AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nous souhaitons la bienvenue à marie curie 19
recensement numéro 2 terminé. nouveaux avatars sont désormais libres ouais
vous pouvez désormais facebooker, alors rendez-vous dans ce joli sujet heart
viens vite t'inscrire à la première intrigue ici

Partagez|

La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar




MessageSujet: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Mar 19 Juil - 12:17

Il avait pour lui l'odeur des parfums qui vous chamboulent, les yeux sombres dardant le monde avec arrogance, le charisme certain et le sourire diablement attirant. Tout chez lui ne se prêtait qu'à ces effluves félines de prédateur prêt à vous bondir dessus lorsque vous vous y attendez le moins, et malheureusement aujourd'hui, cela tomberait sur Jazz. Car ses yeux pleins de vices se posèrent bientôt sur la demoiselle, adossée contre le mur froid. Amaël se stoppa, un sourire en coin, la dévisageant dans un mutisme froid alors qu'elle même ne l'avait pas encore vu, et comme pour parfaire son entrée en matière, le jeune homme s'approcha à pas de félin, jusqu'à la belle demoiselle. D'un geste furtif et expérimenté, comme le loup pratiquant depuis toujours la chasse à la brebis, le jeune garçon se plaça devant la jolie demoiselle, terriblement proche de cette dernière il posa une main sur sa hanche fine, la toisant de son regard brûlant. Tout chez le jeune homme n'était que provocation ; de son rictus satisfait à son regard imposant et froid, jusqu'à sa voix terriblement suave et sensuelle ; il la défiait de vouloir se dérober à lui. Et alors que la jeune femme leva son regard troublé à son encontre, le fait qu'elle demeure taciturne poussa Amaël à prendre la parole dans une tirade cynique.

AMAEL- « Bonjour Jazz »

Un sourire, une œillade diablement brûlante, et un murmure suave et bas à vous en faire frémir l'échine. Si Amaël pouvait être attachant, chaleureux et sympathique envers ses amis, il demeurait diaboliquement vénéneux avec ses proies et ses ennemis. Jazz ne dérogeait pas à la règle et Amaël ne lui épargnait rien. Ni les passages dans son lit, ni les ordres superflus, ni les quelques humiliations encore gentillettes mais rabaissant -quoi que cela étaient dans les deux sens-. Amaël adorait s'amuser avec la jolie brune, sentir ses frémissements sous ses doigts était terriblement jouissif surtout après une dispute cela ne faisait que développer leurs sens au lit. Aussi il porta sa main sur sa joue dans une caresse, portant une mèche de cheveux de la demoiselle derrière son oreille avant de prendre dans un murmure suave, pourvu d'un sourire en coin face au mutisme de la belle.

AMAEL- « Quelle malpolie, tu ne me dis pas bonjour ? Je ne vais pas te manger. »

Non pas tout de suite... Amaël finit par ôter sa main, le regard du jeune garçon brilla d'une étincelle interrogative à l'encontre de la demoiselle, curieux, dépravé, impatient de commencer le jeu avec sa souris chétive. Un jeu qui commença rapidement car aujourd’hui devait être un jour comme les autres dans les contrées brumeuses de Phoenix. Des cours à n'en plus finir, des élèves affalés sur leur table à attendre que l'heure tourne, des conversations intempestives au détour des couloirs ainsi que quelques rires.... Excepté pour Amaël dont la routine lui était fatidique-ment insupportable ; pourtant petit génie avide de culture et de savoir, les cours administrés n'étaient pas toujours pour lui une partie de plaisir. Non pas qu'il ne parvenait pas à suivre, mais il s'ennuyait. Car dès lors que cela ne l'intéressait pas, le jeune homme décrochait bien vite, au grand désarroi de ses professeurs. Pour autant, sans doute était-ce plus avisé de le voir s'ennuyer en cours que de ne pas l'y voir du tout, car il arrivait bien souvent que le plus débauché des Uccisi n'en sèche un ou deux pour sa satisfaction personnelle : répondre à un besoin de nicotine voire de quelques substances illicites, ou bien à une envie bien plus portée sur la luxure qu'il s'adonnait avec son amie de toujours : Jazz. Aujourd'hui donc, le cours commun de psychologie se devait de réunir nombre d'élèves toutes années confondues, néanmoins il manquerait un élève à l'appel.

AMAEL - « Apparemment ton régime actuelle ne fonctionne pas à merveille … Mais j’en connais un qui t’aidera à perdre tes kilos en trop ! »

Douce Jazz, désirable et appétissante, sans doute un peu trop, car le loup en l'instant ne veut qu'y planter ses crocs. Maintenant, toujours, à jamais, dans une envie lubrique qui ne s'éteint plus, qui enflamme ses pupilles bakélites, et qui la toisent avec trop d'insistance. Un sourire se dessina un peu plus sur les lèvres d'Amaël, amusé, charmé, séduit... carnassier, comme ses mains vinrent se poser sur les hanches de la demoiselle, la rapprochant alors de lui sans que jamais, il ne détourne son regard du sien. L'atmosphère se fit plus intense, plombée d'un désir trop palpable et presqu'intenable, prêt à lui sauter dessus et quelques minutes avant le début des cours seulement, le ténébreux Uccisi avait attrapé délicatement la main de sa douce Némésis passionnel qui était à présent dotée du titre peu reluisant mais si véridique "fucking « friend » ", l'entrainant loin du regard des autres dans la plus grande discrétion et s'engouffrant dans les couloirs sombres. Amaël avait eu tôt fait de trouver un placard à balais dans lequel il poussa sa belle le regard plein d'avidité, un rictus sombre au coin des lèvres, avant de refermer la porte derrière lui. Au final, le cours fort ennuyeux de psychologie avait été remplacé par une partie de jambe en l'air exercée dans un placard sombre et étroit, de quoi pimenter la journée bien qu'Amaël ne tombait que rarement dans la routine. Excessif et débauché, il aimait par dessus tout enfreindre les règlements et pousser ses violations le plus loin possible. Un jour, sans nul doute, le jeune homme se ferait virer, mais pour l'heure sa préoccupation première était de donner du plaisir à sa belle tout en tentant de demeurer discret et silencieux afin de ne pas éveiller les soupçons. Ce fut finalement après des ébats passionnels lui arrachant un sourire satisfait et pervers que le jeune homme passa sa tête brune par l'entrebâillement de la porte, vérifiant que personne ne se dressait à l'horizon afin de sortir de son placard de fortune. S'échappant alors des portes de ce dernier, Amaël renoua sa cravate émeraude, reboutonna sa chemise et passa une main dans ses cheveux afin de paraître un tant soit peu "clean".

AMAEL - « Ne me remercie pas pour tes quelques kilos perdu … Il t’en reste encore pas mal à perdre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Mar 19 Juil - 22:51


[list]
    Cacahuète, oh ouais j'ai envie de cacahuète. Huettes = huttes ! Oh ça doit être sympas de se faire un petit séjour dans une hutte ! Vacances, vacances, pppff c'est dans longtemps. Faut que je passe mes exams, que je rembourse l'autre et je pars. Mais où ? Bon n'y pensons pas trop ça servirait à pas grand chose. Chose, chose, où est-ce que j'ai foutu ce truc. Voilà à quoi ressemblait, plus ou moins, l'esprit de d'Jazz, c'est à dire un vaste champ de pensées en tout genres qui se croisent, s'accordent, se défont. Difficile de la suivre si elle l'exprimait tout haut. Et son truc à trouver c'était son portable, une sorte d'antiquité comme la chariait certaines de ses connaissances ou simplement son voisin de cours. Un vieux téléphone qui commençait à rendre l'âme. Bouuuuh. Glissant sa main dans son sac elle commença à trifouiller. Les yeux légèrement au plafond, la bouche entrouverte elle semblait vouloir se concentrer. Infructueux. Arf cette journée s'annonce très mal ! Vraiment très mal et ça va être lllllllloooooooonnngg. Elle s'ennuyait déjà mais en y pensant ça la pesait encore plus. Renonçant à trouver son téléphone elle se contenta de regarder le mur. Son prochain cours débutait dans une demie heure. Un cour pas très intéressant. Bref rien ne semblait être assez bien pour la motiver aujourd'hui, tout lui semblait ennuyeux. Déjà qu'elle avait du mal à ne pas s'ennuyer avec ses congénères. Bref journée pourrie, pourrie et pourrie en perspective.

    Mais, mais le destin sembla en décider autrement. Bon okay celon d'Jazz le destin n'existe pas. Alors elle va penser que c'est juste l'esprit tordu du jeune homme qui a décidé d’aiguillé sa journée. Mais pour le moment elle continuait de contempler le mur. Un mur pas très beau mais le mur devint soudain plus intéressant grâce à l'apparition d'Amaël, mais il était hors de question de lui donner cette impression. Hors de question de lui faire se plaisir et puis même s'il avait fait son apparition la jeune femme n'avait pas très envie de parler. Déjà pas très locace de nature ça n'aidait pas vraiment. Elle était taciturne, elle était d'Jazz. Bien qu'il s'approcha d'elle assez pour qu'elle sente son souffle heurter sa peau elle ne dit mot. Rapidement sa main se posa sur sa hanche. Alors, sur son visage de porcelaine un petit sourire naquit. Un petit sourire qui fit apparaître la petite faucette qu'elle avait. Ah ça va être plus distrayant d'un coup ! Et il lui lança un bonjour. Un bonjour déjà bien chargé de... elle ne savait pas comment le qualifié, mais avec une telle arrivée et un tel bonjour il était pas là pour parler de la pluie et du soleil. Jazz était curieuse, curieuse de savoir pourquoi il était venu à sa rencontre, elle ne préférait pas se faire de fausses idées et voir ce que cela donnait, simplement attendre. Et la suite ne mit pas longtemps à venir. Il posa une main sur sa joue, alors son sourire s'agrandit légèrement, puis il remit une mèche de cheveux. De nombreuses filles, femmes auraient craqué et lui aurait sauté, littéralement, dessus. Mais pour d'Jazz il était hors de question de faire ça, pas toute suite. Elle n'allait quand même pas lui faire plaisir tout de suite et tomber dans son piège.

    « C'est mon jour aujourd'hui ? Je croyais que c'était celui de … Jenny? » Elle fronce les sourcils et lui sort son regard légèrement interrogateur. « Et puis avec un tel parfum mon cerveau a mis du temps à s'en remettre, d'ailleurs ça se trouve les plantes aussi vont en prendre un coup. Du parfum ça se vaporise, tu te baignes pas dedans normalement. » Malgré sa voix douce et écorchée cela ne l'empêchait pas d'envoyer des pics. Et dans ce cas-là c'était un pic assez sincère. Son parfum était tellement fort que ses yeux piquaient. Ou alors c'était peut-être encore le parfum de son camarade d’amphi qui était restée sur elle. Bien sûr que tu vas pas me manger ! J'ai pas peur de toi ! Mais inutile de l'ajouter à voix haute, ce serait trop facile. Ah vraiment cette journée allait être bien plus motivante et amusante que prévu ! Et à l'intérieure de d'Jazz courait une petite d'Jazz toute contente mais hors de question de la faire sortir. Faire sortir la petite d'Jazz reviendrait à donner un peu plus d’assurance à Amaël qui en a déjà à revendre. Mais en même temps s'il en avait pas autant est-ce que le jeu serait aussi bon ? On s'en fou ! Allez c'est parti pour le jeu ! Et bye bye l'énième cours sur la détection des divers drogues dans les organismes à moins que c'était est-ce que les drogues accélèrent le temps de décomposition ? Déjà elle ne se souvenait plus de l'intitulé du cours mais en tout cas les deux étaient ennuyeux. Et puis on lui prétra bien des notes pour rattraper bien qu'elle en avait pas forcément besoin. Inutile de se concentrer le-dessus, il y avait bien plus intéréssant.

    Pour que mon régime fonctionne faudrait que j'en fasse un. Levant les yeux au ciel ou plutôt au plafond son sourire augmenta très légèrement quand elle reposa son regard sur son compagnon de jeu. « Toujours aussi gentil à ce que je vois ou alors c'est les stéroïdes qui atrophient ton cerveau ! Déjà que c'était... c'était pas. » Faisant rebondir son propre doigts sur son propre nez elle cherchait son mot ou plutôt l'expression adéquoite. « que c'était pas l'effusion ?! » Tordant sa bouche elle n'a pas l'ait très convaincue. Mais c'est pas grave. « Et tu crois vraiment que tu vas me faire perdre ces soit disant kilos en trop ? » Elle fait un pas vers lui et dans son regard se lit une lueur de défit. Et la seconde d'après il posait ses mains sur ses hanches. Ils étaient dans leur bulle, dans leur monde, ça se trouve des dizaines de personnes les observaient, mais qu'importe, qu'est-ce que ça pouvait faire ?! Ils étaient lancés dans leur jeu et ils n'avaient besoin de personne. Et si quelqu'un entrait dans le jeu c'est qu'ils l'avaient décidé mais cela devait mal finir. Mais qu'importe pour le moment ils étaient tout les deux, seulement tout les deux. Enfermés dans leur désir et leurs envies. Certes ils étaient entre eux mais il était hors de question de se donner totalement en spectacle. Et dès lors qu'ils se reculaient un peu plus de la civilisation cela signifiait que le jeu montait d'un cran. Cette fois-ci ce fut le jeune homme qui fit monter le jeu d'un niveau. Se laissant faire elle se contenta de le suivre, en même temps il lui avait pris la main elle ne pouvait pas non plus s'enfuir. Certes cela l'aurait énervé et ça aurait été délectable mais c'était encore trop tôt pour le laisser en plan seul avec ses fantasmes et son désir.

    Et quand ils arrivèrent face au placard d'Jazz éclata de rire. De ce rire franc et léger qui la caractérise tout comme sa voix. Elle rigola mais pas trop fort non plus, inutile qu'ils se fassent repérer. ô que cette journée devient intéressante. Le sourire de la jeune femme avait grandi tout comme son envie de lui sauter dessus mais elle n'allait pas le faire, cela lui ferait trop plaisir une fois de plus. Mais de toute manière cela finit de la même manière, ne prenant pas garde à qui faisait tel geste et à quel moment, une partie de jambes en l'air eut bien lieu dans ce placard. Tordu, tout comme eux et leur relation. Le laissant sortir du placard en premier elle en profita pour remettre en place la robe qu'elle avait choisit ce matin sans arrière pensée. Une robe qui lui allait à merveille et la mettait en valeur sans lui donnait un côté tapageur. Et puis elle sortit à son tour, toujours le même petit sourire malicieux au visage. Mais le jeu n'était pas fini et ce fut lui le premier à le manifester. Et au son de sa réflexion le sourire de d'Jazz augmenta. Alors elle posa une main dans son dos avant de la relever légèrement pour qu'il ne reste plus que le bout de son doigts sur sa chemise. Faisant alors un petit rond sur son amant. « Ah mon cher tu te surestime. C'était sympas mais pas super, je suis même déçue, j'ai perdu bien plus avec mon amie » Elle insista sur amie « Kaily. » Finissant son rond elle se recula pour se présenter devant lui. « Il faudrait que je te la présente un jour et qui sait... peut-être qu'on pourrait s'amuser tout les trois. » A s'amuser elle fit des guillemets avec ses mains. Une partie à trois, n'est pas l'un des plus grand fantasme masculin ? Son sourire malicieux s'agrandit. Effleurant le coup du jeune homme avec son indexe ce fut le dernier contact qu'elle lui autorisa. Et sans prévenir elle fit volte face et commença à s'éloigner de lui. Il pouvait lui courir après, ça n'en serait que meilleur. Mais en tout cas elle est quasiment certaine que cette histoire de partie à trois aller trotter dans la tête du jeune homme. Et rien qu'à cette idée d'Jazz ne pouvait s'empêcher de sourire.

    _________________

    LJ__ MARAP & DD
    DEAR FUTUR, I bought you, I own the rights To let go Destroy you This is my life. Dear future, I bought you I own the rights, To let go Destroy you This is my life....inside.....I've got, you want This is, don't stop I've got, you want It just, don't stop. This is entertainment Lives are entertainment You are down on your knees Begging me for more. Begging me for more. LIVES ARE ENTERTNAINMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com/t715-jazz-please-give-me-somet
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Jeu 21 Juil - 4:31

JAZZ - « C'est mon jour aujourd'hui ? Je croyais que c'était celui de … Jenny? »

Amaël eut une moue moqueuse. Et voilà, encore une fois, il savait qu'il l’aurait. Le jeu ne faisait que commencer. Après tout, sa journée méritait bien un peu de piment, et voilà qu'il était tombé sur la seule fille capable d'apporter ce piment. S'il avait été superstitieux, il aurait cru que c'était un coup du destin, comme par hasard, ils tombaient l'un sur l'autre. Amaël décida de croire que tout cela n'était pas le fruit du hasard. Il n'avait pas envie de finir sa soirée seul. Non plus exactement, il avait envie de voir sa partenaire craquer une nouvelle fois.

JAZZ - « Et puis avec un tel parfum mon cerveau a mis du temps à s'en remettre, d'ailleurs ça se trouve les plantes aussi vont en prendre un coup. Du parfum ça se vaporise, tu te baignes pas dedans normalement. »
AMAEL - «Ne dit pas de bêtise, tu ne saurais pas tenir 5 minutes à parler avec moi sans me sauter dessus. Mais je ne t'en veux pas, je fais cette effet là à beaucoup de monde... »


Amaël lui fit un grand sourire sarcastique. Ce n'était pas parce qu'elle l'énervait au plus haut point qu'il était dans l'incapacité de lui répondre. Bien loin de là d'ailleurs, il savait gardé son esprit clair, et savait l'énerver tout autant qu'elle pouvait l'exaspérer.

AMAEL - « Apparemment ton régime actuelle ne fonctionne pas à merveille … Mais j’en connais un qui t’aidera à perdre tes kilos en trop ! »

Il sourit et se retint d'éclater de rire. Oui, il le savait, c'était un parfait enfoiré, qui prenait son pied à la vanner, juste pour le plaisir de la voir s'énerver & de pouvoir partager des moments plutôt chauds avec la jeune femme. A chacune de leur rencontre, ils ne pouvaient ce disputer par leurs joutes verbales. Et pourtant à la fin de leur rencontre cela ce terminer toujours de la même façon : au lit ! Mais il devait reconnaître, bien qu'il ait quelques difficultés à la supporter (à chaque début de leur rencontre), qu'elle possédait de nombreux atouts. Physiquement, c'était une jolie brune aux yeux clair, au sourire enjôleur (même s'il ne lui était jamais destiné), au regard troublant & à la moue attendrissante. Bien proportionnée, la jeune femme avait des formes là où il fallait, ce qui complétait ce profil plutôt avantageux. Mais Amaël adorait par dessus tout le caractère de la jeune femme, bien qu'il s'en défende. Elle était dynamique, une vraie pile électrique. Elle savait ce rendre mystérieuse, une personnalité complexe. C'était une femme fougueuse, déterminée, qui se donnait les moyens de réussir ce qu'elle entreprenait. Du moins était-ce ainsi que le jeune homme l'imaginait. Et ce qu'il préférait, c'était de voir le combat qu'elle menait intérieurement, à chacune de leur rencontre. Il savait très bien qu'elle était partagée entre l'énervement et le désir, et ce dernier l'emportait tout le temps. Ah les femmes... toutes les mêmes ! Il adorait la voir lutter, remettre en doute ses convictions, et surtout, il adorait la voir céder, & l'embrasser fougueusement. Il était assez intéressant de constater que plus ils se détestaient, & plus ils finissaient dans le même lit. Au moins, la jeune femme pouvait-elle se vanter d'être la seule conquête fixe d'Amaël. Lui qui est si souvent qualifié comme homme à femme. Elle l'intriguait énormément. Il aurait pu se lasser & l'envoyer sur les roses, mais il était fou de ce petit jeu de séduction, ce jeu du chat & de la souris, avec dans le rôle du chat, Amaël. Ou plutôt, il était le gibier et elle était la proie.

JAZZ - « Toujours aussi gentil à ce que je vois ou alors c'est les stéroïdes qui atrophient ton cerveau ! Déjà que c'était... c'était pas. »Un pause. Il n'attendait que la suite. « que c'était pas l'effusion ?! »

Oh la vilaine fille qui voulait s'attaquer à lui, il n'y croyait pas une seconde. Elle était pathétique avec sa réplique à deux mornilles. Décidément Jazz portait à merveille l'âge de la bêtise. Pensait-elle pouvoir lui tenir tête ? Le mettre en péril ? Elle rêvait... Amaël n'était pas homme à destabiliser facilement. Il entra donc dans son petit jeu de gamine. Elle le prenait pour un méchant garçon, un salop. D'accord. Il était donc ce qu'elle attendait de lui.

AMAEL - « La prochaine fois que tu essaye de trouver une réplique trouve quelle que chose d’intelligent à dire ! »

Malheureusement ou heureusement pour elle, elle fut emmener incognito dans un autre couloir, tout aussi vide que le précédent qui pouvait lui comprendre qu'Amaël, était bien décider à montrer sa haine, physiquement. Avant de trouver un placard a balai, aussi sombre que la nuit, pour y rester de nombreuses minutes. Minutes où il passait à retenir ses cris, ne voulant pas faire accourir des paroles pour savoir qui les poussait, alors qu’il se laissait aller qui qu’était autre que Jazz-Harlane Caldwell, sa Némésis personnel et passionnel. Plusieurs minutes passèrent, avant qu’il ne sorte du placard qui avait été le seul témoin de leur ébat haineux.

JAZZ - «[...] Il faudrait que je te la présente un jour et qui sait... peut-être qu'on pourrait s'amuser tout les trois. » Avait-elle finalement déclarer, mettant définitivement fin au jeu et à tout le reste. Il rattrapa Jazz pour la rattraper, agrippant avec douceur l'un de ses bras.

AMAEL - « Tais toi tu parles trop. »

Il la repoussa vivement vers le mur quelques centimètre plus loin. Et tandis que sa bouche s’affaissait à goûter une fois de plus à sa peau, ses mains avaient prit place dans le bas de son dos, la forçant à se serrer un peu plus contre son corps. Un ricanement quasi imperceptible s'échappa de ses lèvres entrouvertes et il l’a relâcha soudainement de son emprise, se détournant nonchalamment de sa proie ; enfonçant ses mains caressantes dans le fond de ses poches. Comme si d’un coup, elle n’était plus grand-chose à ses yeux.

AMAEL - « Que de bien jolis mots, Jazz, va donc satisfaire ta nymphomanie aiguë avec cette certaine Kaily car aujourd'hui j'en ai finis avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Jeu 21 Juil - 6:37


La femme n'est pas en position de désir, elle est en position, bien supérieure, d'objet de désir. 
Jean Baudrillard

[colo=olive]
AMAEL - «Ne dit pas de bêtise, tu ne saurais pas tenir 5 minutes à parler avec moi sans me sauter dessus. Mais je ne t'en veux pas, je fais cette effet là à beaucoup de monde... » [/color]

Pas de réponse, inutile, autant le faire se sentir supérieur, sa chute n'en sera que meilleure. Dans sa petite tête brune, elle imaginait ce qu'elle pourrait bien lui jouer comme tour. Les idées ne manquaient pas, du tordu au complètement givrement tordu. Mais il ne faut jamais montrer l'étendu de ses talents à son adversaire de suite. Ce serait un avantage pour ce dernier. Et dans cette petite gueguerre où il n'y avait, en principe, pas de blessé, ils excellaient. Mais revenons sur le mot blesser. Vraiment personne de blessait ? Peut-être un qui malheureusement pour lui était entré dans le jeu une fois et il était parti aussi vite qu'il était venu. Jazz ne tenait pas à faire de victime collatérale et les seules fois où elle mentionnait quelqu'un ou bien manipuler une tierce personne ce n'était que pour pimenter un peu plus le jeu. Par exemple, charmer quelqu'un sous les yeux de son compagnon de jeux. Mais pour le moment ce n'est pas l'activité. Donc dans un coin de son esprit elle rangeait cette phrase dont elle se ferra un plaisir de lui ressortir, sans doute dans mmmhh... quelques minutes ou peut-être heures, à voir la suite. Et comme elle n'est pas extralucide (ce qui ne doit d'ailleurs pas être très marrant) elle ne savait pas où cette rencontre allait la mener. Et c'est aussi ça qui lui plaisait dans cette relation, enfin si on peut nommer ça une relation. Ça ressemble plus à un, selon Jazz, un bordel ! Un bordel plaisant où il fait bon vivre et où on s'amuse toujours – en principe.

La demoiselle perçut une pointe d'énervement lorsqu'elle lui parla de son parfum. Ça ne se voyait pas directement, mais c'est l'apparition du sourire sarcastique qui lui fit comprendre ça. D'ailleurs dans son esprit un tableau de score apparu, 1-0 et sous se tableau un Amaël et une Jazz miniature, il boudait, elle dansait. Oui la jeune femme a un esprit très … quel serait le mot, fertil ? Loufoque serait plus adapté. Mais sa petite d'Jazz intérieure c'est calmée pour foudroyer du regard le petit Amaël. Puisque le vrai grand, beau et fort (vraiment ?!) lui lança une réplique sur son poids. Mais il ne fallait rien laisser transparaître, rien ! Non rien, de rien. Non je ne regrettes rien. Le poids est un sujet tabou chez les femelles. Pour Jazz aussi mais pas obsetionel et puis c'était lié à son histoire. Il faisait le fier, inutile de lui faire plus plaisir. Conseil : ne jamais aider un mec à être encore plus fier (si c'est un narcissique de base) ou alors le faire si c'est pour, plus tard, se venger et la chute n'en sera, une fois de plus, plus qu'exquise à déguster ! Cela faisait donc deux remarques auxquels la demoiselle ne répondait pas, il devait se sentir puissant. Et rien qu'à l'idée de le faire sombrer elle s'en réjouissait. Mais il ne fallait pas trop le montrer, alors sur son visage son jolie petit sourire resta contrôlé et ses yeux ne pétillaient pas encore.

Il ferait un charmant petit couple. Un couple explosif. Lui avec son corps d’athlète et ses allures de mannequin et elle avec sa jolie allure et ses airs d'inonce mais de déterminations aussi. Un couple explosif vu leur caractère, mais au moins ils ne s’ennuyairaient jamais. Mais pour le moment ils n'y songeaient pas ou du moins ils n'en avaient pas fait part à l'autre. Et quand bien même ils en auraient envie, lequel serait prêt à le demander à l'autre et surtout comment ? En pleine partie de jambe en l'air ? Alors que d'Jazz drague un autre mec ? Ou encore qu'Amaël fait de la muscu ? Bref ce n'était pas dans l'ordre du jour sauf si le jeune homme voulait faire le malin. Mais être un couple pourrait les aider ou en tout cas pourrait aider d'Jazz à se construire. Même si cette perspective la fait rire au fond elle sait que ce serait une bonne chose de vivre une relation stable. Mais alors pour l'admettre se serait trèèès difficile, elle a déjà du mal à admettre que quelqu'un puisse tenir assez à elle pour lui demander de ses nouvelles, c'est mal parti! Laissons de côté les ambiguïtés de d'Jazz dans ce domaine pour un moment.

Bon elle l'avait laissé blablaté c'était à son tour de lui lancer un pic. Pas grand chose, elle en était même déçue mais lui laisse le temps de parole complet serait encore pis. Tant pis, elle fera mieux la prochaine fois ou du moins elle l'espère. Il fait son malin, une fois de plus mais la vengeance est un plat qui se mange froid mais surtout qui se déguste. Et d'Jazz se tenait prête pour une dégustation dans les règles de l'art, elle en salivait d'avance. Et le fait qu'ils finissent à faire des acrobaties dans un placard sombre n'était que meilleur pour la suite. C'était pas super elle avait connu mieux de sa part, elle était un peu déçue. Et bien évidemment elle ne se gêna pas pour lui faire remarquer. Il ne répondit pas à ses remarques, c'était un aveu silencieux. Alors le sourire de Mademoiselle Caldwell s'agrandit un peu. Et pour en ajotuer une couche elle parla d'une soit disant amie et sous-entendait – mouais c'était pas vraiment un sous-entedu – qu'une partie à trois était envisageable. Et si on sort notre bouquin sur les mecs, une coucherie à trois ne serait-ce pas l'un des grands fantasmes de ces messieurs ?

Bon les minis Amaël et Jazz ne tenaient plus les panneaux des scores et avaient préféré fusionner. Et petite Jazz se retirait du terrain ou du moins commencer. Ce n'était pas un signe de défaite, point du tout, parfois partir c'est pour mieux revenir ! Mais Amaël ne semblait pas de cette avis. En fait c'était pour qu'il s'approprie la fin, il ne voulait pas partir en perdant. En quelques secondes elle se retrouva contre un mur, le jeune homme tout près d'elle. Son sourire s'agrandit et elle se laissa faire. Il voulait faire le malin, elle en était convaincue alors elle sortit son air blasé. Et elle n'eut pas tord, aussi vite qu'il était venu il était reparti. Et ne se gêna pas pour lui faire remarquer que c'était fini. Alors Jazz laissa échapper un petit rire. Se décollant du mur elle aperçut une silhouette à quelques mètres d'eux. ooh les astres sont en ma faveur. Petite Jazz courait en rond tout en tirant la langue à petit Amaël. Mais grande Jazz resta stoïque mais les mots du jeunes homme ne purent la faire que plus sourire. Oh il allait le regretter. S'approchant de lui par derrière elle passa une main dans son dos pour remonter sur son épaule alors elle s'approcha pour être face à lui. Et aussi doucement et sensuellement que possible. Puis elle se mit sur la pointe de ses pettons, oui elle est petite, mais les hommes n'aiment-ils pas les petites demoiselles ? S'approchant de son oreil dans un souffle elle lui déclara. « faut dire j'ai été déçue ! Passe une bonne journée. » Se reculant aussi doucement qu'elle était venue, elle lui fit son plus beau sourire. Elle fit quelques pas et la personne qui n'était qu'une silhouette quelques secondes auparavant était désormais une charmante jeune femme auprès de laquelle se rendit d'Jazz. Inutile de cirer, Amaël allait l'entendre de là où il était. « Kaily tu m'as manqué et j'ai découvert un placard ! C'était un charmant plaquait en apparence mais il se révéla décevant. » Toujours un sourire malicieux aux coins des lèvres, Amaël la voyait juste de dos. Et pour une dernière fois, en se retournant, elle lui adressa un dernier bonne journée. Se retournant de nouveau elle attrapa la main de son amie avant de déposer un léger baiser sur ses lèvres. Ça avait l'air vrai.

Et d'Jazz s'éloigna et avant de disparaîtra son rire si particulier éclata l'air. Trois heures plus tard elle réapparaissait, dans la piscine de l'université. Même en maillot elle est agréablement, même très agréable à regarder. En pleine discutions avec un certain James. Un james qui semblait être ami d'Amaël d'ailleurs il était pas loin. De là où elle était, Jazz parvenait à percevoir son énervement. Et la suite n'en fut que meilleure puisque James rejoignit son « ami » Amaël En se félicitant d'avoir trouvé une super fille ! Qui lui semblait non seulement être un bon coup mais aussi une personne géniale ! Quant à Jazz, après avoir passé une heure à nager elle était sortie de l'eau – de la même manière que James Bond Girl sauf qu'elle ça avait l'air naturel. S'enroulant dans sa serviette elle disparu dans les vestiaires. Et bien évidemment quelques instants plus tard quelqu'un entra dans les véstiaires, Amaël ça ne pouvait être que lui parce que ce n'était pas des pas de filles. Le second round pouvait commencer. « j'étais sûre que tu te sentais femme en partie. » son rire éclata raisonnant dans la pièce. Elle ne le voyait pas, cachée par son casier.

_________________

LJ__ MARAP & DD
DEAR FUTUR, I bought you, I own the rights To let go Destroy you This is my life. Dear future, I bought you I own the rights, To let go Destroy you This is my life....inside.....I've got, you want This is, don't stop I've got, you want It just, don't stop. This is entertainment Lives are entertainment You are down on your knees Begging me for more. Begging me for more. LIVES ARE ENTERTNAINMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com/t715-jazz-please-give-me-somet
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Mer 10 Aoû - 7:04

JAZZ - « faut dire j'ai été déçue ! Passe une bonne journée. »

Son sourire charmeur et dévorant persistait, bien qu'intérieurement l'arrogance de la belle faisait monter en lui un élan venimeux ressemblant fortement à une colère froide. Leurs deux personnalités n'étant que trop explosives, il était à prévoir qu'un jour où l'autre Amaël ne s'en lasse ; bien sûr qu'il aimait les joutes verbales et physiques, les confrontations et les combats au corps à corps, mais l'indifférence était une chose qu'il ne pouvait supporter et qu'il faisait impérativement payer. Le sombre jeune homme aux mœurs perverses et agressives n'agissait jamais autrement que comme un prince ; avec caprice, il fauchait tous ceux qui sur sa route, lui déplaisait fortement. Et Jazz avait beau avoir pour une une silhouette parfaite, Amaël ne la laisserait jamais gagner à leur jeu, car il y mettrait un terme en brandissant fièrement son orgueil et sa vanité ; il ne désirait guère être un jouet entre les mains de la douce, car il se considérait comme ultime marionnettiste, et personne d'autre. Ainsi, il avait vu dans le fait que la jeune demoiselle se croire triomphale et au-dessus de lui, un affront dont la colère coulait encore dans ses veines ; elle paierait pour son comportement qu'il avait jugé déplacé, même s'il devait se montrer excessif comme à son accoutumée. Petit prince orgueilleux qui avait une sainte horreur de perdre et qui, ce soir, gagnerait la partie ; qu'elle le veuille ou non elle se verrait essuyer un refus catégorique tout autant que l'humeur lunatique d'Amaël qui ne voulait s'embarrasser d'une vipère n'en faisant qu'à sa tête. Certes, Uccisi était égocentrique et capricieux, il ne jurait que par lui, son monde et sa propre personne ; que tous le servent mais qu'aucun ne le sous-estime... Son arrogance poussée demeurait son plus grand défaut, et quand bien même il avait à son actif des amis fidèles qu'il ne considèrerait jamais comme pions sur un échiquier mais véritablement personnes estimées, pour les autres il se faisait sadique joueur, bourreau vicieux ou ennemi violent, et en l’occurrence la belle et désirable Jazz était, par le biais de ses caprices que le jeune homme n'avait pas appréciées, tombée presqu'en disgrâce aux yeux de ce dernier. Tous deux avaient une personnalité forte, mais plus encore, c'était le caractère individualiste de la jeune fille qui le poussa dans ses retranchements à vouloir ainsi mettre un terme à leur relation charnelle ; Amaël voyait passablement d'un mauvais oeil le fait que la vipère l'ignore sans l'estimer... Et malgré tout, il garda son sourire carnassier, logé au coin des lèvres comme il ne détacha pas ses prunelles ambrées du dos Jazz qui embrassait sa compagne Kaily.

JAZZ - « Kaily tu m'as manqué et j'ai découvert un placard ! C'était un charmant plaquait en apparence mais il se révéla décevant. »

En outre, à la première réplique de cette dernière, le jeune homme eut un rire froid, bref et léger, railleur et tranchant, son rire jaune trahissait son exaspération. Bien sûr qu'il aimait les jeunes filles au tempérament de feu, sortant les griffes et les crocs pour mieux apprécier la confrontation dans la violence et le désir, mais le stade de Jazz était à son sens trop hautement poussé. Amaël demeurait en effet persuadé que la belle cherchait à le dominer ; un fait qu'elle n'arriverait jamais à accomplir mais qui ne plaisait guère au sombre Uccisi. La demoiselle s'éloigna, visiblement certaine de son jeu et de son issue, elle semblait néanmoins ignorer la détermination infaillible dont Amaël pouvait faire preuve ; s'il était vrai qu'il était un amateur de courbes féminines, il choisissait néanmoins ses amantes avec parcimonie et se tenait avisé d'en repousser certaines lorsqu'il estimait que ces dernières le méritaient alors ...

Trois heures tard, elle réapparaissait, dans la piscine de l'université. Ainsi, la joute vocale n'était pas encore finis et il aura sa vengeance tant ruminait durant la journée. Tandis que ses prunelles sournoisement rieuses se posèrent Jazz qui jouait de son charme et de ses courbes auprès de James, le jeune homme tira une cigarette d'un paquet enfoui dans sa poche, l'apposant au coin de ses lèvres avant de l'allumer il souffla subrepticement un nuage de fumée grisâtre s'envolant vers le plafond, preuve de son insolence provocatrice et de sa faculté à se détacher de tout. Il la suivait du regard, la voyant s'éloigner du bassin pour disparaitre dans le vestiaire des filles.

JAZZ - « j'étais sûre que tu te sentais femme en partie. »

Un nouveau rire léger s'échappa des lèvres du jeune homme comme il ne bougea pas, l'épaule appuyée sur l'encadrement de la porte, refusant de montrer toutes l’exaspération que la demoiselle à la voix sèche qui se sentait visiblement infaillible et bien trop sûre d'elle pouvait m'apporter.

AMAEL - « Quand tu te tais, tu es plus jolie, tu sais ? »

Il fallait devoir trouvé quelque chose de vraiment cruel pour venir derrière ça et pouvoir rattraper l'excès de gentillesse dont il venait de faire preuve aujourd'hui... Mais bon il faut savoir ménagé la chèvre pour réussir à l'atteindre, et parfois feindre le mort avant de revenir encore plus violemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Mer 10 Aoû - 9:54

Sa petite phrase avant le bonne journée allez sans doute lui coûter cher, mais lorsqu'elle la lança elle n'avait pas pensé à quelles genres de conséquences cela pourrait mener. Et plus les conséquences seraient importantes plus cela démontrerait à quel point elle l'a piqué. Pour les femmes c'est peut-être l’apparence, le poids, le point sensible mais chez les hommes ça doit être leur niveau sexuel. Et comme critiquer une femme sur son poids la met mal à l'aise et bien critiquer la qualité des ébats d'un homme donne le même résultat. Et cette théorie s'appliqua bien rapidement, il ne tenta même pas de répondre, elle l'avait donc bien piqué. Mais le jeune femme a aussi appris que, lorsqu'il ne répond pas tout de suite il garde en mémoire pour mieux se venger, d'ailleurs elle fait de même. Et ça, ça avait piqué la curiosité de d'Jazz, qu'allait-il faire ? Elle préféra ne rien imaginer, la surprise n'en sera que meilleure ou pire selon le choix qu'il fera. Et l'arrivée de Kaily ne fut que la cerise sur le gâteau ! Il allait être encore plus énervé mais bien évidemment il ne le montrerait pas, ce serait faiblesse de sa part. Qu'importe, Jazz en profita pour enfoncer le couteau dans la plaie. Mais à force de le pousser, ça va lui retomber dessus. Elle était contente mais pas au point d'afficher un sourire triomphant ou encore courir autour d'Amaël en lui souriant. Non, ce serait que lui donner plus de plaisir lorsqu'il se vengera.

Et avant de disparaître, bien évidemment, elle en ajouta un peu plus tout naturellement. En réalité Kaily était une amie avec qui elle s'entendait bien. Il leur arrivait de passer des soirées ensemble dans des bars ou des cafés. Elles n'étaient pas en couple, simplement amies qui aimaient taquiner la gente masculine. Alors quand Jazz l'embrassa, l'autre jeune femme se laissa faire, même si en réalité d'Jazz n'effleura que le coin de ses lèvres : un baiser de cinéma qui sembla pourtant bien réel.

Puisqu'elle n'avait pas « perdu autant de poids » que promit par les galipettes impromptues, Jazz se rendit à la piscine où elle se défoula en toute décontraction. Mais c'était lassant comme activité, encore si elle avait un MP3 qui va sous l'eau pourquoi pas continuer, mais sans rien ce n'est pas si intéressant que ça. Alors elle sortit et en profita pour discuter, quelques minutes avec un jeune homme avant de choisir les vestiaires pour se prendre une douche bien chaude. Bien évidemment, elle remarqua Amaël et sa clope. Il était énervé, c'était certain, puisque que lorsqu'il baignait dans ce sentiment il avait le besoin de prouver son arrogance encore plus qu'en temps normal. Comme ça ces dernières remarques avaient belles et biens eu effet. La question désormais est : comment ça va lui retomber dessus ?

Toujours un petit sourire au visage, elle trifouillait dans son casier quand quelqu'un pénétra dans le vestiaire. Elle pensa que c'était Amaël alors elle sortit une petite phrase rien que pour lui. Et puis tant pis si c'était quelqu'un d'autre, alors elle aurait bafouillé un truc stupide qui serait passé. Mais évidement qu'elle ne s'était pas trompée. Il était bien trop énervé et poussé à bout qu'il était forcément entré. Il voulait montrer sa puissance sur elle, mais aussi se rassurer qu'il était bien le dominant. Alors c'était parti pour une nouvelle partie !

Sa réponse fut décevante mais Jazz était persuadée que c'était une tactique mais qu'importe, autant lui faire croire qu'il était gagnant. Fermant son casier elle s'éloigna, une serviette coincée sous ses bras et une bouteille de shampoing à la main. Faisant quelques pas, la demoiselle s'approcha de lui qu'est-ce que tu fais là, alors ? Encore quelques pas et elle se retrouva à peine à quelques dix centimètre de lui. Levant légèrement la tête pour le regarder dans les yeux. Un petit sourire accroché au visage, on ne sait pas trop ce qu'il exprimait. Pourtant cela la rendait encore plus belle.

Puis soudain elle fit volte face et à nouveau quelques pas, cette fois-ci en direction des douches. Laissant glisser sa serviette jusqu'à sa taille, elle l'attrapa avec sa main libre et finit par la laisser sur le banc juste à côté. S'il la lui volait ce serait vraiment, mais vraiment décevant de sa part de même que s'il volait ses vêtements se seraient tout aussi décevant. De toute façon elle trouverait de quoi se changer. Elle arrêta bien rapidement de réfléchir aux différentes possibilités qu'il aurait de se vanger. Au lieu de ça, elle fit un pas pour se retrouver sur le sol surélevé qui s'arrêtait au mur où les douches étaient fixées. Appuyant sur le premier bouton qu'elle vit, l'eau se mit à couler. Faisant face à l'eau, Jazz opta pour d'abord se mouiller le visage puis le buste. Elle ne faisait pas grand chose pourtant... pourtant c'était assez sensuelle. Après avoir passé quelques minutes à se mouiller, elle se retourna pour que son dos profite de l'eau chaude. Penchant légèrement la tête, elle mouilla ses cheveux. Elle commençait à se sentir apaisée, la chaleur de l'eau ainsi que la vapeur la ramollissant. Et c'est ainsi que pendant un instant elle oublia la présence d'Amaël.

c'est pas super >.<

_________________

LJ__ MARAP & DD
DEAR FUTUR, I bought you, I own the rights To let go Destroy you This is my life. Dear future, I bought you I own the rights, To let go Destroy you This is my life....inside.....I've got, you want This is, don't stop I've got, you want It just, don't stop. This is entertainment Lives are entertainment You are down on your knees Begging me for more. Begging me for more. LIVES ARE ENTERTNAINMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com/t715-jazz-please-give-me-somet
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Sam 13 Aoû - 5:35

JAZZ - "qu'est-ce que tu fais là, alors ?"

En effet pourquoi était il dans les douches des femme ? Vous vous attendez sans doute à ce que je vous sorte un prétexte bidon dans le genre :

1) Il s'était tromper d'endroits
2) Il avait remarquer une damezoielle en robe et une autre en jean et il portait un short ...
3) Ile voulait se faire de nouvelles connaissances
4) Il voulait avoir une vue imprenable sur certaine partie du corps humain.

Mais le mieux avant de vous répondre serait plutôt de reprendre du début. Imaginez vous : seule dans la douche sachant qu'à deux pas de vous un jeune homme -disons le franchement- plutôt beau gosse ne pense qu'à ce venger. Sachez aussi que si ce dernier pensait à vous faire une crasse ou encore avait des envies de meurtre personne ne pourraient venir vous aidez. Effectivement, la piscine était loin d'être bondée de monde et le jeune homme s'était empresser de fermer la porte du vestiaire des femmes. Et la haine peut être un bon mobile vous savez ?

Il y a des gens comme ça, que vous détestez au premier regard. Vous ne savez pas pourquoi, vous ne savez pas comment, vous ne pourriez même pas donner une bonne raison. Juste, vous ne pouvez pas les voir. A chaque fois que vous les croisiez, vous avez envie de leur faire un croche-pied. A chaque fois que vous leur parliez, vous aviez envie de les insulter, de leur cracher dessus. Vous avez même des envies meurtrières parfois. Juste comme ça, parce que leur tête ne vous revient pas. Avec Jazz et Amaël c'était comme ça. Et à ce moment, il cherchait juste comment la faire souffrir et par quel moyen la tuer. Pourquoi ne pas commençait par une baffe, il avait envie de la frapper, nan, il avait envie de l’écorcher, de lui enlever trèèès lentement la peau des os, avant de la faire rôtir dans des flammes qui la brûleraient seulement trèèès lentement, il voulait lui arracher un œil et la lui faire bouffer pendant que l’autre regardait, il voulait que chacune des parcelles de son corps souffre, il voulait … Est-il utile de préciser que les yeux du jeune homme avaient progressivement pris une teinte entièrement noire, et qu’il semblait sur le point de mettre vraiment ses pensées morbides à exécution ? Non, certainement pas puisqu'on parlait d'Amaël Uccisi.

Pendant qu'Amaël réfléchissait à qu'elle serait la mort la plus morbides pour Jazz, la demoiselle avait eu le temps de rentrer sous la douche et de laisser sa serviette sur le banc. C'est ainsi que lui vient une idée. Il se mit sur les pointes des pieds pour rejoindre l'autre bout de la salle afin de kidnapper sa serviette et ses vêtement de cette dernière. Oh, ce n'était pas bien méchant, mais c'était une punition bien méritée !

* Amaël, Amaël... tu y es presque !... Un peu d'effort... Encore un peu... en... * Se disait-il en étirant son bras le plus loin possible de son corps.

HJ - 702
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV] Dim 14 Aoû - 4:19

Pendant un petit moment elle décolla complètement. Passant dans un autre monde. Un monde calme, paisible, sentant l'eau brûlante couler sur sa peau elle se sentait apaisée. Ce qui est un exploit. Malheureusement la planète terre réapparut et elle s'écrasa dessus à la manière d'un lapin crétin s'écrasant sur la vitre de la télévision. Ouvrant à nouveau ses yeux elle voulait les refermer mais sa raison l'en dissuada. La rationalité, elle en abusait. Passant une main dans ses cheveux, cette main finit dans son coup pour atterrir sur son visage. Se massant légèrement les yeux elle tentait de convaincre de ce calmer. Oui, parce que malgré son calme apparant, elle bouillonnait. Boullonant de toutes sortes d'émotions il faut que je me calme. Le retour à la réalité faisait toujours mal, c'est aussi pour cela que la jeune femme profitait des quelques moments d'évasion que lui offrait ses petites escapades imaginaires.

Il a pas parlé depuis un bout de temps... et il a plus fait de bruit... Fronçant les sourcils cette observation ne la rassura pas. qu'est-ce qu'il fou bordel ?! Mais elle ne voulait pas s'arracher à la chaleur de l'eau. Alors, pour gagner un peu temps, elle se contenterait de d'abord l’interpeller. Uccisi je sais pas ce que tu fou et si c'est voler mes vêtements je préfère te prévenir qu'ils sont dans le casier quatorze. Casier fermé à clé, clé accrochée à la bretelle de son maillot de bain que, bien évidemment elle portait. Quoi que évidemment soit ironique dans cette situation puisque, si l'histoire c'était écrite autrement, peut-être que le maillot ce serait retrouvée sur le carlage. Et l'eau coulerait sur leur deux corps. Mais Amaël voulait faire le malin alors pas de galipettes dans les vestiaires, mais il n'est jamais trop tard pour changer le plan.

Il allait chercher quelque chose à répondre ou bien faire une action, alors elle avait bien gagné quelques secondes sous l'eau bouillante. Mais il fut temps de s'en retirer. Faisant un pas, elle appuya sur un bouton qui fit disparaître l'eau qui l'avait tant apaisé. Une petite grimace accompagna cette disparition. En quelques torsion capillaire, la jeune femme enleva la plus grosse partie d'eau qui y résidait. Encore un passage de main sur le visage et elle quitta la surévaluation pour quitter les douches. C'est alors qu'elle le vit. Et comme elle savait si bien le faire, Jazz s'approcha doucement de lui. Déposant une main mouillée sur son épaule elle souriait toujours. Le contournant elle se retrouva face à lui. qu'est-ce que tu veux ? Prouver que tu es le plus fort ? Cette seconde phrase, elle se contenta de la dire dans sa tête. Sa voix mélodieuse et légèrement écorchée avait donc retentit dans les vestiaires qui étaient à eux.

Posant son regard dans le sien, un instant elle décrocha. PimBamBoum elle tomba dans un tourbillon de pensées et la colère qu'elle nourrit chaque jours retentit comme un gong dans son fort intérieur. pourquoi vous êtes pas en couple ? Vous vous ressemblez tant ? Pourquoi t'es incapable de t'attacher d'Jazz ? T'es seule comme fille, tu rentres chez toi, tu es seule, tu te lèves tu es seule. Je sais que je veux m'endormir près de quelqu'un. Je veux pouvoir rentrer chez moi et retrouver quelqu'un. Mais j'ai peur, pourquoi est-ce que quelqu'un s'accrocherait à moi ? Pourquoi ? Bordel ! Continuant de le regarder, l'espace d'un instant elle avait semblé avoir quitté ce monde. Son regard semblait encore plus éteint qu'en temps normal, plus triste. Sa main c'était ramollie sur son épaule. Il pourrait lui faire une pichenette qu'elle tomberait. Ses jambes ramollies par la douche la soutenaient à peine, d'avantage que ce décrochage la déstabilisa d'avantage. Si elle n'était pas aussi pessimiste et rationnelle elle lui aurait peut-être demandé de sortir avec elle, dans le sens une soirée ensemble. Mais Jazz est une rationnelle, pessimiste et trouillarde.

HJ --> [] 702

_________________

LJ__ MARAP & DD
DEAR FUTUR, I bought you, I own the rights To let go Destroy you This is my life. Dear future, I bought you I own the rights, To let go Destroy you This is my life....inside.....I've got, you want This is, don't stop I've got, you want It just, don't stop. This is entertainment Lives are entertainment You are down on your knees Begging me for more. Begging me for more. LIVES ARE ENTERTNAINMENT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com/t715-jazz-please-give-me-somet


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV]

Revenir en haut Aller en bas

La haine peut être un bon mobil, vous savez ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Northwest Phoenix :: Arizona State University-