne voyais rien pour le moment et plus les minutes passaient, plus j'angoissais. J'étais ce genre de fille qui stresse pour rien, ce fait parfois des films ou s'invente des excuses plus ridicules les unes que les autres. Je posa enfin mon regard vers l'entré du restaurant et le vis au loin. A cet instant, je cessa toute respiration si bien que mes joues devinrent rouge, j'en oubliais de respirer. La situation était plus gênante que je ne le pensais. Je pris soudain une grande inspiration, aillant trouver qu'il fallait que je respire calmement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




MessageSujet: Re: J'ai besoin de toi, encore une fois ♣ Oakley & Asilys. Lun 22 Aoû - 3:05



I'll never let you down




J’avais reçu la veille un coup de fil pour le moins inattendu. Depuis une semaine n’ayant aucune nouvelle d’Asilys je m’étais tout simplement dit qu’elle avait tiré un trait sur moi et sur ce qui s’était passée de façon définitive. Et même si j’avais du mal à accepter qu’elle réapparaisse dans ma vie pour disparaître tout aussitôt, une partie de moi s’était dit qu’il valait mieux que cela reste comme ça. Franchement, en une journée, j’avais dépassé la plupart des limites que je m’étais fixé depuis que je suis avec Sharly, et je n’étais pas fier de la façon dont les choses s’étaient déroulées. Cette histoire m’avait chamboulée au point de ne pas dormir correctement la nuit. J’essayais de comprendre ce qui m’avait pris, pourquoi je l’avais laissé m’embrasser et surtout pourquoi j’en avais fait de même en la laissant. C’était certes un geste affectueux pour lui dire au revoir, mais aussi complètement stupide de ma part. C’est donc avec étonnement qu’en décrochant j’avais reconnu sa voix. Le plus surprenant finalement n’était pas le fait qu’elle m’appelle, mais qu’elle ait besoin de moi professionnellement parlant. Mais finalement, après avoir raccroché, je m’étais dit que ce n’était pas tellement étonnant qu’elle connaisse quelques problèmes judiciaires. Quand on détient une entreprise aussi imposante que la sienne, soit on s’amuse à détourner la loi, soit on fait des jaloux qui vous accuseront de le faire. Ce n’était pas la première fois que j’avais un dossier du genre sur le dos, et même si je ne savais quasiment rien pour l’instant du problème en question, j’étais persuadé de pouvoir l’aider. J’étais touché qu’elle ai pensé à moi, après tout elle aurait très bien pu se tourner vers un autre avocat vu les circonstances.

J’avais avertie Sharly que j’avais un rendez-vous le soir-même avec l’un de mes clients. Je n’avais rien précisé de plus pour qu’elle ne s’inquiète pas. De toute manière elle travaillait ce soir et on ne se serait pas vu pour manger ensemble. J’avais repris une douche juste avant de partir, et m’était habillé d’un costume-cravate noir assez simple en fait, avec une chemise blanche. J’ai toujours aimé porter des vêtements classes sur moi, et de toute façon ma profession l’exige. Même si je le désirais, je ne pense pas qu’il serait très judicieux de venir à mon bureau en short et en t-shirt. Mes clients n’apprécieraient certainement pas cet air de touriste alors qu’ils attendent de moi un sérieux profond. L’habit ne fait pas le moine, mais pour certaines catégories de population l’aspect extérieur compte énormément. Je sais bien qu’Asilys s’en ficherait royalement que je vienne habillé d’un jean et d’une chemise, mais le lieu imposait à lui seul de faire un petit effort vestimentaire. Arrivés devant l’enceinte de l’établissement, je réajuste ma cravate et rentre à l’intérieur. Je marche jusqu’à l’entrée du restaurant convenu, regardant tout autour de moi dans l’espoir de la voir. Elle est là, au fond. Une table à l’écart de celle des autres, tant mieux. J’ai horreur de parler affaire avec en arrière-plan le bruit des conversations futiles de telle ou telle famille. Et puis ça m’étonnerait qu’elle veuille divulguer au monde entier ses soucis avec la justice. J’indique à un homme que j’ai rendez-vous avec Mademoiselle Salling, et il me sourit me laissant de ce fait passer et rejoindre la jeune femme sans difficultés. Nos regards se croisent même de loin, et mon cœur se resserre. Je ne savais même pas comment l’aborder. Je n’allais tout de même pas lui serrer la main froidement ! Je n’avais encore jamais mêlée vie sentimentale et vie professionnelle, et je n’étais pas sûre que le mélange soit enclin à la réussite. Pour le procès j’étais plutôt confiant, je ne perds jamais et je me bats jusqu’au bout avec un acharnement sans limites. Mais pour ce qui va être de l’aspect relationnel c’est une toute autre histoire. Mon instinct me dit que ça ne sera pas si évident que ça de mettre de côté toutes nos émotions. Même après une semaine, j’étais toujours en béquilles. Seulement, on pouvait noter une nette amélioration dans ma façon de me déplacer. Je n’étais plus le gars boiteux à souhait qui traîne ses deux pattes tel des boulets à canon. Non, cette fois-ci ma démarche était un petit peu plus souple, bien qu’un tantinet maladroite. Et j’étais capable de rester debout quelques secondes sans avoir forcément à m’appuyer sur un meuble. Je me rétablissais rapidement, et le médecin ne cessait d’être impressionné par mes résultats.

Le moment fatidique arriva, celui où je me retrouvais juste devant Asilys. Je décide de me pencher, et de lui faire la bise tout simplement. Un mini-sourire aux lèvres, je suis le premier à prendre la parole. « Excuse-moi si je t’ai fait attendre. Je suis encore un peu long à la détente quand il s’agit de prendre une douche et de s’habiller. » J’avais en effet encore un peu de mal à me rendre compte du temps qu’il me fallait pour me préparer. Ne pas pouvoir tenir debout correctement peut être une sacré plaie. Je prends place sur ma chaise, pose les béquilles contre le mur de sorte à ne gêner personne, et laisse tomber la veste de mon costume sur la chaise. Je préfère nettement être en chemise pour dîner. Un serveur arrive et me demande ce que je voudrais boire, étant donné qu’Asilys avait déjà commandé quelque chose pour elle. Je n’avais sincèrement aucune idée de ce que je voulais boire, et c’est presque avec dépit que je commande une bière. Rien de très fort je le conçois, mais je n’étais de toute façon pas ici pour me soûler. Je me redresse sur ma chaise et croise à nouveau le regard de mon amie. Cette appellation me laisse assez perplexe en fait, parce que bien que je la considère effectivement comme une amie, les sentiments entremêlés à cette relation sont bien trop complexe pour les définir en un seul mot. Mais bref, je n’étais pas là pour faire un débat sur ce que nous étions réellement, j’étais là pour travailler. On me sert ma bière, je remercie le serveur et me mordille la lèvre. « Tu avais l’air plutôt inquiète au téléphone… En quoi puis-je t’être utile exactement ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

J'ai besoin de toi, encore une fois ♣ Oakley & Asilys.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: South Phoenix :: Casino-