AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nous souhaitons la bienvenue à marie curie 19
recensement numéro 2 terminé. nouveaux avatars sont désormais libres ouais
vous pouvez désormais facebooker, alors rendez-vous dans ce joli sujet heart
viens vite t'inscrire à la première intrigue ici

Partagez|

It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mar 7 Juin - 8:31



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

«Tu sais, j'accepte également qu'on me paye en nature.. Je dis ça sans aucune arrière pensée bien sûr! » ça je pouvais être sûre qu’il allait me le sortir. J’aurais dû le parier. J’avais voulu le lui dire mais j’avais trouvé le lieu un peu inapproprié. Cependant, lui l’a fait mais de manière très distraire en me le chuchotant. Ça me fit sourire. Des hommes avaient déjà essayé de me faire ça. Je me rappelle du propriétaire de mon appartement dans le West. Une fois, je n’avais pas l’argent pour le payer tout de suite, je lui avais proposé de le payer dans une semaine. Le gars n’avait pas eu le culot de me dire que je pouvais le payer d’une autre manière. Ma main est partit toute seule et à frapper sa joue violement. Il n’a plus recommencé et en même temps, je n’ai jamais plus payé en retard pour éviter qu’il me sorte la même chose. Je plaints les pauvres filles qui n’ont cette solution pour suivre. Ça ne doit pas être facile tous les jours surtout quand on voit les hommes en face, ce n’est pas souvent des beaux hommes. Contrairement à elle, je ne pourrais pas faire une telle chose. Je n’ai pas dignité et je préfère encore mourir dans un coin que le faire. Cependant avec Oakley, ce n’est pas pareil. Je peux largement le payer en nature, ça me dérange pas le moins du monde. Après tout c’est mon fiancé. Donc c’est différent. « Je vais me dépêcher d’avoir des dettes avec toi dans ce cas-là. » C’était sortit tout seul. Cependant, je n’étais pas sûre de l’avoir dis à voix basse. Il me semble que ma voix était normale même largement plus forte. Je me retourne pour voir les gens autours de moi. C’est bien cela, ils me regardent. Je me mets à rire. Ils peuvent bien penser ce qu’ils veulent, je m’en fous. Oakley et moi sommes ensemble, on peut bien se payer en nature quand on le désire. Je leur fais un petit clin d’œil ce qui les fait regarder ailleurs. Les robes de princesse n’avaient jamais été mon rêve même enfant. Je préférais me déguiser en chevalier et pouvoir me battre avec épée. Dans une robe, je ne me sens pas à mon aise. Ça me sert de partout et j’ai l’impression d’être une dinde emmitouflée. Je fais des efforts en en portant quelques fois mais ça reste un véritable calvaire quand c’est le cas. Au moins quand j’en ai met une, ça fait plaisir à Oakley. Comme ça il est plus heureux de m’en voir porter une. Ça donne toujours cet effet de surprise.

Cette partie de lui ne me dérange pas. Tant qu’il ne le fait pas de façon excessive, ça me gêne pas. Si un jour, il en vient à me questionner sur mon emploi du temps dans les moindres détails ou qu’il me fait suivre par un détective privé. Là peut-être que je me poserais des questions. Je n’aimerais pas qu’il n’est pas confiance en moi. La confiance est très importante pour moi. Si on n’a pas confiance en l’autre alors c’est qu’on n’est pas fait pour être ensemble. C’est parfaitement confiance en Oakley. Il n’a pas besoin de me dire tout, car je sais qu’il me trahirait ou me tromperais jamais. «Hum.. Je ne suis pas sûr que tu l'aimeras le jour où mon poing atterrira dans la figure d'un prétendant ou d'un ex à toi. » Je savais pertinemment de qui il voulait parler. Il disait un ex mais c’était bien de Dwayne. Tout ce que j’espérais, c’est que leur chemin ne se croise pas pour le bien des deux. Oakley savait exactement pourquoi Dwayne était revenue en ville. Je ne lui avais rien caché en lui disant que c’était pour moi. Ils allaient se battre un jour ou l’autre. Je ne pourrais rien y faire. En même temps, c’était des hommes et ils aimaient utiliser leurs poings pour résoudre un problème. Un petit sourire vint se dessiner sur mon visage. Je crois que ça me plairait de voir Dwayne se prendre un coup de poing. Juste pour lui montrer ce que ça fait quand ça arrive en plein visage. Au moins, il ressentira la même douleur que j’ai ressentit lorsque j’ai tout découvert. Car même si ce n’était pas au visage, ça m’a fait autant mal même plus mal. Il ne ressentira jamais cette douleur parce que personne ne lui a encore brisé le cœur. Mais lorsque ça arrivera, il comprendra. « Même après ça je l’aimerais. Je déteste te voir te battre mais ce n’est pas ça qui va me faire moins t’aimer. Il m’en faut beaucoup plus qu’un poing dans la figure d’un de mes exs. » Oakley n’a pas à se sentir menacer par Dwayne. Dwayne n’était jamais jaloux, jamais. Ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Seulement, j’étais aveugle, aveugler par l’amour, et je ne pensais qu’à lui. Pour moi, il était l’homme parfait, l’homme de ma vie. Tout le monde ne cessait de me dire qu’il allait me faire souffrir, qu’il n’était pas fait pour moi. Je n’écoutais rien me contentant de rester avec lui. Et puis, c’est arrivé et je m’en suis mordu les doigts comme pas possible. Parfois, il faut savoir écouter les autres et ne pas être têtue comme une mule.

C’est d’un air choqué et indigné qu’il me regarde. Et bien, il a voulu me taquiner, c’était censé rien dire ? non, je ne peux pas. Je n’ai pas ma langue dans ma poche, il fallait bien que je sorte quelque chose. les transports en commun, je déteste ça. La plupart du temps, je préfère marcher et quand c’est trop loin, je prends ma voiture. Mais je ne prends jamais le bus ou le train. Je me sens trop compresser dans ces lieux. Et puis, il y a trop de mondes. C’est l’impression de plus pouvoir respirer. «Ouch! Tu n'oserais pas me laisser comme ça!» Je ne pourrais pas le laisser comme ça. Mais lui faire croire que je le ferais oui. « Qui cherche, trouve. Non ? » Ce soir, je n’avais pas du tout envie de rentrer avant lui. Je voulais qu’on soit tous les deux alors aucune chance pour que je le laisse prendre le bus. J’attrape ma ceinture pour venir la faire passer devant. Je la clique au bon endroit et regarde Oakley. «Tu es la meilleure conductrice que je connaisse. » La meilleure quand même. Je conduis bien mais je ne suis pas la meilleure. Je ne suis pas non plus une conductrice de formule un ou de course automobile. Eux sont bien meilleurs que moi. J’affiche un visage réjouie de le voir me dire ça. « C’est trop facile avec toi. Je peux te faire tout dire. » Je rigole. Et puis tire sur ma ceinture pour pouvoir l’embrasser. Je démarre la voiture d’une main et prend la sienne de l’autre.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mer 8 Juin - 6:53




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« Je vais me dépêcher d’avoir des dettes avec toi dans ce cas-là. » Je ne sais pas ce qui m'a fait rire le plus au final: le fait qu'elle m'ait dit ça de façon si franche ou le fait qu'elle l'ai dit à voix haute et que tout le monde autour de nous ait un sourire en coin. Franchement, je n'en avais rien à faire qu'ils puisse s'amuser de ça. Oui, Sharly est ma fiancé, et oui j'adore faire l'amour avec elle. Alors je ne vais certainement pas faire l'hypocrite en disant que le fait qu'elle puisse me payer en nature me choque. Et le sourire que j'arborais à présent le dévoilait carrément. En fait, je mourrais d'envie de lui répondre du tac-o-tac mais je me retenais histoire de ne pas parler sur le même ton que le sien. Même si ils avaient très certainement tous comprit l'allusion qu'elle avait faite, elle n'avait en aucun cas évoqué de façon clair ce dont ils étaient en train de parler. Du coup, ça ne servait à rien de déballer encore plus de détails croustillants à leurs oreilles. Par contre, ça n'allait certainement pas m'empêcher de répliquer quelque chose à son oreille. Je m'approche donc de son visage, et murmure avec une pointe de sensualité flagrante. " Je crois que tu en as déjà.. Et je propose que tu commences à me rembourser dès ce soir parce que tu risques d'en avoir pour un moment !". Le problème avec nous deux, c'est qu'il n'y en a pas un pour rattraper l'autre! Quand on partait sur ce genre de débat et de taquinerie, on continuais à renchérir jusqu'à ce que l'un de nous finisse par se lasser ou qu'on soit contrait de le faire à cause d'un événement externe. Cela faisait plusieurs semaines qu'on ne s'était pas vu, du coup il était tout à fait légitime qu'on se cherche un petit peu et qu'on reprenne nos bonnes vieilles habitudes, même si c'était en public. De toute façon la plupart de ces clients ne nous connaisse pas, ou sont trop ravagés par l'alcool pour pouvoir s'en souvenir le lendemain matin. Je sais que les robes ce n'est pas son truc. Je la vois très rarement habillée dans ce genre de vêtments, et franchement ça ne me gène pas. Oui, c'est sûr, avec un corps aussi magnifique que le sien elle pourrait se permettre sans soucis de s'habiller ainsi. Et les rares fois où j'ai eu l'occasion de la voir comme ça, c'est vrai que mon coeur battait la chamade. Mais il bat comme ça dans n'importe quelle situation. J'aime qu'elle soit différente des autres, qu'elle ne se plie pas au conformisme de la mode que toutes ces filles adulent.

Sharly n'aime pas les transports en commun et moi non plus. A vrai dire, comme tous les gamins vivant dans une grande ville telle que Boston, j'ai eu mon lot de bus et de métro. Franchement, à partir du moment où j'ai goûté au plaisir sans nom qu'était le fait de conduire, j'ai tout fait pour éviter de remettre un jour les pieds dans un bus. Je ne sais pas ce qui me déplaît le plus dans ce système: le fait qu'on ne soit jamais pile devant l'endroit où on désire aller, ou le fait que tout le monde se batte pour avoir le dernier siège de libre. C'est dans ce genre de transport qu'on se rend compte du manque d'éducation ou d'hygiène des gens. Entre ceux qui ne se sont pas lavés depuis deux jours et ceux qui laissent les pauvres grand-mères debout on en ressort complètement barbouillé. Tout ce qu'il me reste à ésperer c'est que j'éléverai assez bien mes enfants pour empêcher ce genre de désastre. « Qui cherche, trouve. Non ? ». Un sourcil haussé, je me retrouvais sans rien pouvoir lui dire. Elle n'avait pas tort, je l'avais bien cherché cette vanne là. Même si je savais que jamais elle ne me laisserait dans une situation pareille, je faisais semblant de la prendre au sérieux et d'avoir un air outré. Pour ensuite bien sûr me racheter comme je le pouvais. Présentement, c'était un petit compliment qui me servait d'excuse avant d'attacher ma ceinture. Elle se mit à rire et me renvoya à nouveau une réplique comme je les aime en pleine figure. « C’est trop facile avec toi. Je peux te faire tout dire. ». Je lève les yeux au ciel amusé et rigole également. Elle n'avait pas tort à nouveau. "Oh mais tu sais, si tu trouves ça trop facile, je peux arrêter d'agir comme ça et t'en faire voir de toutes les couleurs!". Mon nez se plisse et ma langue sort de ma bouche pour me moquer d'elle. Elle démarre alors la voiture, s'emparrant de ma main. Je sers cette dernière un peu plus fort et sourit en regardant la route.Je sentais un calme abondant envahir tout mon être. Après le bruit incessant du Hip Hop Dance il était clair que ça faisait un bien fou de se retrouver en tête à tête. Plus que quelques kilomètres et on se prélasserait tous les deux dans notre lit. Je porte sa main à ma bouche, pour y déposer un baiser.

"Au fait ma puce.. Je me disais qu'on aur..". Je m'arrête subitement, aveuglé par des phares énormes. Un camion était de l'autre côté de la route, et visiblement il ne savait pas que mettre les pleins phares était interdit quand d'autres voitures se trouvaient en face. Quoi que.. J'avais beau être fatigué, mes sourcils se froncèrent. Quelque chose clochait, il roulait beaucoup trop à gauche.. Quand je compris enfin qu'il nous fonçait dessus, le timbre de ma voix se fit entendre comme jamais. "Oh putain! Sharly!!!". Dans les situations de crise je n'étais pas l'homme le plus poli du monde. Il n'y avait absolument rien à faire dans notre situation, parce que peu importe ce qu'on adopterait comme stratégie, on allait droit à l'accident. Tout se passait si vite et si lentement en même temps. J'avais vu l'accident arriver, mais avec deux secondes de battement, je ne pouvais rien faire. Mon seul réflexe fut de m'emparer du volant pour tourner à droite. Je sentis d'un coup une pression énorme et la voiture fit plusieurs tonneaux, atérissant droit dans le ravin. Je ne saurai dire vraiment ce que j'ai pu ressentir pendant les quelques secondes qui nous précipitaient en enfer, puisque je perdis connaissance dès que ma tête cogna contre la portière. La voiture s'était arrêtée depuis dix minutes quand mon esprit s'éveilla à nouveau. La première chose que je sentis fut un horrible mal de tête. Pas ceux qui se guérissent à l'aide d'aspirine. Non, le genre de souffrance qui vous cloue sur place et qui vous fait jurer intérieurement que jamais vous ne retoucherez à une voiture de votre vie. Un gémissement sorti de ma gorge, et des larmes me montèrent aux yeux. Tous mes sens reprenaient vie à mon grand regret. Du sang coulait le long de ma tempe, et je compris rapidement que j'étais positionné la tête à l'envers. Mes yeux se focalisèrent sur ce qui m'entourait, et quand j'apperçus la vitre brisée, les morceaux de voiture complètement déformé, les images de l'accident circulèrent à tue-tête dans ma tête. Et subitement, mon coeur se mit à tembouriner si fort dans ma poitrine que je pensais qu'il allait exploser. Sharly.. Ma tête tourna en direction de la place du conducteur subitement malgré la douleur, et les larmes qui perlaient au coin des yeux dûe à la douleur physique se mirent à couler cette fois pour des raisons sentimentales..

"Sharly! Bon sang! Hey!! Je t'en supplie, t'as pas interêt à me laisser là parce que je te jure que je vais botter tes petites fesses..!". La peut envahissait ma voix et mon visage. Je ne m'étais jamais retrouvé dans ce genre de situation, et je refusais l'idée de la perdre. Mes dents se serrèrent, et il fallait que je trouve un moyen d'appeller à l'aide. Mon portable ne se trouvait plus dans la poche de ma veste, et après avoir balancé une dizaine de gros mots je me rendis compte que celui-ci était tombé hors de la voiture durant l'accident. Je le voyais en effet juste en face de la voiture. Il ne me restait plus qu'une chose à faire: arriver à sortir de cette voiture maudite et m'en emparrer. En détachant ma ceinture, je me sentis tomber contre le toit de la voiture, et râla. Je voulais bouger mes jambes pour me retrouver dans une position plus confortable pour sortir, mais visiblement je n'avais plus aucun contrôle de ces deux membres. "C'est pas possible.. C'est un vrai cauchemard!!". Je parlais tout seul, il faut croire que ça me rassurait. En voyant du sang le long du visage de ma fiancée, je me rendis compte qu'il n'était absolument pas le moment de me lamenter. Je pris mon courage à deux main et donna un grand coup de coude dans la vitre déjà partiellement brisée. Je ne comptais plus les blessures à présent, et j'avais tellement peur qu'il était impossible que je raisonne égoïstement. Je donnerai tout pour elle, et si il fallait que je m'écorche à mort pour la sauver je le ferais. La vitre défoncée, je m'accroche aux parois de la voiture, et sors péniblement de cette endroit. Je n'arrive pas à croire que le camionneur se soit barré sans même venir voir comment on allait. J'avais beau tout faire, mes jambes n'en faisaient qu'à leur tête. Je ne pouvais pas perdre de temps en y réfléchissant, mais une désagréable sensation envahissait tout mon être. Si mes jambes ne répondaient plus, je devais être encore plus blessé que je ne le pensais.. N'ayant pas trop le choix, je me sers de mes bras pour parvenir à ramper jusqu'au téléphone. Quand j'arrive enfin à le saisir, je compose le numéro des urgences et leur explique notre situation entre deux insultes et des grincements de dent. Je me laisse tomber tête dans le gazon, mes mains s'accrochant aux brindilles d'herbes en les arrachant ensuite. La douleur que j'éprouvais était tout sauf corporelle. L'anxiété me déchirait chacun de mes organes. En attendant les secours dont j'entendais déjà les sirènes, je me débrouille pour arriver de nouveau vers la voiture, mais du côté de Sharly. Sa vitre à elle était déjà complètement brisée, et je pouvais donc glisser mon bras à l'intérieur pour pouvoir lui relever la tête en douceur. Oui, c'était un vrai cauchemard et je maudissais tout le monde à cet instant..




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mer 8 Juin - 21:59



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

« Je crois que tu en as déjà.. Et je propose que tu commences à me rembourser dès ce soir parce que tu risques d'en avoir pour un moment ! » J’avais souris en le revoyant venir près de mon oreille. Il allait me sortir autre chose et il avait fait. Contrairement à moi, il s’était montré discret et silencieux. De toute façon, il n’y avait que moi pour dire une chose à voix haute alors que je devais la faire silencieusement. Parfois, ça part tout seul et on n’a pas le temps de s’en rendre compte que c’est déjà sortit à voix haute de notre bouche. Ce n’est pas la meilleure fois que ça m’arrive. Parfois, c’est bien plus personnel et secret. Et puis les gens n’avaient qu’à s’occuper de leurs affaires au lieu d’écouter les conversations des autres. C’est fou comme ils ont besoin de jouer aux journalistes curieux. Je suis persuadé que ça ne leur plairait pas si je venais farfouiller dans leurs vies. « Autant que ça ! T’inquiète pas, je suis une rapide. Je te rembourserais à des moments où tu ne t’y attends même pas. Dans ce genre de situation, je peux me montrer très collante. » Je rembourse toujours mes dettes parce que je déteste en avoir. Et pour ça, je peux travailler comme une défoncée. Cependant là, ce n’était pas du point de vue du travail. Je suis prête à kidnapper Oakley pour rembourser ma dette. Comme ça quand je l’aurais près de moi, ça sera bien plus simple. Parce que ce n’est pas en se voyant quelques heures par jour qu’on va pouvoir aller vite. Heureusement, cette fois, je ne l’avais pas dis à voix haute. Je m’étais rapproché d’Oakley en frôlant ses lèvres pour venir le souffler dans son oreille. Personne n’avait pu nous entendre. Ils avaient essayé pourtant vu la tête qu’ils faisaient. Ils voulaient des choses croustillantes et bien, ils pouvaient attendre très longtemps. Je ne fais jamais deux fois la même bêtise. Je sais me rendre compte de mes erreurs quand même.
Des taquineries que des taquineries. Je crois que c’est ça qui rend notre couple unique. Les autres se contentent de se dire des mots doux et des choses gentilles. Nous, on aime se taquiner. Cependant, ce n’est jamais méchant. Ça reste toujours dans la rigolade car on sait que l’autre n’y pense pas vraiment. Sans ça, je crois que l’on s’ennuierait à mourir. J’adore me retrouver dans ses bras et l’embrasser mais j’aime aussi ses moments où se lance des conneries à la figure. On ne fait pas dans la route et c’est ce qui compte. «Oh mais tu sais, si tu trouves ça trop facile, je peux arrêter d'agir comme ça et t'en faire voir de toutes les couleurs!» Je n’avais rien contre le fait qu’il lâche aussi facilement. Seulement, je ne pensais pas qu’il allait le faire de si tôt. Quand on est partit, ça dure un petit moment. là, il avait juste fallut que je lui dise que j’allais le laisser le bus qu’il avait sortit que j’étais la meilleure conductrice. C’était surement dû à la fatigue. On était tous les deux fatigués, je crois. « Oh, tu peux essayer de m’en faire voir de toutes les couleurs, j’aurais toujours la réplique qui tue tout. » ma main dans la sienne, je le sens près de moi. Il me sert un petit peu plus fort ce qui me fait sourire. Je passe la première vitesse, plus exactement nous passons la première vitesse puisque nos mains sont entrelacés. Et nous voilà partit chez nous. J’avais vraiment hâte qu’on rentre dans notre petit nid douillet pour être seulement lui et moi. rien que tous les deux.

Il était tard même très tard. Les voitures étaient vraiment peu nombreuses sur la route. Et même si la circulation était peu importante, je roulais calmement et doucement. Je n’avais pas envie qu’ils nous arrivent quelque alors que nous étions qu’à quelques kilomètres de chez nous. « Au fait ma puce.. Je me disais qu'on aur..» j’attendais qu’Oakley finisse sa phrase. Mais il ne sortit rien d’autre. Et je compris pourquoi lorsque deux lumières éblouissantes vint me frapper en plein visage. Cette lumière me brulait les yeux. C’était étrange. Pourquoi il y avait ça en face de nous. J’étais dans la bonne file. Je regardais le compteur. Je roulais à la bonne vitesse. Je n’étais pas moi qui avais soucis mais plutôt le truc qui fonçait droit sur nous. «Oh putain! Sharly!!! » Mon pied sur le frein, je freinais de toutes mes forces. Seulement, ça ne suffisait. Et puis ce truc en face de nous n’avait pas l’air de s’arrêter. Il continuait sa course sans se soucier de nous. Mon cœur se mit à battre la chamade. Nos mains se lâchèrent et il plaqua ses mains sur le volant pour mettre un coup de volant. J’aurais dû réagir mais pourquoi je n’avais rien fait. Si Oakley n’avait rien fait le camion nous aurait embarqués dans sa course. Car oui, j’avais remarqué que c’était un camion au moment où notre voiture est partit sur la droite. La course ne s’est pas arrêter comme ça. La voiture est partit et à commencer à faire un tonneau, puis deux, puis trois… je ne les ai plus compté. J’étais beaucoup trop secoué pour cela. Plaquant mes mains sur le toit de la voiture, je n’avais pas heurté la tête. J’avais vu Oakley le faire. « OAKLEY ! » La panique m’avait prise, je ne voulais en aucun cas le perdre. Pas maintenant, pas tout de suite. J’avais lâché mes mains et ma tête avait heurté le volant brutalement durant le dernier tonneau. Je venais de perdre connaissance la tête sur le volant avec une multitude d’égratignures sur le visage. Certaines étaient bien plus profondes que d’autres.

«Sharly! Bon sang! Hey!! Je t'en supplie, t'as pas interêt à me laisser là parce que je te jure que je vais botter tes petites fesses..!» J’entendais sa voix pourtant je n’étais pas consciente. J’aurais voulu lui répondre mais mon corps refusait de se réveiller. C’était comme si j’étais enfermé sans pouvoir rien faire. Je n’avais plus le contrôle de rien. Non, je ne voulais pas partir ainsi. Non je ne voulais pas le laisser seul. Il avait besoin de moi, comme j’ai besoin de lui. Je ne sais pas combien de temps, il s’est passé avant que mon corps décide de se réveiller. Mes paupières étaient très lourdes et ma tête me faisait affreusement mal. En faites, il n’y avait pas que ma tête qui me faisait affreusement mal. Chaque muscle me tiraillait. J’ouvrais lentement une paupière puis une deuxième. Heureusement qu’il faisait nuit noir car je n’aurais pas pû le faire si le soleil m’avait frappé en plein visage. Je tournais ma tête doucement vers la droite pour voir Oakley. Il n’était pas là. Une vague de panique s’empara de moi. « OAKLEY ! OAKLEY ! » Il était juste près de moi. Je venais de paniquer pour rien. Lorsque j’entendis sa voix, je me sentis un peu mieux. Seulement, ce n’était pas assez pour me faire oublier la douleur. Une drôle d’odeur arriva à mes narines. C’était comme une odeur de fumée. La voiture était dans un sale état, les tonneaux avaient dû abimer le moteur et tout le reste. Je devais moi aussi sortir de cet endroit avant que la voiture prenne feu. « Il faut que je sorte d’ici Oakley. La voiture va exploser. » J’essayais de bouger malgré les douleurs importantes. Cependant, c’était comme si j’étais bloqué. Je voulus sortir mon bras pour me faire de ma ceinture. Une immense douleur monta en moi. Je ne pu m’empêcher de crier. J’avais surement le bras cassé ou un truc dans le genre. J’aurais dû éviter de bouger. Car à cause de cette douleur trop importante, je n’ai pas pû résisté. J’ai de nouveau perdu connaissance.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Jeu 9 Juin - 0:38




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« Autant que ça ! T’inquiète pas, je suis une rapide. Je te rembourserais à des moments où tu ne t’y attends même pas. Dans ce genre de situation, je peux me montrer très collante. ». Son souffle chaud contre mon visage, ses lèvres qui frôlent les miennes.. C'est exquis. Et franchement si il n'y avait pas tout ce monde là et la restriction imposée par son patron, je l'aurais embrassé à pleine bouche. D'ailleurs je me suis même retrouvé à fermer les yeux un dixième de seconde, juste pour savourer ça. Ce n'était pas grand chose je le conçois, mais quand on est obligé de voir la femme qu'on aime et de ne pas pouvoir agir librement en sa présence, tout nous procure un effet décuplé. En réouvrant les yeux je constate que certaines personnes nous observent et tentent de tendre l'oreille. C'est une chose que je n'ai jamais compris. Je n'aime pas me mêler de la vie des gens, et d'ailleurs je suis formellement opposé à ce que mes clients me racontent toute leur vie en détail. Je n'ai pas besoin de connaître leur vie privée en profondeur. J'ai juste besoin des détails qui me permettront de gagner le procès. Je pose ma main sur la joue de ma fiancée, et chuchotte à nouveau à son oreille, fébrile. " Je crois qu'on va arrêter là.. Parce qu'on nous observe, et aussi parce que tu es en train de me faire perdre tous mes moyens.". Un petit clin d'oeil qu'elle n'aura pas de mal à déchiffrer comme l'expression de mon impatience soudaine de rentrer à la maison. J'aime notre relation unique. Je n'ai jamais ressenti ça pour personne. Notre amour est un mélange passionnel et rationnel. Deux entités que tout oppose et qui pourtant se lient à la perfection dans notre cas. Rationnel parce qu'on sait que jamais l'autre ne nous fera du mal volontairement. On est capable de se rendre compte de nos défauts respectifs, et on a conscience du fait qu'on est fait pour être ensemble. On se connait depuis plus de deux ans, je l'aime quasiment depuis le premier jour. Elle a ce caractère têtu, fort et qui me tient tête que j'adore. Je détesterais avoir le genre de femme qui se plie à vos quatre volontés sans broncher et qui s'efface derrière votre personnalité. Une femme soumise n'est pour moi d'aucun interêt. Elles sont adorables, je ne le nie pas, et feront certainement de bonnes mères de famille aussi, mais elles délaissent complètement leur vie. Elles ne se rendent pas compte de ce qu'elles perdent. Je ne vois pas l'interêt de tout accepter de son partenaire. Il faut savoir poser des limites, être ferme et défendre ses conviction. Parce que c'est de cette manière là que le dialogue avancera et que le couple perdurera.

« Oh, tu peux essayer de m’en faire voir de toutes les couleurs, j’aurais toujours la réplique qui tue tout. ». Ce soir, j'avais décidé de ne pas aller plus loin dans nos chamailleries, et j'avais déclaré forfait bien trop vite. Mais pour ma défense, je venais de passer trois semaines et une dernière soirée éprouvantes. J'aurais pu continuer à répliquer, l'embêter encore un peu plus, mais à la place je l'avais complimenté. Elle n'était peut être pas en effet la meilleure des conductrices que j'avais eu l'occasion de voir, mais qui a dit que je devais être objectif? Sharly décide à nouveau de me taquiner en me faisant bien comprendre qu'elle avait toujours le dernier mot. Je souris jusqu'aux oreilles, amusé. Honnêtement, je ne sais jamais qui a le dernier mot dans notre couple. Parce que la plupart du temps, on met fin à notre manège en s'embrassant, en se chatouillant ou en faisant n'importe quelle autre pitrerie. De vrais gamins. "T'es bien sûre de toi ma belle! On en reparlera demain matin, tu seras forcée de changer d'avis.". Sharly passe la première vitesse malgré nos mains entrelacées, et j'étais intimement convaincut que rien ne pouvait nous arrêter maintenant. Je me voyais déjà la pousser sur le lit en rigolant et la rejoindre en déposant un tas de baiser le long de son épaule. Je n'avais peut être pas le courage de faire une bataille d'oreiller ce soir, mais je me promettais de mettre en place ça dès le lendemain matin. Il restait à déterminer si je le faisais avant ou après le petit déj'..

Mais il faut croire que quand tout est rose et agréable, la vie se charge de nous rappeller que nous sommes mortels et donc vulnérables. Le fait qu'un camion nous pércute semblait si irréaliste que nous avions tous les deux réagit trop tard. Mon brutal coup de volant nous avait permis d'éviter le pire, mais la situation n'était guère enviable cependant. Le fait d'avoir tenu le volant m'avait empêcher de me protéger de la chute, et j'avais reçu un violent coup à la tête. Sharly était elle aussi drôlement amochée, et en me réveillant j'avais comprit qu'il fallait que je bouge de là pour nous donner une chance de rester en vie. Ne la voyant pas bouger j'étais terrifié mais apte à réagir. Je ne suis pas un craintif de nature, et franchement je ne compte même plus les fois où je me suis blessé par inadvertance. Mais là, c'était différent. Je me faisais réellement mal à chaque geste que j'effectuais. Après avoir appellé les secours, j'étais revenu tant bien que mal vers la voiture. « OAKLEY ! OAKLEY ! ». Bon sang ce que je pouvais être soulagé de l'entendre. Je ne pouvais pas la perdre, ça m'était impossible. Je deviendrais fou, une véritable loque humaine. Elle est tout ce que j'ai au monde, et sincèrement je serais incapable d'avancer sans elle. Fonder une famille, vivre vieux avec quelqu'un, étaient des choses envisageables seulement avec elle. Je sais que tout le monde se dit ça à la perte d'un proche, et que finalement 5 ans après ils sont de nouveau mariés, mais je ne suis pas n'importe quel plouc sans coeur et sans cervelle. Je n'ai jamais cru en l'amour avant elle, alors il est impossible que je le conçoive avec quelqu'un d'autre. « Il faut que je sorte d’ici Oakley. La voiture va exploser. ». Le fait que je sois rassuré venait à nouveau de s'évaporer quand je sentis l'odeur désagréable qui envahissait l'air ambiant. Il ne nous restait pas énormément de temps devant nous, et j'avais l'impression d'être dans un film. Sauf que tout était plus dur à encaisser, plus angoissant. Dans les films, la plupart du temps le héros sauve la fille en détresse. Je n'étais ni un héros, ni un personnage inventé qui connaîtrait forcément un "happy ending" et cette perspective était flippante. " Je vais te sortir de là, je te le promets!" Je ne fais jamais de promesse à la légère, et je mettais un poing d'honneur à la sauver. Elle tenta de se débarasser de sa ceinture, et tomba à nouveau inconsciente. Je frappe du poing la voiture, envahit par une colère sans nom. Pas contre elle, mais contre les circonstances. "Sharly!!".

Je n'avais pas une minute à perdre. Mes jambes étaient complètement mortes, mais mes bras eux étaient en parfaite santé. Enfin, ça c'était l'impression que j'en avais vu l'angoisse et le stress qui me tiraillaient. Je passe le haut de mon corps dans l'enceinte du véhicule, la vitre étant inexistante, et j'arrive à trouver la boucle de la ceinture. Je la détache, et elle retombe dans mes bras. Le plus difficile allait arriver puisque sans l'appui de mes jambes je n'arrivais pas à faire tout ce que je voulais. Un râle grave sorti de ma gorge quand je la hisse avec moi pour sortir de cet endroit lugubre. Je parviens à me retrouver à nouveau le corps entier dehors, mais les jambes de ma fiancée semblent coincées. " Mais merde à la fin!! ". Un dernier gémissement, mes muscles qui se contractent, et j'arrive à la tirer complètement hors de la caisse. Seulement, il fallait qu'on s'éloigne et rapidement. Ce n'était pas gagné vu mon handicap soudain. J'essaye de m'appuyer sur mes bras pour prendre le large, mais je n'arrive qu'à grapiller quelques centimètres. Pendant ce temps la voiture commence à prendre feu, et je suis complètement désesperé. "Réveille toi, je t'en supplie..Il faut que tu te ti.." Je m'arrête en apperçevant un homme se diriger vers nous. Là, mes poumons se remplissent de tout l'air possible pour crier et lui ordonner de venir ici. Il accoure vers nous et j'attrape sa chemise. " Prenez là, dépéchez vous. Eloignez là d'ici avant qu'il ne soit trop tard ! ". Il ne pose pas de questions et la prend dans ses bras rapidement. Tandis qu'il l'emmène dans un endroit sûr, moi j'arrive à faire quelques mètres, mais ce n'est pas suffisant. Alors que les secouristes sont enfin arrivés et commencent à se diriger vers moi pour me sortir de ce guépier, je les entends crier "tous à terre". Mon visage se tourne vers la voiture, et c'est la dernière chose que je vois avant que l'explosion ne se manifeste. J'étais malheureusement trop près, et un morceau de carosserie percute ma nuque, me plongeant directement dans l'inconscience, sans compter les brûlures qui doivent à présent me ronger. Mon corps jonche le sol comme un pantin désarticulé, mais mon esprit lui est plus tranquille. Déjà parce qu'il fait parti d'un monde assez parallèle à présent, et ensuite parce que je sais qu'elle est en vie..



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Jeu 9 Juin - 6:30



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

«Je crois qu'on va arrêter là.. Parce qu'on nous observe, et aussi parce que tu es en train de me faire perdre tous mes moyens.» Il avait tout à fait raison. Et puis, j’aurais tellement voulu l’embrasser pour lui montrer que j’allais rembourser ma dette. Seulement, je ne pouvais pas et ça me rendait malade. Il était près de moi, et je ne pouvais pas avoir de gestes tendres à son égard. Comme je déteste cette foutue règle que le patron a mis en place. Il aurait pû trouvé un autre truc que ça. Je ne vois pas ce que ça pouvait faire que l’on embrasse son petit-ami ou son fiancé dans le bar. Je suis sûr qu’il pense que nous faire passer pour des célibataires attirera plus de monde. C’est complètement idiot mais de toute façon, il est idiot tout court alors qu’il sorte des conneries comme ça, c’est normal. « Si ça ne tenait qu’à moi, je t’aurais déjà embrassé. Ça leur aurait cloué le bec et puis, ça m’aurait permis de patienter. Car je trouve que le temps passe trop doucement. » Le temps était passé lentement mais heureusement les coups avaient sonné comme dans Cendrillon. Par contre, moi je ne perdais pas mon prince charmant, je leur retrouvais plutot. Et les coups étaient un vrai bonheur et non pas un malheur pour me retrouver dans des habits de loques et à nettoyer le sol. Heureusement pour cette pauvre fille, son histoire fit bien. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde. C’est un conte en même temps, ça se finit toujours bien. «"T'es bien sûre de toi ma belle! On en reparlera demain matin, tu seras forcée de changer d'avis.» Demain matin, ce n’est pas sûr que je sois très en forme. Après avoir travaillé la moitié de la nuit, il me faut un bon temps pour que je me réveille correctement. Je ne suis pas la plus matinale du monde. Je ne suis pas du genre à dormir jusqu’à midi mais il me faut quand même mes quelques heures de sommeil. S’il faisait ça, il était sûr de gagner. Le matin, on pouvait me faire faire n’importe quoi. Pas non plus n’importe quoi mais lui le pouvait. « Sale tricheur ! Tu sais que le matin, je ne suis pas la plus douée pour sortir les répliques qui tuent tout. T’inquiéte, je me rattraperais le soir. » je ne suis peut-être pas du matin. Mais le soir, je suis dans mon élément et je suis motivée à cent pour cent. On ne m’arrête plus. il faudrait m’enlever les piles pour me calmer et me faire asseoir.

Il suffit de quelques secondes pour que le bonheur se transforme en cauchemar. Je n’imaginais jamais une seule seconde que ça pouvait nous arriver, à nous. Qu’est-ce qu’on fait bon dieu pour subir ça ? On n’avait pas subit assez de désespoir dans notre vie pour avoir affaire à une chose aussi terrible. Ainsi la vie nous apprend que les moments de bonheur peuvent se payer au prix fort. Nous savons que ça peut s’arrêter n’importe quand, n’importe où. Le problème avec le bonheur c'est qu'on s'y habitue vite, très vite, trop vite. Je mettais habituer à ce bonheur si parfait et voilà que tout tomber à l’eau. Je le savais que la vie ne nous laisserait pas tranquille, elle ne laisse personne tranquille. Il faut toujours que les cris, les larmes se montrent. C’était l’odeur horrible qui m’avait alerté. Sans ça, je n’aurais pas fait le rapprochement. « Je vais te sortir de là, je te le promets!» Je devais faire quelque chose de mon côté. Oakley était peut-être dehors la voiture mais ce n’est pas pour ça qu’il était dans un meilleur état que moi. Son visage était en sang. Je ne pouvais imaginer le voir souffrir. Seulement ce putain de corps n’en faisait qu’à sa tête. Et au moment où j’avais le plus besoin de lui, il me fit sombrer à nouveau dans l’inconscience. Pourquoi j’étais si fragile. «Sharly!!» J’avais l’habitude de me battre, je ne lâchais pas facilement. Mais ici, j’avais l’impression d’être une lâche, une véritable loque. Je savais pertinemment que mon corps faisait ça pour mon bien. Mais je m’en foutais, je voulais me sortir de là et prendre Oakley avec moi et me tirer de ce merdier. Je voulais être chez nous sur notre canapé entrain de regarder un film minable avec un pot de glace. Oui, ça n’avait rien d’extraordinaire mais à ce moment précis, c’est de ça que j’avais envie. Et non de me battre pour sortir d’une voiture qui avait fait des tonneaux à cause d’un camion qui n’était même foutu de rouler sur la bonne ligne. Un crétin qui nous avait laissé sur le bord de la route sans appeler les secours ou nous aider. Un abruti que j’aimerais retrouver et frapper de toutes mes forces. Car tout ça c’était à cause de lui. Je le haïssais plus que tout. «Réveille toi, je t'en supplie..Il faut que tu te ti.» J’avais beau me battre intérieurement, rien n’y faisait. Je comprenais parfaitement les gens qui étaient dans le coma et qui entendait tout sans pouvoir réagir. Cette sensation est vraiment horrible. On entend tout sans pouvoir rien faire. «Prenez là, dépéchez vous. Eloignez là d'ici avant qu'il ne soit trop tard ! » Deux bras me soulèvent et c’est là que je commence à m’éveiller. Je ne vois pas très bien. Je crois que l’homme qui me porte est Oakley. Mais lorsque mes deux paupières s’ouvrent, je vois que ce n’est pas lui. « Où est Oakley ? » L’homme ne me répond pas. Il me pose délicatement sur le sol. Je tourne la tête dans tous les sens. D’un seul coup, je le vois là-bas. Il n’arrive pas à avancer. Je me lève comme une furie prête à aller le chercher. S’il ne part pas, il va subir l’explosion. Je commence à courir lorsque l’homme m’attrape par le bras. Il me sert fort, très fort. Ce n’est peut-être pas le cas. Mais avec les douleurs que j’ai, j’ai l’impression qu’on me donne un coup de marteau. Je regarde l’homme de façon sévère. « Je ne vais pas l’abandonner. C’est l’homme que j’aime. » « Les secours vont arriver, restez ici. » D’un seul coup, un grand boom éclata. Je me retournais et vu la voiture en feu. Ça venait d’exploser et Oakley n’avait pas été dégagé. Son corps est sur le sol. Non, c’est impossible. Je ne peux plus me retenir les larmes coulent sur mes joues. Je n’arrive pas me dégager du bras de l’homme pour courir vers lui. Les secours sont à ma poursuite. Mais j’arrive près du corps de mon fiancé. Je me mets à genoux et le regarde. Son visage est en sang, et pleins de brûlures. Je lui caresse le front sans me soucier de ses blessures. Ce n’est pas possible. Je ne veux pas qu’il me laisse, j’ai besoin de lui. Je me mets à crier comme une folle quand un pompier m’attrape par le bras et me force à le suivre. Je ne veux pas aller avec lui, je veux rester avec Oakley. Je me débats comme une folle. Je ne veux pas être séparé de lui, je veux lui tenir la main. Je me jette au sol et attrape sa main que je glisse dans la mienne. « Je veux rester près de lui. Et n’essayez pas de me dire non. Et puis dépêchez-vous de faire quelque chose. » Je leur criais dessus pour qu’ils s’activent. Oakley avait besoin de soins là tout de suite.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé)

Revenir en haut Aller en bas

It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: West Phoenix :: Hip Hop Dance-