AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nous souhaitons la bienvenue à marie curie 19
recensement numéro 2 terminé. nouveaux avatars sont désormais libres ouais
vous pouvez désormais facebooker, alors rendez-vous dans ce joli sujet heart
viens vite t'inscrire à la première intrigue ici

Partagez|

Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar




MessageSujet: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Sam 6 Aoû - 2:00


Tu parle d'un retour!!

Spoiler:
 

Phoenix, ma ville natale! Je devrais être heureux de retrouver là où je suis né, et pourtant je ne le suis pas. Du moins plus depuis que j'ai fuis il y a quelques années tel un voleur car il refusait complètement d'assumer ses responsabilités et ses sentiments! Je ne me sentais plus à ma place depuis ce jour. Mais pour le boulot je n'avais pas eus d'autre choix que de revenir ici afin de faire des recherches archéologique. J'aime mon métier, je l'aime énormément ça c'est sur, mais je n'ai jamais été aussi in intéressé et peut sérieux dans mon travail depuis que je suis là.

Encore aujourd'hui avait été une journée merdique et j'avais été bien heureux de rentrer chez moi, dans l'appartement vide où j'étais seul à vivre.La décoration était chouette, entre le baroque et le moderne une pointe de noir et de beige par-ci par-là, on s'y sentait bien, mais pour moi ça ne me servait à rien, je voulais le partager avec quelqu'un. Vous me croyez si je vous disais qu'encore aucunes filles n'étaient venues ici? Bah pourtant c'est vrai...
C'est direction la cuisine que je me filais me remplir le ventre, j'étais plein de sueurs, mais je me devais me remplir le ventre avant! Puis une fois le ventre plein je filais à la salle de bain prendre une bonne douche et m'installa devant la télé avec une serviette autour de la taille, et un verre de bourbon dans l'autre. Je fixais la télé sans grand intérêt et vida mon verre pour enfin m'habiller. Un jean bleu foncé qui tire plus sur le noir, puis une chemise noir et ma veste en cuir et je partis.

Je trouva bien vite un bar qui m'ouvrit chaleureusement les bras! A l'intérieur? De l'alcool, des mecs bourrés et des nanas! Je me dirigea vers le comptoir afin de commander un verre. Bien vite quelques minettes vinrent me voir, je n'y prêta pas attention et sortis après avoir fini mon verre.
Je marchais tranquillement dans les rues quand des cris, du moins il me semble que ce sont des cris, me parvint aux oreilles. On dirait une femme...


Dernière édition par Dwayne N. Milligan le Sam 6 Aoû - 8:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Sam 6 Aoû - 3:54


le pardon est la chose la plus difficile à faire,
surtout quand il s'agit de toi.

Un soir comme tous les soirs. Je passais de table en table pour servir tous les clients. Le bar était bondé. De quoi en perdre totalement la tête. Je posais mon plateau sur le comptoir et annonçait ma commande au barman. J’attendais patiemment le temps qu’il prépare tout. « Tu peux y aller Sharly. Tu as assez travaillé pour aujourd’hui. Vas retrouver Oakley, il a besoin de toi en ce moment. » Le changement de patron avait été un véritable soulagement. Autant pour moi que pour mes collègues. L’ancien était vraiment ignoble et cruel. Avec cette nouvelle patronne, tout allait mieux. On s’entendait à merveille. « Merci. C’est super gentil. Bon à demain alors. » Je retire mon tablier pour le pendre sur un des crochets. J’étais vraiment contente de pouvoir rentrer à la maison. J’avais mal aux pieds, mal aux jambes. On perd facilement ce qu’on pense acquis. En ayant dû porter un plâtre pendant une semaine, je n’ai pas pu travailler. Mon retour au bar avait été très dur et encore maintenant malgré les quelques jours que j’avais déjà fait. Heureusement qu’on n’est pas dans l’obligation de porter des talons et que je peux opter pour des baskets parce que sinon, je serais déjà morte dans un coin de la salle. Je fais un petit salut à mes collègues en leur souhaitant une bonne fermeture du bar et du club. Ils leur restaient encore trois bonnes heures. Pour ma part, je rentrais tranquillement. J’avais l’habitude de garer la voiture proche de mon lieu de travail. Mais aujourd’hui aucune place à l’horizon. J’avais dû la laisser à dix minutes à pieds. J’allais encore devoir faire quelques pas avant de pouvoir souffler un bon coup. Une bonne douche, voilà ce à quoi je rêvais à cet instant même. Et puis, me mettre sous la couette pour pouvoir me blottir contre Oakley. Marchant tranquillement, j’avais opté pour une petite ruelle. Passer par là, me permettait de gagner quelques minutes. A l’allée, je l’avais fait. Mais je n’aurais pas pensé qu’elle faisait aussi peur que cela. Normal quand on passe de jour, ce n’est pas aussi effrayant que la nuit. Je ne suis pas du genre à avoir peur, loin de là. Je ne craignais rien en passant par là. Je n’allais pas me faire attaquer par un vampire ou un truc dans le genre. On n’était pas dans un film ou une série. Je pouvais marcher sans me faire de soucier. C’est ce que je fis du moins jusqu’au milieu de la ruelle. C’est un petit bruit qui me fit me retourner. C’était surement un chat ou une bestiole de ce genre qui fouillait dans une poubelle. Rien à craindre. Mais lorsque je me suis retourné, trois hommes étaient devant moi. Du moins, ils avançaient droit sur moi. Plongeant ma main dans mon sac, j’essayais d’attraper une bombe. Oakley voulait que j’en aie toujours une sur moi. Le problème, c’est que je suis tellement têtue que je me souviens l’avoir enlever du sac. J’avais été vraiment idiote sur ce coup-là, je m’en mordais les doigts. La panique s’empara un peu de moi. Je devais paraître tranquille et sereine. Ça se trouve, ils passaient au même endroit que moi pour se rendre au hip hop dance ou bien dans un autre bar.

« Alors ma belle, on aime bien se balader seule dans les rues de Phoenix. » J’aurais dû me rappeler que j’étais dans le quartier de West. Que ce quartier était vu comme dangereux. J’y avais habité et rien ne m’était arrivé pourtant je passais par ces ruelles. Les choses changent et des gens dangereux peuvent y avoir élu domicile depuis le temps. Je marchais la tête droite sans baisser les yeux ou faire voir ma peur dans mes yeux. « Vous avez vu, elle croit pouvoir quitter cette ruelle comme ça. » L’un d’eux se rapprocha de moi. Je reculais encore et encore jusqu’à me retrouver le dos contre le mur. J’étais coincé et je cherchais une solution afin de me sortir de là. Je devais déjà trouver une solution pour celui-là. D’un seul coup mon pied se rua directement entre les jambes de ce cher homme. Je me suis mise à courir. « Attrapez cette ga**. » Je courais jusqu’à sentir une force sur moi. Un des hommes venait de me saute dessus. J’étais bloqué au sol. Il était au-dessus de moi et me regarda en souriant. « Lâchez-moi espèce de porc. » Attrapant mon sac, il le balança au loin. Je sentis une main venir attraper ma veste. Je me débattais dans tous les sens essayant de me délivrer ses horribles mains. J’essayais de sortir là, mais l’homme allait beaucoup trop loin. La seule chose que je pouvais essayer encore de faire, c’était de crier. Et c’est ce que je fis. Je me mis à crier et à crier encore plus. Heureusement que j’avais donné toutes mes tripes dans ces cris parce que je ne pouvais pas le faire maintenant qu’une main était sur ma bouche. Je lui mordis la main ce qui le fit crier.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Sam 6 Aoû - 8:26


"Je ne pensais pas te revoir dans une telle situation..."

J'allais poursuivre ma route quand les cris se firent de nouveaux entendre, bien plus fort et plus strident, sans réfléchir je courut alors vers le cris. Une sorte de grille débile me bloqua la route alors je passa par dessus, bah oui réflex quoi! Je vis de suite un homme à terre, plier en deux, il allait dire un truc quand je vis deux autre hommes et une femme à terre, alors je lança mon pied qui alla se blotir violemment dans le ventre du voyou déjà au sol et courut vers l'autre je le jeta sur le côté tandis que l'autre agripp par derrière.

J'allais répliquer quand je vis le visage de la personne qui ce faisait agresser, je crus que mon coeur allait s'arrêter... Je venais de sauver une vie et pas n'importe laquelle, celle de Sharly... Je ne pensais pas la retrouver ainsi!
Je sortis bien vite de mes idées quand je reçu un coup dans le ventre. Je me débattu et mon poing partie dans la tronche du mec qui m'aggripait qui tomba par terre, c'est alors que je me rua sur l'autre. J'avais quelques années de Free Fight derrière moi, alors je bloqua ses bras et tapa derrière les genoux avec mon pied il tomba au sol et je cogna. Quand je vis qu'il n'était plus en mesure de se lever, je me redressa et ramassa les affaire de sharly.

-Faut pas rester là! Excuse moi pour ce que je vais faire.

C'est alors que sans même lui laisser le temps de dire quoique ce soit, je la porta, son odeur vint m'envahir les narines mais je me devais de penser à autre chose, le temps qu'elle soit en sécurité. Puis je courus nous planquer quelques rues plus loin, pas loin de chez moi d'ailleurs. Et je la reposa doucement au sol lui donna son sac. Mon regard ne pus s'empêcher de la dévisager comme si je venais voir la vierge marie, un miracle... Sharly, c'était bien elle.... Je ne savais plus quoi dire, ni quoi faire...

-Je...J'espère que tu n'as rien... sa santé me préoccupait plus que mon état même si je commençais à sentir une douleur abdominale là où le coup était partit, ainsi que des picotement à la lèvres et à l'arcade. Surement un poing dans la figure qui c'était perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Sam 6 Aoû - 9:04


le pardon est la chose la plus difficile à faire,
surtout quand il s'agit de toi.

Mon sac étant trop loin, je n’arrivais pas à l’atteindre pour attraper mon portable. De toute façon même si je l’avais eu entre les mains, il ne m’aurait servi à rien. Oakley était en fauteuil roulant, il n’aurait pas pu venir. Et le temps que la police vienne, je me serais déjà fait agresser. On peut vraiment dire que la malchance pèse sur moi en ce moment. L’accident de voiture et maintenant, cette agression. J’avais beau me débattre rien n’y faisait, j’étais prise au piège. On peut dire que la peur devait se lire sur mon visage. Mon heure était venue. Ces hommes allaient abuser de moi et me laisser dans un sale état, si bien que je saurais peut-être morte. Je pensais à Oakley. Le pauvre, déjà qu’il n’allait pas bien en ce moment. Ça allait le détruire si je mourais aujourd’hui. Une rage s’empara de moi. Je fis partir mon poing mais ça n’eut que l’effet d’une gifle dans le vent. Seulement, une surprise arriva droit sur nous. Un homme flanqua un énorme coup de pied dans le ventre de celui qui me retenait au sol. Je me mis à ramper sur le sol pour me mettre en arrière. Blottit contre une poubelle, je me balançais d’avant en arrière. J’avais froid pourtant j’avais ma veste. Des larmes coulèrent sur mes joues. C’était surement du au faite que je venais d’être sauver par un homme. Un homme que je ne connaissais même pas. Il était mon sauveur et je ne savais pas comment le remercier de ça. Des gens, comme ça, étaient rares de nos jours. Ils préfèrent largement s’occuper de leurs propres affaires. Cet homme était fort, très fort. Il me faisait penser à quelqu’un par sa carrure mais je n’aurais pas pû dire à qui. L’homme ramassa mes affaires et se dirigea vers moi. «Faut pas rester là! Excuse moi pour ce que je vais faire.» Mon regard se plongea dans le sien. Ce n’était pas un homme inconnu qui venait de me sauver. Non. C’était Dwayne en personne. C’était celui qui m’avait brisé le cœur il y a de cela six ans. Je ne pouvais pas y croire. C’était un rêve. Non. Dwayne était partit du jour au lendemain sans rien dire à personne. J’allais parler, mais aucun mot ne sortit de ma bouche et ne put en sortir étant donné qu’il me prit dans ses bras. Il se mit à courir. Tout le long, j’essayais de me dire que ce n’était pas lui. Que c’était quelqu’un qui lui ressemblait c’est tout. Pourtant, il avait exactement le même regard. Exactement les mêmes traits du visage. C’était Dwayne avec juste six années de plus.

Il me posa au sol en me tendant mon sac. Je l’attrapais directement lui tournant le dos. Vu la façon dont il m’avait parlé tout à l’heure, c’était bien lui. Une personne inconnue ne m’aurait pas tutoyé de la sorte et ne m’aurait pas dit ça. Je frottais mon pantalon pour y enlever la poussière. « Je...J'espère que tu n'as rien... » Je passais ma main dans mes cheveux pour remettre les mèches qui partaient dans tous les sens. Toujours de dos, je ne pouvais pas le regarder en face. Je ne lui avais pas encore pardonné ce foutu pari et encore moins d’être partit du jour au lendemain sans donner de nouvelles. Je n’avais pas pû lui dire tout ce que je pensais. Et cette nuit, ce n’était pas vraiment le bon moment. Je voulais juste rentrer chez moi et me sentir à sécurité. Mais s’il venait à me demander pardon, je crois bien que j’allais me montrer plutôt méchante et lui sortir tout à la figure. Et ça risquait de n’être pas très joli à entendre. J’avais trop souffert à cause de lui. « Je vais bien. » Mon ton était sec et froid. Je n’avais pas envie de jouer à la princesse en détresse qui tombe dans les bras de son sauveur et qui l’embrasse à pleine bouche. C’était loin d’être comme ça et même si Dwayne m’avait sauvé cette fois. Fouillant dans mon sac, j’attrapais mon portable. J’aurais déjà dû être à la maison. Je ne voulais pas qu’Oakley s’inquiète. Tapant rapidement sur les touches, je lui écrivais un petit message disant que je faisais des heures supplémentaires et que je ne rentrais pas tout de suite. Je n’avais pas envie de rentrer tout de suite. Je pris place sur un banc. J’avais eu très peur, très peur de mourir. C’était passé un très peu. Si Dwayne n’avait pas été dans les parages, ça n’aurait pas fini ainsi. «Merci. » C’était un petite merci à peine audible. Je n’étais pas même sure qu’il l’est entendu vu comme c’était un chuchotement.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Sam 6 Aoû - 11:04


"Je ne pensais pas te revoir dans une telle situation..."

Elle me tournait le dos, et j'en profitais donc pour baisser les yeux. Mon coeur battait si vite, j'ai l'impression d'être une de ses meuf dans les films à l'eau de rose. J'arrive à me dégouter c'est pour vous dire! Elle me répondit qu'elle allait bien, d'un ton froid et sec. Je ne m'attendais pas du tout à des attentes chaleureuse alors ça ne m'étonna pas du tout. Je m'y attendais même... Mais j'aurai au moins voulut qu'elle me fasse, face.Mais après tout je pense que je ne pouvais pas lui en vouloir, que je le méritais amplement.

Elle sortit son téléphone et écrivit quelque chose qu'elle envoya. Je porta ma main à ma lèvre et grimaça tandis qu'elle s'assied et me remercia. Je fais quoi? Je reste où je rentre? Non je ne peux pas fuir de nouveau! Je dois faire face à ce que j'aurai due faire face il y a six ans de ça. Alors qu'elle était assise sur le banc, je pris mon courage en main

-Sharly.... Je te demande pas de me pardonner, mais au moins d'écouter ce que j'ai à te dire. Je soupira un coup avant de me lancer. Le pari était vrai au début... Mais quand j'ai commencer à te connaître réellement tu as tout changer en moi! Et alors le pari m'est sortit de la tête, je n'y pensais plus car pour moi il n'existait plus! Et si j'ai couché avec toi ce n'est pas pour gagner ce pari de merde! Mais parce que c'était ma première fois que je le faisais par ....par... aller sort le! parce que j'en avais envie du plus profond de moi! J'ai agis avec mon coeur et non avec autre chose! J'ai jamais été doué pour parler de mes sentiments mais... je soupira las, pourquoi elle m'écouterait! je ne pense pas que tu ai envie d'en parler... mais si tu veux au moins venir chez moi, laisse moi t'offrir un café chaud... s'il te plaît... Accroupie face à elle je l'a suppliait du regard! Pour une fois dans ma vie que j'étais sincère.

Ça m'étonne qu'elle accepte, mais ça serait toujours mieux que dans cette rue, toujours mieux que près de l'endroit où elle avait faillit y passé par cette bande de porcs! Quand j'étais jeune je ne pensais qu'à ça! Le sexe! A présent je vois autre chose... les sentiments, l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Sam 6 Aoû - 22:54


Me sauver ne change rien,
je te déteste toujours autant.

Six ans. Six années pendant lesquelles j’ai réfléchi, j’ai souffert, j’ai fait n’importe quoi. Six années qui aurait pû être normal. Mais j’en ai décidé autrement lorsque je suis devenue une autre Sharly. Où j’ai troquer la petite fille gentille, douce et romantique contre une jeune femme qui couche à droite et gauche, qui n’arrive même plus à aimer, qui ne parle plus à sa mère et qui a un job de serveuse. Je suis devenue le total opposé de ce que je pensais être et tout ça à cause d’un garçon. Et pas n’importe quel garçon : Dwayne. Je ne peux pas dire que j’ai détesté cette fille car c’est comme ça que j’ai rencontré Oakley. Quelque part dans ma descente en Enfer, j’ai rencontré une lumière qui m’a redonné envie de vivre et du courage. Tout ça Dwayne ne le sait pas parce qu’il a été trop préoccupé à quitter Phoenix. S’il n’aurait pas pris ses jambes à son cou, les choses ne se seraient peut-être pas passer ainsi. On aurait pû parler, j’aurais pû lui pardonner. Car avant de rencontrer d’Oakley, j’étais encore folle amoureuse de lui. Même si je ne m’en rendais pas compte, j’attendais son retour. C’était une perte de temps et j’ai plus souffert qu’autre chose. Car s’il était partit, c’est parce qu’il ne m’aimait pas assez, que ce pari en était vraiment un pour lui, qu’il avait eu ce qu’il voulait. Alors non, ce sauvetage ne me ferait pas oublier tout ça, ne me ferait pas oublier quelle personne était Dwayne. «Sharly.... Je te demande pas de me pardonner, mais au moins d'écouter ce que j'ai à te dire. Le pari était vrai au début... Mais quand j'ai commencé à te connaître réellement tu as tout changé en moi! Et alors le pari m'est sortit de la tête, je n'y pensais plus car pour moi il n'existait plus! Et si j'ai couché avec toi ce n'est pas pour gagner ce pari de merde! Mais parce que c'était ma première fois que je le faisais par ....par... parce que j'en avais envie du plus profond de moi! J'ai agis avec mon cœur et non avec autre chose! J'ai jamais été doué pour parler de mes sentiments mais... je ne pense pas que tu ai envie d'en parler... mais si tu veux au moins venir chez moi, laisse moi t'offrir un café chaud... s'il te plaît... » De belles paroles. Des belles paroles que je ne pouvais pas croire. Il m’avait déjà mentit une fois, et ce n’était qu’un deuxième mensonge pour m’avoir une nouvelle fois dans son lit. Je dois dire que c’est dur de le voir dire de telle chose. Car mon amour pour Dwayne n’a jamais vraiment disparu. Il a été mon premier grand amour, un truc qui ne disparaît jamais. Et le voir ainsi en face de moi en train de me dire que la pari est devenu de réels sentiments, me rappelle notre premier baiser, notre première fois, nos ballades main dans la main, les blagues pas drôles auxquels je rigolais tout le temps… enfin peut-être que c’était vrai. Mais je n’avais pas envie de le voir débarquer dans ma vie comme ça. Après tout ce que j’avais réussi à reconstruire. J’étais une femme qui allait se marier dans peu de temps, je suis amoureuse de mon fiancé et j’ai des plans d’avenir pleins la tête. « Tu crois que revenir comme ça en me disant de jolies paroles va tout changer. Tu te trompes Dwayne. Tu es partit du jour au lendemain sans rien dire, sans explication. Tu t’es enfuit comme un lâche et maintenant tu me dis que ce pari n’en était plus un à la fin. Comment je peux croire une telle chose ? Ma vie a changé depuis, je ne suis plus la Sharly que tu as connu. » Je m’étais redressé pour lui faire face. La colère se lisait sur mon visage. Je n’étais pas délicate, je ne pesais pas mes mots. J’allais droit au but comme j’avais appris à le faire en six ans. La franchise est importante et si un jour, il redevient un ami pour moi. Je veux cette franchise, je veux la vérité à chaque moment. Sa proposition de café, honnêtement je n’avais pas envie de l’accepter. Mais rentrer non, je ne pouvais. J’avais peur de rentrer seule, j’avais peur de faire face à quelqu’un. Oakley serait furieux, il ne voudrait plus que j’aille toute seule travailler. Et je ne voulais pas d’un garde du corps. « J’accepte de venir boire un café, mais ne croit pas une seule seconde que tu es pardonné ou autre chose. Je n’ai pas envie de rentrer maintenant et surtout pas de rentrer seule. » Ma voix était plus douce, plus gentille. Ce n’était qu’un passage car j’avais envie de lui dire tout. De lui dire ce que j’avais sur le cœur et ce que j’avais trop longtemps gardé enfouie. J’avais envie que sa sorte. De tout lui dire. Je faisais peut-être une monumentale erreur en parlant avec Dwayne. De toute façon, je ne cacherais rien à Oakley. Je lui dirais tout, toute la discussion mot pour mot. On ne se cache rien car pour nous, c’est important.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 1:23


"un homme peut supporter énormément de choses, sauf ses vrais sentiments!"

Elle était folle furieuse après moi et je le comprenais parfaitement, je l'écoutais parler et déballer son sac du moins une partie. « Tu crois que revenir comme ça en me disant de jolies paroles va tout changer. Tu te trompes Dwayne. Tu es partit du jour au lendemain sans rien dire, sans explication. Tu t’es enfuit comme un lâche et maintenant tu me dis que ce pari n’en était plus un à la fin. Comment je peux croire une telle chose ? Ma vie a changé depuis, je ne suis plus la Sharly que tu as connu. » C'est vraie que je m'étais enfoui comme un lâche, mais j'avais une telle préssion sur le dos que j'ai paniqué et je suis partis. Je pensais que jamais elle me pardonnerai alors pourquoi rester dans une ville où celle qui aurait pue embéllir ma vie ne voulait plus de moi? Ça servait à rien.... Je n'aurais peut-être jamais dû revenir, accepter ce déplacement pour le boulot. « J’accepte de venir boire un café, mais ne croit pas une seule seconde que tu es pardonné ou autre chose. Je n’ai pas envie de rentrer maintenant et surtout pas de rentrer seule. » Alors sans un mot je marchai en direction de chez moi, mon esprit divagua et je fus pris de souvenir pas super agréable.

Flash Back

Je venais de rentrer de cette soirée qui avait mal tourné, ma mère dormait encore et mon père m'attendait de pied ferme. Je ne me doutais pas une seconde que j'allais prendre chère. A peine avais-je poser un pied dans le salon que la lumière s'alluma, mon père était là assied dans son canapé que personne ne devait touché, un cigare dans la bouche.

-Tu rentre bien tôt dit moi! Ca c'est mal passé au lycée?!
-Papa? Qu'est-ce que tu fait là, tu devrais être couché!
-La ferme! Figure toi que j'ai entendu ce qui s'est passé! Triple idiot! Je reçu en pleine face un poing monumentale. Si une chose que mon père ne supportait pas, c'était que je puisse nuire à sa réputation! Ma mère fut alerté par le bruit et descendis, elle vis ma lèvre ouverte et fut prise d'horreur! Dwayne, il est temps que je te donne une bonne leçon! Ma mère voulut intervenir mais je leva la main et la coupa. Puis alors mon poing se lança dans la figure de mon père.
-Te fatigue pas je me casse d'ici ! Après ça je prenais mes affaires, mon passeport et je partais. Mon père m'avait toujours dit que j'étais incapable d'aller au bout de ce que j'entreprenais, que j'étais incapable d'assumer et surtout d'aimer! Que je savais juste fuir. Et il avait raison.

Fin Flash Back

Je ne m'étais pas rendu compte qu'on était arrivé chez moi, alors arrivés devant la porte de mon appartement, je l'ouvrit et invita Sharly à entrer. Pendant qu'elle entrait, je retira ma veste et alla faire du café silencieux et le visage fermé.

-Installe toi... le café est entrain de passer...je reviens. Je la laissa quelques instants le temps d'aller dans ma chambre, de retirer ma chemise et de m'assoir sur le lit, visage entre les mains. Elle est là dans la pièce d'à côté et je flippe, encore! Je me releva, pris un tee-shirt noir et l'enfila puis retourna dans la cuisine. Le café avait fini de passer et je nous servis de tasse. le sucre posé sur la table je préféra la laisser faire. -Je suis pose que tu as envie de m'en foutre plein la gueule alors fait toi plaisir je t'écoute. ça y est je suis entrain de me refermer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 4:05


Me sauver ne change rien,
je te déteste toujours autant.

J’avais accepté ce café juste pour ne pas rentrer maintenant. Chose que je n’aurais pas dû faire. J’avais toujours voulu ne plus jamais revoir Dwayne. Je voulais le tenir loin de ma nouvelle vie pour éviter le bordel. Si jamais, Dwayne et Oakley se rencontraient, ça saurait très mauvais. Je ne voulais pas de disputes, pas de bagarres. Je suivais tranquillement Dwayne jusqu’à son chez lui. Un moment d’hésitation avant de faire mon entrée. Je me dirigeais vers le salon alors que Dwayne allait préparer le café. Je retirais ma veste et la posait sur le canapé. Je regardais autours de moi. Rien de vraiment spéciale dans l’appartement. J’avais habité dans le West et je connaissais les appartements. Ils n’étaient pas dignes des magnifiques appartements d’Arcadia. Cependant, au moins, ça ressemblait à la vie des gens. Vivre à NorthWest, j’aimais ça parce que ce n’était pas Arcadia mais ça ressemblait plus à West avec des fleurs et de la verdure. « Installe toi... le café est entrain de passer...je reviens. » Je pris place sur le canapé, les mains posaient sur mes jambes. Je bougeais nerveusement. Etre là n’était pas une bonne chose. Et oui, ça fait des milliers de fois que je le dis et pourtant, je suis toujours là. Je m’apprêtais à me lever lorsque Dwayne est revenu. M’enfuir en douce n’avait pas marché. Dwayne s’était changé, il avait remplacé sa chemise par un tee-shirt noir. « Je suppose que tu as envie de m'en foutre plein la gueule alors fait toi plaisir je t'écoute. » J’attrapais ma tasse pour y mettre un sucre. Je n’arrivais jamais à boire mon café pur. Il me fallait toujours un sucre pour pouvoir l’avaler et ça même si j’en buvais continuellement. Buvant une gorgée pour ensuite reposer la tasse sur la table basse. Je gardais mon calme pour ne pas m’énerver immédiatement. Mais ce fut difficile de garder tout au fond de moi. Qu’il me dise que je pouvais tout lui balancer à la figure, m’énervait au plus haut point. Pour une fois dans sa vie, il ne pouvait pas se montrer en homme. « C’est ça que je déteste. Tu n’as de courage. Tu préfères t’enfuir au lieu de dire les choses et les assumer. Tu baisses les bras trop facilement. Tu sais le téléphone et internet, ça existe. » Je mettais lever. Marcher me faisait du bien et ça évacuait un minimum ma colère. J’avais pris cette habitude depuis un bon moment. Je ne sais pas si ça marchait mais je le faisais quand même. Et encore, il n’avait pas encore tout entendu. Je n’allais pas m’arrêter ici. « Moi, je n’ai pas envie de mentir, ni de faire semblant. Te revoir à Phoenix ravive le passé et j’aurais préféré que ce passé reste loin derrière. Je suis bien maintenant alors je n’ai pas envie que tu reviennes pour mettre le bazar. » ça raviver tout. Tous mes sentiments. Tous les moments. Tous les souvenirs qui se balançaient dans ma tête. Je me rappelle encore de la fois où il m’avait entrainé dans le placard à balai du concierge. Ça juste pour passer un moment avec moi et m’embrasser en tranquillité. J’aimais ces initiatives. Elles étaient si soudaines et spontanées. C’est ce qu’il me fallait un peu de ça dans ma folle de vie de fille unique aux parents bourrés de tunes. Seulement, c’était de la naïveté cela et c’était ce qui m’avait tombé dans ses bras. Trop naïve. Seulement, j’avais été heureuse et cela même si ça avait duré un peu moins d’une année. C’était un passage dans ma vie, un passage que le destin avait surement dû vouloir. Il m’avait détruit mais il m’avait rendu plus forte. Il m’avait permise de faire des choses dont je pensais incapable comme celle de dire « oui » à un homme et d’en plus vouloir des enfants de lui. Quand je rêvais, je ne voulais pas de mariage. Et pourtant, j’avais changé d’avis parce que j’avais trouvé la bonne personne. Celle qui me fallait. Et ça, Dwayne devait le savoir pour qu’il sache sur quel terrain, il avait mis les pieds et pourquoi je ne voulais pas qu’il remette le bazar. « Je tiens à te le dire. Je suis fiancée. C’est un homme exceptionnel et je tiens à lui plus que tout. Je ne veux pas le perdre et surtout pas à cause de toi. » Voilà, il savait la vérité. Il savait que je n’étais plus une femme célibataire. Je suis fiancée et je ne suis pas prête à laisser tomber Oakley. Je ne lui ferais jamais ce mal. Car je sais ce que ça fait de se faire briser le cœur en mille morceaux. De toute façon, mes sentiments envers Dwayne ne sont plus aussi importants que par le passé et que ceux pour Oakley sont mille fois plus importants.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 5:16


"Appeler moi super connard."

Elle était installée au salon, elle prit un sucre qu'elle mit dans son café, ça n'avait visiblement pas changé. Je préférais boire le miens pure, afin de rester éveiller et conscient de ce que je fais. Autrement je perd vite les pédales et ce n'était pas du tout le moment. Elle but une gorgé, posa sa tête et là je me prépara à faire mes prières. Depuis quand je craignais les femmes?! Non juste elle! « C’est ça que je déteste. Tu n’as de courage. Tu préfères t’enfuir au lieu de dire les choses et les assumer. Tu baisses les bras trop facilement. Tu sais le téléphone et internet, ça existe. » Quoi? D'où j'assumais pas?! Ce que je lui ai dit toute à l'heure ne lui a pas fait titler dans son cerveau de brune?! Ma parole! « Moi, je n’ai pas envie de mentir, ni de faire semblant. Te revoir à Phoenix ravive le passé et j’aurais préféré que ce passé reste loin derrière. Je suis bien maintenant alors je n’ai pas envie que tu reviennes pour mettre le bazar. » Mettre le bazzart?! Je ferais rien si je savais que c'était peine perdu! Et elle pourra me dire tout ce qu'elle veut, elle vient de me prouver que rien que de raviver le passé lui faisait quelque en risquant de foutre le bazzart! Elle me connait mal, très mal! « Je tiens à te le dire. Je suis fiancée. C’est un homme exceptionnel et je tiens à lui plus que tout. Je ne veux pas le perdre et surtout pas à cause de toi. » QUOI?! Je posa mon regard sur elle, tandis que mes poings se serraient! Elle voulait que j'agisse en tant qu'homme?! Ok ce n'est pas en prenant ses airs de femmes courageuse qu'elle va m’impressionner! Je la fixa de mon regard percant, je ne sais pas si mon regard trahissait la plus grande peine que pouvait avoir mon coeur, ou bien cet être froid qui devait prendre les choses en mains, peut-être les deux!

-internet? le téléphone? Tu te moque de moi?! Je t'aurai contacter t'aurai fait quoi hein? Tu m'aurai balancé en pleine gueule le fait que je suis un lâche en prenant tes airs de femme forte?! Joue pas à ça avec moi Sharly, car si il y a bien une chose que tu dois te reprocher c'est de n'avoir penser qu'à toi durant notre relation! Si tu avais bien creuser au fond de moi, si tu avais ne serais-ce qu'un peut voulus comprendre qui j'étais, tu aurait compris que je ne suis qu'un connard qui a vue en une femme exceptionnelle la chose qui faisait monter en lui la bonne partie! Le Dwayne qui me fait flipper celui qui ressent des choses, celui qui s'inquiète pour les autres, qui les aides et veut construire quelque chose de sérieux avec quelqu'un, mais pas n'importe qui! 6ans bordel 6 ans, que je n'ai pas eus de relations sérieuse, car aucune de ses femmes ne m'intéressaient aucune n'avaient ta beauté, ta sagesse, ton regard, ta voix et tes paroles qui faisait de moi un homme soumis! Le bazzart dans ta vie? Tu le foutras toute seule car si tu as peur que ça finisse mal avec ton cher et tendre fiancé c'est qu'au fond de toi il reste quelque chose!! Tu es visiblement restée sourde à ce que je t'ai dis toute à l'heure! Ce putain de pari n'en était plus un à partir du moment où je t'ai parlé, où ta voix a fait echo dans mon âme! Je repris mon souffle, je n'avais pas fini, loin de là! Les poings toujours serrer je cherchais comment parler du sujet délicat de mon passé, celui que mon père m'a fait devenir! j'étais violent, et sans pitié, les gens ne m'intéressait pas! Mon père m'a toujours dit accompagné d'un poing dans la tronche que j'étais un bon à rien, que jamais je rendrais les gens heureux et que j'apporterais que du mal, que la tristesse et les larmes marquerait le visage de mon entourage! Mais quand je t'ai rencontré... quand j'ai vue ton sourire pour la première fois, je me suis dit Wouah, c'est beau de voir une femme sourire car elle est épanouit. Ma voix c'était adoucie et je m'étais approché d'elle doucement, je pris délicatement ses mains dans la mienne et mon regard devint surement triste, je voulais quel croit de nouveau en moi. Je ne t'ai pas menti... et si je suis parti, c'est parce que j'avais peur de t'avouer la seule chose que je n'ai jamais dîtes à personne:" je suis tombé amoureux de toi, je t'aime passons le reste de notre vie ensemble, devient madame Milligan et soit la mère de mes enfants." J'avais peur que tu l'entende car j'avais peur que tu ne me crois pas...je sais que je suis le roi des cons....mais je ne renoncerai pas à toi, pour moi ça sera toujours toi! Je me sentais faible, faible d'avoir avoué mes sentiments, de mettre mis à nu...Sans elle je ne suis rien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 7:59


Me sauver ne change rien,
je te déteste toujours autant.

Le monde tourne et même si nous disparaissons, il tourne toujours. Nous ne sommes pas indispensables. Les gens vivent sans nous très facilement, du moins on le pense. Je ne me suis jamais vu comme la fille parfaite dont tout le monde rêve et veut. Je suis normale et des filles plus belles, plus intelligentes, plus simples existent et sont bien mieux que moi. Alors que Dwayne me dise qu’il est désolé et que le pari n’en était plus un à la fin, ça me laisse perplexe. Il pourrait avoir une fille digne de lui, une fille bien mieux que moi. Mais voilà il faut que ça soit moi. En lui sortant tous ces trucs, je voulais qu’il me déteste. Et ainsi qu’il s’éloigne de moi. Si je voulais une telle chose, cela n’était pas vraiment bon. J’ai peut-être encore des sentiments pour lui sans m’en rendre vraiment compte. Je le regardais et le vu serrer les poings. Je ne sais pas si c’était l’annonce de mon statut de fiancée ou bien autre chose. Me détester, voilà ce qu’il devait faire et ne plus me revoir. C’était la meilleure chose à faire pour nous deux. «internet? le téléphone? Tu te moque de moi?! Je t'aurai contacté t'aurai fait quoi hein? Tu m'aurais balancé en pleine gueule le fait que je suis un lâche en prenant tes airs de femme forte?! Joue pas à ça avec moi Sharly, car si il y a bien une chose que tu dois te reprocher c'est de n'avoir pensé qu'à toi durant notre relation! Si tu avais bien creusé au fond de moi, si tu avais ne serais-ce qu'un peut voulus comprendre qui j'étais, tu aurais compris que je ne suis qu'un connard qui a vue en une femme exceptionnelle la chose qui faisait monter en lui la bonne partie! Le Dwayne qui me fait flipper celui qui ressent des choses, celui qui s'inquiète pour les autres, qui les aides et veut construire quelque chose de sérieux avec quelqu'un, mais pas n'importe qui! 6ans bordel 6 ans, que je n'ai pas eus de relations sérieuse, car aucune de ses femmes ne m'intéressaient aucune n'avaient ta beauté, ta sagesse, ton regard, ta voix et tes paroles qui faisait de moi un homme soumis! Le bazar dans ta vie? Tu le foutras toute seule car si tu as peur que ça finisse mal avec ton cher et tendre fiancé c'est qu'au fond de toi il reste quelque chose!! Tu es visiblement restée sourde à ce que je t'ai dis toute à l'heure! Ce putain de pari n'en était plus un à partir du moment où je t'ai parlé, où ta voix a fait écho dans mon âme!» Il avait un culot tout de même de me dire ça. Que j’étais la responsable de notre relation. Je n’ai jamais pensé qu’à moi, jamais une seule seconde. Surtout au temps du collège et du lycée. Je pensais plus aux autres qu’à moi-même. Alors qu’il dise ça, m’énerver vraiment. J’attrapais ma veste, prête à partir tout de suite. Je n’allais pas rester ici alors qu’il me mettait tout sur le dos. Je n’avais pas besoin de quelqu’un comme ça dans ma vie. seulement, je me suis retourné quand il a commencé à reparler. «j'étais violent, et sans pitié, les gens ne m'intéressait pas! Mon père m'a toujours dit accompagné d'un poing dans la tronche que j'étais un bon à rien, que jamais je rendrais les gens heureux et que j'apporterais que du mal, que la tristesse et les larmes marquerait le visage de mon entourage! Mais quand je t'ai rencontré... quand j'ai vue ton sourire pour la première fois, je me suis dit Wouah, c'est beau de voir une femme sourire car elle est épanouit. » Son passé nous n’en avions jamais parlé. Il préférait ne rien me dire à l’époque. Jamais une seule seconde, je n’aurais pensé que son père le frappait. Quand il attrapa mes mains pour les prendre dans les miennes, je ne bougeais plus. Le contact de sa peau avec la mienne me rappelait des choses. Elle était toujours aussi douce et délicate. «Je ne t'ai pas menti... et si je suis parti, c'est parce que j'avais peur de t'avouer la seule chose que je n'ai jamais dîtes à personne:" je suis tombé amoureux de toi, je t'aime passons le reste de notre vie ensemble, devient madame Milligan et soit la mère de mes enfants." J'avais peur que tu l’entendes car j'avais peur que tu ne me crois pas...je sais que je suis le roi des cons....mais je ne renoncerai pas à toi, pour moi ça sera toujours toi! » J’étais beau, c’est vrai. Mais rien ne changerait les choses. J’avais détesté les premières paroles qu’il avait dite. Je retirais mes mains des siennes brutalement. « Non, je ne me moques pas. Et puis, je n’étais pas une femme forte à l’époque. J’étais bien trop naïve et gentille. Je t’aimais plus que tout et jamais une seule seconde, je ne pensais que je pouvais être un pari. Je connaissais ton passé, tout le lycée le connaissait. Quand un de mes amis te traitait de con et de gigolo, je te défendais. Pour moi, tu étais différent et tu avais changé. J’aimais le nouveau Dwayne seulement en apprenant pour le pari, j’ai cru que c’était une façade pour me séduire et gagner mon cœur de gamine. En disant rien et en partant, tu ne m’as pas fait changer d’opinion. Alors ne vient pas me dire que c’est de ma faute car tu m’as fait devenir celle que je suis maintenant. Pendant quatre ans, j’ai été une fille qui n’arrivait plus à dire je t’aime, qui coucher avec n’importe qui, qui ne croyait plus en rien. J’ai réussi à passer cela et si tu avais un brin changé, tu n’aurais pas dit les mots de tout à l’heure avant de connaître ma situation. Car oui, j’ai tout entendu et j’ai compris, pas besoin d’une piqure de rappel. » Pour m’avoir dis de telles choses, cela voulait dire qu’il ne m’avait jamais connu, qu’il n’avait jamais fait un effort pour ça. Je suis sûre qu’à l’époque, il ne connaissait même pas ma couleur préféré, ma chanson préféré et plein d’autres choses. Et il osait me dire que je ne pensais qu’à moi. « Je m’en foutais que tu sois violent et sans pitié, tant que tu ne l’étais pas avec moi. Je comprends que tu es eu une situation familiale difficile parce que tout le monde a une famille de fous. Mais ça ne te donne pas le droit d’être pareil avec les autres. Tu aurais pû être différent au contraire, pour prouver que tu n’étais pas comme lui. » C’est vrai que d’avoir un père qui vous frappe, c’est pas beau tous les jours. Le mien était partit pour aller dans les bras d’une bimbo plus jeune que lui et je ne m’étais transformé en une garce pour ça. Il fallait savoir séparer la vie de famille et le reste. Comme tout le monde qui le fait. « Tu m’as menti en me disant rien à propos de ce pari. C’est ça que je te reproche le plus…. » J’aurais pas du venir dans son appartement et je me sentais vraiment mal. Il venait de me dire qu’il n’allait pas renoncer à moi. Et ce n’était pas bon, vraiment pas bon. Je me dirigeais vers la porte, la main sur la poignée. « Je n’aurais pas dû accepter ce café. C’est une erreur de ma part. Et s’il te plait, renonce à moi pour moi. Tu trouveras ton bonheur, une fille bien mieux que moi. Je ne suis pas indispensable à ta vie. Regarde, tu as vécu six ans sans moi et tu as plus ou moins réussi. Mais tu l’as fait. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 9:27


"Je t'en supplie pardonne moi"

Je risquais de la perdre à jamais, alors je l'écouta me passer un savon, oui c'est vrai que ce n'était pas de sa faute, j'ai pas dit le contraire, juste que elle aurait du se rendre compte que je lui mentais pas. Alors je me contenta de l'écouter, elle retira ses mains des miennes et je me sentis mourir sur place, non je ne veux pas qu'elle parte... Alors je me mis devant la porte et je la supplia...

-Non je t'en supplis... part pas, fait pas ça je sais que tu veux que je souffre, que tu m'en veux et que j'aurai pas dû, mais non je me suis pas plus ou moins bien débrouillé durant ces horribles six années, au contraire j'ai plus survécus que vécue. Je veux pas te perdre une seconde fois. Demande moi ce que tu voudras sauf de t'oublier et renoncer à toi, c'est impossible, je sais que je suis con et que j'en suis le roi, mais je t'aime! C'est comme ça j'y peux rien Sharly, je peux pas renoncer à la seule personne qui a fait de moi une personne meilleur. Si je dois en vouloir à quelqu'un c'est bien à moi...

Je m'écarta tout de même de la porte après tout si elle voulait partir je n'avais aucun droit sur elle! Elle était majeur et vacciné. Mais si elle part et qu'on part fâché je risque de très mal tourner... Genre vraiment mal tourner. Redevenir l'enfoiré que j'étais.
C'est complètement désespéré et abattu que j'allai m'assoir sur le canapé mon visage entre les main et soupira! Bon sang pourquoi je suis parti? Jamais j'aurai dû partir! JAMAIS! Putain Dwayne t'es con ma parole! Je peux pas la perdre.... pas encore!
J'essaye d'imaginer les dégâts si je redevenais le bad dwayne et franchement... c'est pas du tout rassurant! Les collègues prendraient cher et les autres encore plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 10:38


Je ne sais pas,
je ne sais plus.

Je connais la cruauté que les gens peuvent avoir, je connais la méchanceté. Je connais tout ça car tout le monde en subit un jour ou l’autre. Après le spectacle qu’il y a eu au bal entre Dwayne et moi. J’ai été montré du doigt, on m’a traité de pauvre naïve idiote. J’avais le droit à toutes les conneries inimaginables sur mon compte. J’étais la petite Sharly qui était tombé droit dans le piège du séducteur du lycée. J’avais vécu un véritable enfer pendant plus d’une semaine. Parfois, je n’allais même plus en cours, je restais enfermé dans ma chambre à me lamenter sur mon sort. Heureusement, ma meilleure amie était là et elle m’a donné la force d’avancer. Elle m’a donné le courage de mettre tout ça dans mon dos. De laisser cet événement derrière et devenir une bien meilleure Sharly. Mais qui aurait douté que la nouvelle Sharly aurait été si instable et délurée. Plus rien n’avait d’importance. L’amour n’existait plus. Les sentiments non plus. Les hommes n’étaient plus que crétins qui me permettaient de passer un bon moment. Ma mère avait même eu honte de moi car je devais celle qu’on devait le moins fréquentée. C’est ça de naitre dans une famille des beaux quartiers qui doivent se rendre à des soirées huppées. Ça, Dwayne n’en avait aucune idée. Il n’était pas là pour avoir vu le changement. Pour avoir vu une espèce de descente en Enfer que tout le monde pouvait admirer au premier rang. Certains, ça ne les gênaient parce qu’ils passaient une nuit dans mon lit sans se soucier du lendemain. Moi, qui avait voulu me montrer discrète pendant ses années et bien, j’avais fait tout le contraire. Alors non, je ne voulais pas qu’il essaye de me juger sur ce que j’avais fait, sur mes choix. Car j’aurais pu les faire avec lui et avant qu’il ne parte, je le voyais comme l’homme de ma vie celui avec qui j’aurais voulu fondé une famille et vivre jusqu’à mes vieux jours. Les choses changent. Les gens changent. La vie change. Et peut-être qu’il était tant de laisser ses sentiments pour toujours et de les abandonner maintenant. Car si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferais jamais. Je devais déposer ses vieux sentiments dans la main de Dwayne et les laisser pour toujours. Chacun devait avancer dans sa propre direction. Prête à partir, la main sur la poignée, Dwayne s’interposa entre la porte et moi. Il n’avait pas envie de me laisser sortir. «Non je t'en supplies... part pas, fait pas ça je sais que tu veux que je souffre, que tu m'en veux et que j'aurai pas dû, mais non je me suis pas plus ou moins bien débrouillé durant ces horribles six années, au contraire j'ai plus survécus que vécue. Je ne veux pas te perdre une seconde fois. Demande moi ce que tu voudras sauf de t'oublier et renoncer à toi, c'est impossible, je sais que je suis con et que j'en suis le roi, mais je t'aime! C'est comme ça j'y peux rien Sharly, je ne peux pas renoncer à la seule personne qui a fait de moi une personne meilleur. Si je dois en vouloir à quelqu'un c'est bien à moi... » Il s’écarta de la porte sans que je lui demande. Il déballait tout, pour une fois il était franc. Il disait ce qu’il avait sur le cœur. Je ne crois pas que ça me suffirait à abandonner ma nouvelle vie pour retourner avec lui, reprendre notre relation où elle s’était arrêtée. J’avais besoin de temps pour accepter qu’il soit revenu à Phoenix, j’avais besoin de temps pour voir qu’il était devenu un nouveau Dwayne, j’avais besoin de temps pour comprendre tout ça. J’étais complètement perdu sur une musique qui m’était inconnue. J’avais beau essayer de deviner les paroles, je n’y arrivais pas. Tu dois passer cette porte Sharly, tu as l’homme le plus merveilleux du monde : Oakley. Pourquoi cette foutue conscience ne cessait de me le rappeler. Oakley était la perfection incarné, je le savais plus que tout. Ce n’est pas en restant ici que je lui faisais du mal ou que je le trompais. Je ne faisais pas de mal si je restais avec Dwayne en tant qu’ami. Car on pouvait le devenir. Ça serait déjà un très grand pas et ça nous permettrait de réapprendre à nous connaître. Etre ami avec Dwayne n’était peut-être pas une bonne idée car il disait m’aimer et avec un ami qui vous aime, ce n’est jamais bon. A un moment ou un autre, les choses changent et on fait une erreur incomparable. J’ouvrais la porte, c’était la meilleure solution : rentrer chez moi et reprendre ma vie sans que je fasse attention à son retour. Je refermais cette foutue porte et allait voir Dwayne dans le salon. Il était sur le canapé le visage entre les mains. Il me faisait de la peine car je ne l’avais jamais vu ainsi. Il avait peut être vraiment changé. « Je vais rester encore un peu. Mais sache que c’est en tout amitié. Je ne veux pas que tu fasses une bêtise par ma faute. Je déteste détruire les gens, ce n’est pas mon genre. Je suis prête à te donner une seconde chance mais je ne pense pas que ça soit dans le sens que tu penses. J’aime mon fiancé. Tu fais partit de mon passé, c’est vrai mais tu peux très bien faire partit de mon futur. Je comprendrais que tu ne veuilles pas d’une amitié seulement pour l’instant, c’est la seule chose que je veux. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 7 Aoû - 12:03


"Je n'ai pas dit mon derniers mot... "

J'aurai parfaitement compris si elle était partit sans dire autre chose, sans même vouloir d'une amitié quelconque, en voulant me renier de sa vie! Je pensais qu'elle allait passé le pas de la porte, que ça serait la dernière fois que je verrais son visage. Que je n'aurai que de vieilles photos pour me consoler, des souvenirs... mais au lieux de ça, elle vint s'assoir près de moi et d'une voix plus calme dit: « Je vais rester encore un peu. Mais sache que c’est en tout amitié. Je ne veux pas que tu fasses une bêtise par ma faute. Je déteste détruire les gens, ce n’est pas mon genre. Je suis prête à te donner une seconde chance mais je ne pense pas que ça soit dans le sens que tu penses. J’aime mon fiancé. Tu fais partit de mon passé, c’est vrai mais tu peux très bien faire partit de mon futur. Je comprendrais que tu ne veuilles pas d’une amitié seulement pour l’instant, c’est la seule chose que je veux. » J'allais pas me suicidé, mais surement laisser la mauvaise partie de moi prendre le dessus... Je tourna la tête vers elle, lentement et la regarda un moment sans dire un mot, je me passais et repassais ses phrases dans la tête. Une seconde chance? même en amitié c'est déjà un bon début, mais ça ne veux pas dire que je renonce à elle, si je dois attendre dix ans j'attendrais dix ans, si je dois mourir en l'attendant et bien je mourrai en l'attendant.

Je plongea mon regard dans le sien, il se fit tendre et doux, je m'étais calmé. J'avais qu'une envie c'était de la serrer contre moi et peut-être même fondre en larme et lui dire à quel point je suis rien sans elle.... Mais je me contenta de rien faire et de dire d'un ton calme: "-Merci Sharly, ce que tu fais là est déjà un énorme pas pour moi, un geste qui me touche énormément. Je sais que ça sera pas simple de retrouver une bonne entente, mais je sais aussi qu'on peut y arriver! Tu n'as peut-être plus les mêmes sentiments qu'à l'époque, ou peut-être sont-ils justes endormis, mais je ne renoncerai jamais à toi, je ne ferais pas le bazart dans ta vie, car si tu dois revenir, si toi et moi doit reformer un Nous, un jour, les choses se feront d'elles-même! j'attendrais patiemment, quitte à en mourir un jour, je me contenterai de ton amitié... car tu es la seule personne qui peut me faire sourire..." Je me permis un baiser sur son front et profita de ce court moment pour inhaler son odeur. Désolé, l'envie était trop forte... Peut-être allait-elle mal le prendre, mais en tout cas une chose est sur c'est que sa peau est toujours aussi douce, peut-être même plus que par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 14 Aoû - 2:30


Je ne sais pas,
je ne sais plus.

J’aurais pû parfaitement lui tourner le dos. J’en aurais parfaitement eu raison avec tout ce que j’avais subit. Seulement, je n’arrivais pas à être comme ça même avec lui. Je ne suis pas du genre à vouloir faire subir à mon pire ennemi, ce que j’ai subit. La douleur n’est pas quelque chose que je donnerais à n’importe qui. Elle est trop dure pour tout le monde. Si elle n’existait pas, ça serait encore mieux. Mais qui serait là pour nous rappeler que tout me sombrer à chaque moment. Nous n’avons pas d’ange près de nous, qui nous pousse à prendre telle ou telle décision. Ce sont nos sentiments et nos expériences qui nous font prendre un choix. Et moi, je choisis de lui donner une seconde chance. Une seconde chance différente et j’espère qu’il va comprendre. J’espère qu’il va accepter cette façon de voir les choses. Je ne serais pas vexer de le voir dire non. Mais s’il le fait, il devrait faire avec l’idée de ne plus m’avoir dans sa vie. Car s’il n’est pas près à faire un tel sacrifice, cela veut dire qu’il est toujours pareil. Ou bien qu’il pense qu’à lui, et non pas à moi. Je ne veux pas d’un homme égocentrique et narcissique. Ce n’est pas pour moi. J’ai déjà un homme que je vais épouser, seulement si Dwayne veut être près de moi, il devra accepter tout ça. Ça sera dur, je le sais. Et pas seulement de son côté. Car du côté d’Oakley, je ne pense pas que ça va être le feu d’artifice dans le bon sens. Mais un jour peut-être, ils pourraient s’accepter. Car ils ne sont pas aussi différents qu’ils le pensent. Ils ont beaucoup de points communs dont un qui est très flagrant : moi. « Merci Sharly, ce que tu fais là est déjà un énorme pas pour moi, un geste qui me touche énormément. Je sais que ça sera pas simple de retrouver une bonne entente, mais je sais aussi qu'on peut y arriver! Tu n'as peut-être plus les mêmes sentiments qu'à l'époque, ou peut-être sont-ils justes endormis, mais je ne renoncerai jamais à toi, je ne ferais pas le bazar dans ta vie, car si tu dois revenir, si toi et moi doit reformer un Nous, un jour, les choses se feront d'elles-mêmes! J’attendrais patiemment, quitte à en mourir un jour, je me contenterai de ton amitié... car tu es la seule personne qui peut me faire sourire... » Il m’embrassa sur le front. Je ne sais pas si c’était une vieille habitude ou si ce qu’il voulait. Je ne bougeais pas sur le moment. Puis, je me reculais d’un bas. Je n’avais pas le droit de le laisser faire ça. Car pour lui, ce n’était pas en simple amitié et je ne voulais pas qu’il souffre. Alors autant éviter les gestes mélangeant amitié et sentiments amoureux pour l’instant. Je ne savais pas où il voulait en venir. Il me disait vouloir de mon amitié, mais j’avais du mal avec ce nouveau Dwayne. Je n’arrivais pas à voir si tout ça était vrai ou un pur mensonge afin de me faire tomber ses bras. «Désolé, l'envie était trop forte...» Il s’excusa ce qui montra son envie de retrouver une relation même si ça voulait dire qu’on serait simplement amis. Je ne pouvais pas lui donner plus, ce n’était pas dans mes projets. Il y a quelques minutes, je n’aurais jamais pensé le revoir alors le voir à Phoenix avait été vraiment un choc pour moi. « Je suis contente que tu le prennes comme ça. Mais je ne veux en aucun cas que tu bousilles ta vie pour moi. Une fille bien mieux que moi t’attend quelque part, j’en suis sûre. Car même si j’ai encore des sentiments à ton égard, je ne suis pas sûre qu’un jour, il y aura un nous. Regarde nous, on se voit pas pendant six ans et la première chose qu’on fait : on se dispute alors que ça devrait être le contraire. » Je sais pertinemment que des sentiments sont encore présents. Mais quelque part au fond de moi, j’ai l’impression que jamais on ne pourra reformer un couple et surtout pas un couple comme avant. On a bien trop changé. Nous ne sommes plus les deux personnes du passé. Nous ne sommes plus les personnes qui ont eu un coup de foudre. Je ne suis plus pareille et je ne pourrais jamais redevenir l’ancienne Sharly. Celle-ci est partit pour de bon et je crois que c’est une bonne chose car elle était beaucoup trop naïve et gentille à mon gout. « Les choses sont toujours compliqués, Dwayne. Je n’y peux rien, c’est comme ça. On sera toujours deux éléments attirés l’un vers l’autre. Deux étoiles filantes qui veulent entrer en collision. Mais on ne pourra pas. Ne me demande pas pourquoi, je n’ai pas la réponse. » Des explications, je n’en avais pas. Ça, j’en étais sûr.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 14 Aoû - 9:17


"Je n'ai pas dit mon derniers mot... "

J'agis pas toujours comme il faut, c'est très rare je l'avoue, j'agis souvent comme le pire des cons, je suis maladroit et ne sait jamais comment exprimer mes sentiments surtout quand ils sont aussi importants que ceux-là. Mais je suis pas mauvais au fond! Je n'avais plus envie de parler, ou du moins le temps de quelques minutes! J'attendais qu'elle me fasse la morale un truc du genre donc je garda le silence. Elle savait que je ne renoncerais pas à elle, plutôt mourir que de renoncer à elle! JAMAIS DE LA VIE JAMAIS! « Je suis contente que tu le prennes comme ça. Mais je ne veux en aucun cas que tu bousilles ta vie pour moi. Une fille bien mieux que moi t’attend quelque part, j’en suis sûre. Car même si j’ai encore des sentiments à ton égard, je ne suis pas sûre qu’un jour, il y aura un nous. Regarde nous, on se voit pas pendant six ans et la première chose qu’on fait : on se dispute alors que ça devrait être le contraire. » C'est elle qui avait commençée à crier et c'était normal.... « Les choses sont toujours compliqués, Dwayne. Je n’y peux rien, c’est comme ça. On sera toujours deux éléments attirés l’un vers l’autre. Deux étoiles filantes qui veulent entrer en collision. Mais on ne pourra pas. Ne me demande pas pourquoi, je n’ai pas la réponse. » Ce qu'elle avait dit était jolie... vraiment jolie, ça me touchait autant positivement que négativement.

Je baissa le regard sur ma tasse de café que j'avais vite vidé. "On s'est engueuler mais en même temps c'était évident! Le con de service revient voit la femme qu'il aime et qui en a après lui car il l'a blessé... y avait pas d'autres scénario possible." J'en avais marre de tourner autour du pot et autour du passé sans cesse! Alors si on doit reprendre une amitié, recommencer tout! Autant bien faire les choses et ça dès maintenant!!!. Et sinon tu fais quoi dans la vie à présent ? Tu as toujours été intelligente ... Je voulais en apprendre plus sur elle... sur ce qu'elle aimait faire, a quoi elle aimait se consacrer mise à part à son Oakley chéri!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Lun 15 Aoû - 1:09


Je ne sais pas,
je ne sais plus.

La vie est courte. Très courte. Un truc peut nous tomber dessus n’importe quand et on ne sait jamais ce que sait. Je ne veux pas que Dwayne perde du temps ou se lamente sur quelque chose qui ne se passera jamais. Je vois bien qu’il veut arranger tout ça, qu’il veut un nouveau départ. Il n’est pas prêt à renoncer. Et je ne veux pas qu’il en meurt. Je ne veux pas être responsable de tout ça. Je ne suis pas celle qui brise un cœur, et je ne voudrais jamais l’être. Je suis celle qui fait bien les choses, qui font les choses en règle. Si quelque chose doit se faire entre Dwayne et moi, ça se fera. Mais ça ne se fera jamais dans l’inégalité. Je ne ferais jamais cela en étant fiancé ou en couple. Accorder mon amitié est déjà un bon début. Alors laissons les choses se faire en douceur et normalement. «On s'est engueuler mais en même temps c'était évident! Le con de service revient voit la femme qu'il aime et qui en a après lui car il l'a blessé... y avait pas d'autres scénario possible.» Peut-être que la dispute était normale. Mais les choses auraient pû être totalement différentes. On aurait dû avoir le droit à des retrouvailles dignes de ce nom. Pas des baisers langoureux, mais quelque chose d’heureux. Quelque chose qui soit beau, quelque chose qui ressemble pratiquement à un film romantique. «Et sinon tu fais quoi dans la vie à présent ? Tu as toujours été intelligente ... » Il voulait passer à autre chose et c’était tout à fait compréhensible. Le passé est le passé comme on le dit souvent. Je devrais partir sur de bonnes bases. Repartir depuis le début. C’est ce que je devrais faire, ce qu’on devrait faire. Mais je n’y arrive pas. J’ai cette force qui ne cesse de me rappeler tout. Faire un effort, c’est ce que je dois faire. « J’aurais pû te pardonner pendant tant de temps. Pourtant, j’ai toujours tout en tête. Et je ne sais pas si j’oublierais un jour tout ça. J’aurais en moi cette peur constante d’être une nouvelle fois trahit. » Le pardon, une chose étrange, dont je n’arrive pas à donner. Je suis rancunière et ça ne s’arrange pas d’année en année. Les petites frasques, ça passe. Mais là, je crois que c’est le sommet de la pyramide. Dès que je ferme les yeux, je revois chaque scène, chaque moment. « Je ne suis pas si intelligente que ça. J’ai arrêté les études après avoir eu mon diplôme du lycée. Je travaille au Hip Hop Dance depuis, je sais, ce n’est pas fameux. Mais j’aime mon job. » Intelligente, je ne l’ai jamais été et je ne le serais jamais. Je suis trop impulsive pour faire les choses correctement. Durant ma dernière année de lycée, j’ai faillit rentrer dans une école. Dans une école de danse. La danse était un truc que je cachais à tous. Jamais personne n’a su ça. Jamais personne n’a connu ou n’a su pour mon audition et mon inscription. Seulement au dernier moment, j’ai fait marche arrière et je n’ai pas fait le grand pas. La peur ou bien autre chose et puis il y avait ma mère. Je crois que j’avais peur de la décevoir, peur de voir un échec face à une famille qui avait toujours réussi dans leur vie. Au moins en tant que serveuse, je ne crains rien. Je ne crains pas de tomber. Car je suis déjà en bas. Parfois, j’aimerais pouvoir faire mieux et avoir le courage de faire des choses complètement folles. Peut-être qu’un jour, je saurais avoir le cran d’avoir une carrière professionnelle qui me correspond totalement. En attendant je me donne corps et âme dans ma vie personnelle qui pour l’instant me donne l’impression d’être sur un petit nuage. « Tu m’as dit que tu étais revenu à Phoenix pour ton boulot, ne me dit pas que tu es un riche homme d’affaire qui va reprendre une entreprise du centre ville. » Je ne saurais pas surprise de le voir me dire oui. Dwayne a le potentiel pour ce genre de carrière. Avoir un caractère et un physique comme le sien lui ouvre les portes de ce monde. Bien qu’il aurait pû être aussi un bon acteur ou un sportif professionnel. Je ne savais pas vers quoi il s’était tourné. Quand on est au lycée, on ne sait pas trop. Nos projets sont vagues. A part bien sûr pour les premiers de la classe ou les enfants de chef d’entreprise. Je suis tout de même ravie de ne pas avoir eu un avenir tout tracé avec un mariage arrangé pour unir deux patrimoines. Avoir le choix est quand même un avantage important.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 21 Aoû - 5:25


"Une passion inconnu aux yeux de tous"

Parler encore et encore du passé, servait à quoi à part se faire du mal? Ah rien d'autre! On avait mis les choses au clair, elle me croit c'est bien sinon tant pis pour elle! Je sais que je ne ment pas et je lui prouverai que je dis la vérité. Si elle refuse de me croire c'est qu'elle ne vautpas mieux que le con que j'étais à l'époque.« J’aurais pû te pardonner pendant tant de temps. Pourtant, j’ai toujours tout en tête. Et je ne sais pas si j’oublierais un jour tout ça. J’aurais en moi cette peur constante d’être une nouvelle fois trahit. » je n'attendais pas qu'elle me pardonne comme ça en claquant des doigts. Elle a toujours eus du caractère et elle m'a montré que pour avoir sa confiance faut se battre, ce que je ferai et peut importe le prix. « Je ne suis pas si intelligente que ça. J’ai arrêté les études après avoir eu mon diplôme du lycée. Je travaille au Hip Hop Dance depuis, je sais, ce n’est pas fameux. Mais j’aime mon job. » Je gardais le silence, l'écoutant avec attention, J'enregistrais tout ce qu'elle me disait, chacune de ses paroles, de ses mots, chaque sons de sa voix qui m'était si douce, tel une mélodie. alors comme ça elle ne s'est pas dirigé vers la danse. Dommage, je l'avais surprise une fois entrain de danser, mais je ne lui ai jamais dit, j'ai préféré garder ça pour moi. « Tu m’as dit que tu étais revenu à Phoenix pour ton boulot, ne me dit pas que tu es un riche homme d’affaire qui va reprendre une entreprise du centre ville. » Je souria doucement et débarassa ma tasse de café vide que j'allais poser dans la cuisine. Puis je revint au salon et me mit à la fenêtre et alluma une cigarette puis je posa mon regard sur elle. On était arrivés au moment où je devais lui dire mon métier, ce que je voulais toujours faire.

«C'est dommage que tu ne te sois pas dirigée vers la danse, tu étais douée pour ça... comment je sais? Je t'ai surprise une fois entrain de danser, mais je ne te l'ai pas dit, tu avais l'air si bien, dans un autre monde, libre de faire ce que tu voulais, un ange en faite. Donc j'ai gardé ça pour moi.» Mon regard ce posa dehors, je fixais le ciel étoilés pour une fois et afin de ne pas éviter le sujet j'enchaînais. «Non même si mon père voulait que je reprenne son entreprise je ne me suis pas dirigés vers ça, une des raisons qui m'a poussé à partir d'ailleurs... les gens ne le savaient pas mais j'étais passionné d'histoire, j'ai toujours sue ce que je voulais faire, mais j'avais toujours cru que je ne pourrais pas le réaliser, jusqu'au soir où je suis partit et j'ai faillit me battre avec mon père. Le lendemain je partais pour la France et commençait des études archéologiques, c'est ainsi que je suis devenu archéologue. Mon boss m'a envoyé ici, j'ai hésité à venir mais je n'avais pas le choix même si dans un sens j'avais peur de te revoir, fuir une nouvelle fois n'aurai servit à rien. Je sais que les gens ici ne me voit plus que comme un déserteur et un lâche mais je m'en tape énormément,. J'ai apprit énormément là-bas, notamment à ne faire confiance qu'à moi-même! Je sais ce que je vaux, pas grand chose certe, mais j'ai au moins réussi une chose dans ma vie, c'est faire ce don j'ai toujours rêver, archéologue.» J'en avais jamais parlé à personnes, je ne sais pas pourquoi je lui disait tout ça, sûrement parce que je savais que je pouvais avoir confiance en elle, et que ça nous rapprocherait peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly] Dim 21 Aoû - 8:57


Je ne sais pas,
je ne sais plus.


Une discussion sur notre vie actuelle, c’est de ça que nous avions besoin pour mettre de côté ce passé qui me faisait tant souffrir. Je vins prendre place sur le canapé et reprit ma tasse de café que j’avais à peine touchée. Elle était encore chaude. Sentir le liquide chaud dans ma gorge me fit un bien fou. «C'est dommage que tu ne te sois pas dirigée vers la danse, tu étais douée pour ça... comment je sais? Je t'ai surprise une fois entrain de danser, mais je ne te l'ai pas dit, tu avais l'air si bien, dans un autre monde, libre de faire ce que tu voulais, un ange en faite. Donc j'ai gardé ça pour moi.» Je restais cloué sur place, je faillis même avaler mon café de travers. Alors il m’avait vu danser. Moi qui cachait ce secret à tous et qui pratiquait la danse dans une pièce que ma mère avait faite pour moi. Personne ne m’avait vu et pourtant, Dwayne me disait qu’il avait réussi à m’apercevoir. De toute façon, je n’avais pas dansé depuis bien longtemps. Je ne sais même pas si j’en serais encore capable. Mais c’était le premier à me dire qu’il m’aurait vu là-dedans. Seulement, je ne l’ai pas fait. Et je ne me comparerais jamais à un ange. Lorsque je dansais, c’était simplement pour moi. Je ne fais que la pacotille par rapport à d’autres danseuses. Et de toute façon, je ne me qualifie pas de danseuse. Je faisais cela comme un passe-temps et souvent, ça me permettait de m’enfuir des disputes à la maison et de m’isoler dans une bulle de musique et de pas. «Non même si mon père voulait que je reprenne son entreprise je ne me suis pas dirigés vers ça, une des raisons qui m'a poussé à partir d'ailleurs... les gens ne le savaient pas mais j'étais passionné d'histoire, j'ai toujours sue ce que je voulais faire, mais j'avais toujours cru que je ne pourrais pas le réaliser, jusqu'au soir où je suis partit et j'ai faillit me battre avec mon père. Le lendemain je partais pour la France et commençait des études archéologiques, c'est ainsi que je suis devenu archéologue. Mon boss m'a envoyé ici, j'ai hésité à venir mais je n'avais pas le choix même si dans un sens j'avais peur de te revoir, fuir une nouvelle fois n'aurai servit à rien. Je sais que les gens ici ne me voit plus que comme un déserteur et un lâche mais je m'en tape énormément,. J'ai apprit énormément là-bas, notamment à ne faire confiance qu'à moi-même! Je sais ce que je vaux, pas grand chose certes, mais j'ai au moins réussi une chose dans ma vie, c'est faire ce dont j'ai toujours rêvé, archéologue. » Archéologue. Je fus très impressionné. Et heureuse pour lui qu’il est pû réaliser son rêve. Beaucoup de gens ont des rêves, mais la moitié d’entre eux se voient le réaliser. Certains l’abandonnent très vite, d’autres l’oublient. Moi, je n’avais jamais eu de rêve. On se fait toujours piétiner son rêve ou bien il ne se réalise pas. Alors au final, ça nous emmène que des malheurs. C’est vrai que certains arrivent à les réaliser mais moi jamais, je n’aurais pû voir mon rêve se réalisait car c’était un truc complètement impossible. « Je n’y crois pas tu m’as espionné. Moi qui croyait garder ça cacher jusqu’à la fin de ma vie et bien, maintenant, il y a quelqu’un au courant de tout. Tu vas un peu loin quand tu dis que je suis un ange. Je dansais seulement pour le plaisir. » Je ne voulais pas lui parler de mon école de danse et tout le reste. Lui confier, un secret que personne n’était pas une bonne chose. Faire naitre des secrets qu’on partage tous les deux était un signe que je lui suffisais énormément confiance. Et pour l’instant, ce n’était pas le cas. « Je dois dire que je suis étonné mais en même temps, contente. Car je savais bien que tu réussirais ta vie quoiqu’il arrive. Et Archéologue est un métier qui en jette. Ici, tu vas avoir pas mal de boulot, je pense avec toute cette alchimie autours du quartier de West. Cependant, je pense que ça fait bien longtemps que les gens ont oublié ton départ. Seulement, tu vas surement de faire des ennemis. On ne peut pas dire que les gens portent dans leur cœur, tous les archéologues et autres qui ont débarqués. » Depuis, on pouvait dire que Phoenix était en pleine guerre avec ces histoires de fouilles dans le quartier du West. A ce qu’il parait, il y aurait de vieux vestiges. Le problème, c’est qu’ils sont sous des maisons. Pour faire les fouilles, il faudrait raser beaucoup de maisons. Seulement, les gens ne veulent pas se laisser faire et je comprends. Je ne voudrais pas voir détruite la maison où je suis né, où j’ai grandit… Les habitants du West ne roulent déjà pas sur l’or et les politiciens et les scientifiques veulent en profiter pour racheter leurs maisons. Les habitués qui viennent au bar me disent qu’ils ne sont pas prêts de céder. La politique est plus forte que le reste. Tout ce que j’espère, c’est que ma mère ne se laissera pas influencé par des riches qui détestent le quartier et qui veulent qu’une chose : le voir détruit. S’il le faut, je suis prête à aider ces gens. J’ai vécu à West et je dois dire que je connais pas mal de gens. Et que ce sont des personnes formidables qui ne méritent pas ça. Surtout que la dernière fois, j’ai entendu qu’il y en aurait aussi sous le Hip-Hop Dance. Alors là, non, je ne laisserais personne détruire ce club. « Tu as revu d’anciennes connaissances ou je suis la seule ? Car tu étais plutot populaire à l’époque et que les gens t’adoraient. Je suis sûr que certains adoreraient te revoir. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly]

Revenir en haut Aller en bas

Calme toi, je suis là... pardonne moi [PV Sharly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: West Phoenix :: Ruelles-