AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nous souhaitons la bienvenue à marie curie 19
recensement numéro 2 terminé. nouveaux avatars sont désormais libres ouais
vous pouvez désormais facebooker, alors rendez-vous dans ce joli sujet heart
viens vite t'inscrire à la première intrigue ici

Partagez|

It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar




MessageSujet: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Jeu 19 Mai - 12:24




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



L'aéroport de Phoenix. Un endroit que je n'apprécie que quand je suis de retour en ville. Ce qui était le cas aujourd'hui. Cela faisait deux semaines et six jours que je n'avais pas posé les pieds sur le sol de cette bonne vieille ville. Au vue du nombre de semaines passées en une vie, ce n'est pas grand chose. Mais à mon échelle, c'était presque devenu insupportable.

~ Flash Back: 3 semaines plus tôt ~

Je suis dans ma voiture, et je gueule contre tous les automobilistes. Il y'a rarement des bouchons quand je sors du travail, mais évidemment le seul jour où il faut que je sorte un peu plus tôt, il y'a un monde fou. Je klaxonne, une fois, deux fois, avant de poser ma tête contre le volant, désespéré. C'est limite si je ne m'arrache pas les cheveux. Mais enfin, la circulation redevient peu à peu fluide. Un coup d'oeil à ma montre, et un sourire crispé s'affiche sur mon visage. Je soupire en éspérant arriver à temps. Je roule comme un fou , ce qui pourtant n'est pas dans mes habitudes. Heureusement que ma voiture est puissante. Quand j'arrive enfin dans la rue de mon appartement, elle est là, prête à partir au boulot. J'accélère encore, pour freiner en me garant juste derrière elle. Je sors du véhicule et me précipite jusqu'à ma fiancé, qui me regarde ahurit. Elle a de quoi remarque! Avant même qu'elle ne me dise un mot, je la prends dans mes bras. Elle ne doit pas tout comprendre. Je l'embrasse alors, comme si ma vie en dépendait. Quand je détache mes lèvres, je me mets à rire nerveusement. "Non je ne suis pas dingue.. Enfin si dingue de toi mais là n'est pas la question! Je voulais pouvoir t'embrasser une dernière fois avant de partir pendant trois longues semaines.. Je sais que tu n'as pas trop le temps, tu dois aller travailler, mais pour faire court, je suis obligé de partir en europe pour un de mes clients qui a des problèmes la-bas. Je sais que ça ne comblera pas le manuqe mais... Je t'ai acheté ça.". Je sors de ma poche de veste une boîte dans laquelle se trouve un magnifique collier en argent, avec un pendentif en forme de coeur. Je n'ai pas pu le faire graver bien sûr, je m'en occuperai à mon retour. Je le met autour de son cou, puis affiche un air de chien battu. " Tu vas me manquer.."

~ Fin du Flash Back ~

Je n'étais censé rentrer que demain. Mais l'affaire avait finie plus tôt.. Et je broyais du noir. Pour la première fois dans ma courte carrière, je venais de perdre. En même temps, toutes les preuves s'étaient accumulées contre mon client, et je n'avais aucune chance. Mais ce qui me fait encore plus de mal, c'est que jusqu'au bout j'étais persuadé de son innocence, et quand le juge a annoncé la sentence, le gars m'a regardé et m'a dit à l'oreille qu'il me remerciait, que grâce à moi il avait écopé de moins d'années de prison. Et là, j'ai compris que je m'étais battu pour un type qui n'en valait pas la peine, et qui m'avait menti depuis le départ. Heureusement pour moi, l'affaire n'était pas très médiatique, elle n'avait donc pas de répercusions sur mon "palmarès". Les conséquences n'étant que psychologiques.. Cependant, quand je suis descendu de l'avion, un sourire s'est quand même dessiné. J'allais la revoir. Elle m'avait énormément manqué. Pas une journée ne s'était passée sans que mes pensées se dirigent droit vers elle. Je lui envoyait des sms tous les jours, mais ce n'était rien comparé à une étreinte, à un baiser. Cette pensée me réchauffait le coeur, et c'est avec entreint que je demandais au taxi de m'emmener jusqu'au célèbre Hip Hop Dance. Il me dépose, je le paye, et je rentre à l'intérieur. Un boucan parvient à mes oreilles, c'est le côté boîte de nuit bien sûr. Moi, je me faufile jusque dans la partie bar. Je m'assoie à une table, et regarde autour de moi. A chaque fois que je viens ici, c'est à ma rencontre avec ma fiancée que je pense. Un serveur arrive, et je le regarde en me mordant la lèvre. "Si ça ne vous fait rien, j'aimerai que ce soit Sharly qui me serve. ". Il me regarde, étonné, et désapointé. Ca ne dois pas souvent lui arriver. Il se retient de me faire une remarque désobligeante, ça se voit. Il garde son calme, et m'annonce: " Elle est occupée avec d'autres clients." . Il m'agaçe déjà celui-là. Je soupire, et sors de ma poche un billet que je glisse dans la poche de sa chemise. "J'insiste. ". Il soupire, murmure un "très bien", et sors de mon champ de vision. Quelques minutes plus tard, je la vois, et je ne suis pas sûr qu'elle m'ait reconnu. Il y'a du monde et elle doit certainement avoir la tête dans ses commandes. Mais moi, je souris à pleine dent. Je ne la quitte pas du regard, attendant de voir le moment où elle me reconnaîtra. Je suis quasiment certain qu'elle a refusé d'obéir au serveur. Elle doit certainement se dire qu'elle n'a pas besoin qu'un autre la drague. D'ailleurs en regardant bien autour de moi je constate que les autres ne sont pas non plus indifférents. Je n'étais censé arriver que demain, j'espère qu'elle sera heureuse de voir ma figure. Moi en tout cas je le suis. J'ai vraiment besoin d'elle pour ne plus broyer du noir..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 20 Mai - 0:41



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

Trois semaines, ce n’est rien dans une vie. Ce n’est que vingt et un jour. Mais pour moi, ça été long, très long. Chaque seconde était un véritable calvaire. Je ne voyais pas les jours passés. Il me manquait terriblement et je m’en rendais encore plus compte quand il était à des milliers de kilomètres. Le pire, c’était qu’il était partit comme ça. Je l’avais appris juste avant de partir au boulot. Je n’avais pas eu le temps de me préparer à rester seule dans notre appartement. Heureusement, son retour était prévu pour demain et tout ce que j’espérais, c’est ce que ça passe à une vitesse folle. C’était plutôt bien partit puisque j’avais passé toute la journée avec Pandora. Elle avait réussi à me faire acheter des revus de mariage. Une grande première. On les avait feuilleter à l’ombre d’un arbre dans l’un des parcs de la ville. L’avoir près de moi me permettait l’absence d’Oakley. Elle me réconfortait et me faisait rire. La journée, ce n’était pas ça le plus dure parce que j’avais l’habitude de peu de le voir. Mais le pire, c’était la nuit. Dès que je rentrais, je ne pouvais pas me blottir dans ses bras. Alors pour combler ce manque, je dormais à sa place. Il y avait encore son odeur. Je devais y aller. Il était temps que j’aille au travail. Je voulais lui préparer une surprise pour son retour. J’allais nous préparer un petit diner romantique. Rien que tous les deux. Je mettais déjà arrangé pour avoir ma soirée. Une de mes collègues prendrait ma place et moi, je me chargerais de son service le mercredi de la semaine d’après. Il me fallut que quelques minutes pour arriver au Hip Hop Dance. La salle n’était pas bien pleine et c’était tout fait normal puisqu’il n’était que dix-huit heures. J’enfilais mon tablier et le tee-shirt que l’on devait tous portés. Les trente premières minutes furent un véritable enfer. Je ne faisais que des bêtises. « Tu devrais te reposer quelques secondes. Parce que tu es entrain de nous faire n’importe quoi.» C’était Emily. Elle rigolait. Elle travaillait avec moi depuis le tout début. On se serrait souvent les coudes et on rigolait bien ensemble. On se racontait beaucoup de choses. Ça faisait passer le temps quand on s’ennuyait. Je venais de faire tomber un deuxième verre en l’essuyant. Et je n’avais pas cassé que des verres. J’avais renversé une commande sur un client. J’avais loupé la petite marche du bar. J’avais fait déborder un verre de bière en le remplissant. Une vraie catastrophe ambulante. « Je suis désolé. J’ai la tête ailleurs.» « Tu as de la chance, le patron n’est pas là ce soir. T’inquiète pas ma poule, plus que ce soir, et il revient demain. » comme j’avais envie qu’il revienne. Il me manquait tellement. Je pris place sur un tabouret en face d’Emily qui était entrain de préparer une commande. Je pouvais bien me reposer quelques minutes. Les clients étaient peu nombreux.

Je sentis quelqu’un me tapoter sur l’épaule. Je fis tourner mon tabouret pour faire face à un autre de mes collègues. « Il y a un gars qui insiste pour que soit toi qui le serve à la table 15. » Je fis une horrible grimace. Hier, un type n’avait cessé de me coller toute la soirée. Il voulait m’offrir un verre et discuter avec moi. Mais j’avais refusé. Alors en ne cessant de me suivre et de me parler, il croyait que j’allais craquer. Ça ne marche pas avec moi. J’étais persuadé que c’était lui étant donné l’heure. Il était arrivé à un peu près la même heure la vieille. « Ne me dis pas que c’est l’autre taré d’hier.» Je croisais les doigts pour qu’il annonce que ce n’était pas lui. Si c’était lui, je n’allais pas le servir. Je ne voulais pas qu’il me colle toute la journée. Aujourd’hui, je n’en étais pas d’humeur. Je voulais une soirée calme sans idiots et bourrés. Bien que je savais que c’était impossible. Je travaillais au Hip Hop Dance et il y avait toujours ce genre d’individu. « Non, c’est pas lui. C’est un autre type qui m’a refilé un billet pour que je vienne te chercher. » « C’est bon ! Mais si tu me fais un seul coup, je t’aurais. » Je détestais qu’on me prenne pour une idiote. Et encore plus ce soir. Mon plateau en main, je marchais entre les tables m’arrêtant deux fois pour prendre des verres vides et prendre l’argent d’une commande. Je regarde de droite à gauche sans vraiment me concentrer sur la table 15. Pourtant, j’aurais dû parce que la personne qui s’y trouvait, était une belle surprise. Quand je m’arrêtais devant lui, je restais quelques secondes sans bouger. Je n’y croyais pas, il était revenu plus tôt et il était ici. J’aurais pû crier tellement j’étais contente de le voir. Je posais mon plateau sur la table et vint prendre place sur ses genoux. Je l’embrasse pour lui montrer qu’il m’avait énormément manqué. D’habitude, ce genre d’habitude était interdit. Le patron ne voulait pas que ces employés roucoulent. Mais ce soir, il n’était pas là alors je pouvais bien le faire. « Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu m’as pas dit que tu rentrais ce soir, j’aurais pû faire en sorte de me libérer pour venir te chercher.» Il ne m’avait pas prévenu de ce changement. C’était surement pour me faire une surprise. Et bien, je dois dire qu’elle était réussi parce que je suis la plus heureuse. Pas besoin d’attendre une nuit de plus pour l’avoir près de moi. Ce soir, je pourrais me blottir dans ses bras. « Alors racontes moi tout. tu leur as botté leurs petits culs en beauté ?»



_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 20 Mai - 1:46




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



La vie est faite de hauts et de bas. Malheureusement nous n'avons pas toujours ce que nous voulons, et l'échec est souvent accompagné de mélancolie et de regrets. Depuis hier soir, j'avais du mal à voir le bout du tunnel. J'étais fatigué, et à bout de nerfs. J'aime mon boulot, et travailler une quinzaine d'heures par jour ne m'aurait pas gêné si seulement j'avais eu la sensation d'avoir fait quelque chose de bien. Mais voilà, en plus de perdre mon premier procès, je me sentais coupable. Coupable du fait que grâce à moi, un meurtrier s'en tirait avec un peu moins d'années en prison que prévu. Certains disent qu'ils ne faut pas le prendre personnellement, que ce n'est que le boulot. Mais je ne vois pas les choses de cette manière. Pour moi, ce boulot c'est personnel. Pour la première fois depuis plus d'un an, hier j'avais ressenti le besoin de boire et de m'évader. Ma conscience m'avait rattrapé avant que je ne me prenne une cuite, et puis le sms de Sharly m'avait redonné espoir. J'ai alors pris conscience que malgré tout, j'étais la personne la plus chanceuse de cette planète. J'avais une femme merveilleuse à mes côtés, et finalement ça aurait été très égoïste de tout avoir. C'est donc sans aucune hésitation que je demandais à ce qu'on m'emmène à son lieu de travail. Je ne pouvais pas passer une minute de plus sans elle. Ces trois dernière semaines m'avaient fait réalisé à quel point j'avais besoin d'elle dans mon quotidien. C'est fou comme la personne qu'on aime peut avoir un impact phénoménale sur notre humeur, notre façon d'être. Installé à une table, j'avais fini par convaincre le serveur d'aller chercher ma fiancée. Ca aurait été bien plus simple si je lui avais annoncé dès le départ qui j'étais, mais ça aurait ruiné la surprise du même coup. Je la vois arriver dans la salle, et s'occuper d'abord d'autres clients. Elle est encore plus belle que dans mon souvenir. Je résiste à mon envie de me lever d'un coup et d'aller la serrer dans mes bras. Ca me démange, et j'ai l'impression d'être à nouveau un gamin de 5 ans qui ne tient pas en place le jour de noël. Je ne la lâche pas des yeux, et je me retiens de rire en voyant qu'elle finit par s'approcher sans vraiment regarder. Puis, je vois cette lueur dans ses yeux. Un mélange de surprise et de bonheur. Mon sourire s'élargit avant qu'elle ne prenne place sur mes genoux. Mes bras entourent instinctivement sa taille, et nos lèvres peuvent enfin se rejoindre. Les miennes n'attendaient que ça en tout cas. L'une de mes mains glisse au creux de son cou, et c'est comme si un feu d'artifice s'organisait dans chacun de mes organes. « Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu m’as pas dit que tu rentrais ce soir, j’aurais pû faire en sorte de me libérer pour venir te chercher.». Je la reconnaissais bien là. Prête à prendre sur son temps de travail pour me rejoindre. Comment ne pas être fou amoureux d'elle après ça? Je fais "non" de la tête. " Je préférais venir à l'improviste et te surprendre. Tu m'as énormément manqué. "

Le patron ne devait pas être dans les parages, sinon Sharly n'aurait pas pu avoir cette attitude chaleureuse avec moi. D'ailleurs c'est l'une des raisons pour laquelle je viens rarement le soir ici. Je déteste l'idée de ne pas pouvoir l'embrasser alors qu'elle est à quelques centimètres de moi. Je préfère encore l'attendre à la maison. Surtout si c'est pour m'énerver toute la nuit parce que des clients lui parlent mal ou bien la traite comme si elle allait finir dans leur lit. Je ne cesse de sourire, et la sert un peu plus contre moi. « Alors racontes moi tout. tu leur as botté leurs petits culs en beauté ?». Et là, irrémédiablement, mon sourire s'effaçe. La blessure est tellement vive que même sa présence ne peut m'empêcher de faire la tête en y pensant. En plus, qu'est-ce qu'elle va avoir comme image de moi? Elle s'attend à ce que je lui dise que j'ai gagné, que rien ne peut se mettre en travers de mon chemin. Et elle mériterait vraiment ce genre de type. Moi je ne suis qu'un raté qui n'a même pas réussi à comprendre que son client était coupable. Pourtant les preuves étaient devant mes yeux, mais j'étais tellement focalisé sur l'idée que ça pouvait être un complot que je n'ai pas raisonné de façon rationelle. Je détourne le regard lentement, la mâchoire serrée. Je m'en veux. Je m'en veux tellement que j'ai envie de tout plaquer. Je sais que je ne le ferais pas, que j'aime trop mon boulot pour ça, mais l'idée me traverse quand même l'esprit. Je l'ai déjà dit, je ne suis pas un frimeur, et je sais quelles sont mes faiblesses. Pour autant, j'espérais être un peu plus futé que ça, et admettre la défaite n'était pas si simple. Je bredouille quelque chose d'incompréhensible, et voyant son regard interrogateur, je me doute qu'elle n'a pas compris ce que je venais de dire. Alors je me râcle doucement la gorge, et reprends en articulant le mieux possible. J'essaye de faire comme si ça ne m'atteignait pas, mais le tremblement de ma voix me trahit. " C'est eux qui m'ont botté le cul. J'ai été minable et je me suis fait roulé. ". Ce n'était pas tout à fait vrai. Ma performance avait fait un sacré effet puisque malgré les preuves accablantes, il avait écopé d'une peine réduite. Mais dans mon petit crâne, ça n'était pas mon analyse. Je me mords la lèvre nerveusement, et passe une main sur mon visage et dans mes cheveux. J'étais fatigué, entre les 10 heures d'avion, ma nuit blanche et mes quelques heures de sommeil depuis trois semaines.. Je n'avais pas fière allure. Mais je ne voulais pas qu'elle me voit comme ça non plus, alors j'essaye de sourire du mieux que je peux, avant de voir que certains de ses collègues la regarde de travers. "Je crois que tu devrais y retourner, avant que ça ne soit divulgué aux oreilles de ton patron. ". Je l'embrasse sur le bout du nez. "Tu sais quoi? Si tu pouvais m'apporter une bonne bière ça me boosterait un peu. Et ça me donnera l'occasion de te parler à nouveau sans qu'on ne te regarde de travers. ". Je lui fais un petit clin d'oeil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 20 Mai - 8:03



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

Travailler au Hip Hop Dance ne sonnait jamais avec un repos. Mais lorsque j’avais quelques minutes de libre, il fallait toujours que je sois dérangé par quelqu’un. Et je n’ai pas des pauses que j’avais le droit. Elles étaient le plus souvent écourtées parce que la salle venait de se remplir d’un seul coup. Il fallait avoir un moral d’acier pour travailler ici. Heureusement entre serveurs, on s’entraide constamment. Aucun de nous ne laisse tomber un autre. C’est ce que j’aime au Hip Hop Dance et c’est ce qui me donne envie de reste même si c’est un travail arrachant. Nous sommes une grande famille. Cependant, le patron n’en fait pas partit du tout. C’est une personne vraiment horrible. Avec ses règles immondes et son habitude. Il y a un an, il avait voulu nous faire porter, aux filles seulement, une petite jupe avec un bandeau. Une tenue affreuse et vraiment machiste. Il disait que ça allait attirer du monde. Nous n’avons jamais accepté de le faire. Nous ne sommes pas des poupées qu’on peut habiller comme il le veut. Et je dois avouer que j’ai été la première à venir dans son bureau le lui dire. Déjà que beaucoup d’hommes ne sont pas très courtois avec nous, alors avec de telles tenues, l’horreur total. S’ils veulent trouver ça, ils n’ont qu’à aller au club de striptease. Là-bas, ils auront le choix. Mais le mieux dans tout ça, c’est qu’aujourd’hui, il n’est pas là. Et que je peux en profiter surtout depuis qu’Oakley est dans la salle. La surprise qu’il vient de me faire est vraiment sensationnel, je n’aurais pas pû rêver mieux après deux semaines et six jours sans lui. J’aurais tout de même préférer qu’on soit rien que tous les deux. Mais ce n’était pas grave, parce que je suis sûr que ça va passer bien plus vite puisqu’il est là. Et que nous pourrions rentrer ensemble à la maison. Je n’avais perdue aucune minute pour m’asseoir sur ses genoux et l’enlacer. Sentir ses lèvres sur les miennes est le summum. Elles m’ont tellement manqué. Le téléphone ne remplace aucunement le réel. « Je préférais venir à l'improviste et te surprendre. Tu m'as énormément manqué. » C’était tout lui. Il ne pouvait s’empêcher de faire une entrée fracassante. Je me fonds dans ses yeux comme je le fais à chaque fois. Je ne perds pas les bonnes habitudes. « Toi aussi. Le temps était affreusement long.»

J’aimerais qu’il ne parte plus jamais. Seulement, c’est son boulot et je respecte ça. Oakley adore tellement ce qu’il fait alors je dois faire pareil. J’aime l’entendre parler de son boulot. De l’entendre me dire comment il a réussi à gagner un procès. Comment il a mis toute l’assemblée dans sa poche. Seulement, ce soir tout ça semble différemment. D’habitude, il aurait sourit pour tout me raconter mais là. Quelque chose s’était mal passé. Mon sourire s’efface en même temps que le sien. Je n’aime pas le voir comme ça. Il tourne la tête et bredouille quelque chose dans sa barbe. Je n’ai pas bien compris en faites, je n’ai rien compris. Il ne doit pas avoir peur de tout me dire. Je ne suis pas pour le juger, ni pour lui faire la morale. «C'est eux qui m'ont botté le cul. J'ai été minable et je me suis fait rouler.» Je pose mes mains de chaque côté de son visage comme il l’aime le faire avec moi. Je le regarde droit dans les yeux. « Je ne veux pas t’entendre dire ça, jamais plus. Tu n’es pas un minable. La vie est imprévisible. Ça peut arriver à tout le monde d’avoir une défaite. A tout le monde, tu entends. » Je m’arrête quelques secondes pour reprendre mon souffle sans lui laisser le temps de prononcer le moindre mot. « Tu es bon dans ce que tu fais, et ceux qui ne voient pas ça, sont complètement idiots. Tu es bien mieux qu’eux, tu crois en ce que tu penses juste. Tu es près à te battre jusqu’au bout pour le montrer. Et moi, j’aime ça. Et qu’importe ce que les autres pensent, je suis là et je le serais toujours. Je te soutiendrais quoiqu’il arrive.» je veux lui remonter le moral, je n’ai pas envie de le voir faire exprès de sourire. Tant de fois, il m’a montré qu’il tenait à moi et que le reste n’avait pas d’importance. Pour une fois, je voulais lui rendre la pareille. Lui montrer qu’il pouvait se poser sur mon épaule sans problème parce que je suis une épaule stable et dure. «Je crois que tu devrais y retourner, avant que ça ne soit divulgué aux oreilles de ton patron.» Je me retourne pour voir les deux pimbêches qui nous regardent. Je les déteste à en mourir, c’est deux là. Elles sont tout le temps en train de surveiller nos faits et gestes. Et quand je parlais de famille tout à l’heure et bien, elles non plus, elles n’en font pas partit. Des langues de vipère qui n’hésitent pas à aller moucharder au patron pour qu’on se fasse taper sur les doigts. Elles m’ont déjà fait le coup mais maintenant, je sais comment me sortir de là, et leur faire porter le chapeau. Elles ne sont pas toutes roses. Je les ai déjà vus magouiller dans les toilettes. Je n’ai rien dit, mais je garde ça en tête pour le moment où elles me feront une crasse à moi ou un de mes collègues. « T’inquiète pas, ces deux-là, il ne faut mieux pas qu’elles aillent moucharder. Je connais leurs petits secrets. » «Tu sais quoi? Si tu pouvais m'apporter une bonne bière ça me boosterait un peu. Et ça me donnera l'occasion de te parler à nouveau sans qu'on ne te regarde de travers.» Je me lève attrape mon plateau. Et fais les gros oeils aux deux autres. « Je t’emmène ça tout de suite. Et en même temps, je vais prendre ma pause de quinze minutes comme ça je pourrais parler tranquillement avec toi. » Je lui rends son petit clin d’œil et part direction du bar en le regardant.J’allais faire vite pour pouvoir revenir vers lui. Je ne voulais pas le laisser ainsi tout seul. broyer du noir tout seul, c’est mauvais. Je préfére qu’on le fasse ensemble. Bien que j’aimerais arriver à qu’il se sente mieux.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 20 Mai - 10:12




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



Je suis un homme plein de surprise. En fait, j'ai horreur des trucs planifiés dix ans à l'avance. J'aime pouvoir rajouter du piment, faire en sorte de bousculer le cours des choses. La vie s'en charge souvent elle-même sans qu'on le lui demande, mais pouvoir maîtriser ce genre de chose est encore mieux. La seule chose qui était bien par rapport à ce foutu séjour, c'est qu'il s'était raccourci et qu'il me permettait de venir la voir à l'improviste. J'aime la voir réagir spontanément. C'est dans ces moments là d'ailleurs qu'on peut être le plus à-même de lire les sentiments de l'autre. Et je n'avais aucun doute sur les siens d'ailleurs. Je ne sais pas comment elle a passé ces deux semaines et six jours, si elle avait autant mal que moi. Je ne lui souhaite pas d'ailleurs. Je ne me suis jamais drogué, mais j'ai lu assez de récits à ce sujets pour prendre conscience du fait que j'étais complètement addict à elle. Un sourire, une caresse, un regard suffit à me chambouler. J'ai tellement hâte de me marier avec elle! D'ailleurs j'ai profité de mes quelques jours de libre en Europe pour aller faire un tour dans les magasins. Je crois que mon costume sera signé Hugo Boss. J'aime ce qu'ils proposent, et puis un costard de mariage il faut que ça ait de la gueule. Plus que ceux que je met quotidienement pour aller travailler en tout cas. Je me vois déjà à l'autel en train de l'attendre. La voir ensuite traverser l'allée dans sa robe, qui bien sûr sera à la hauteur de sa beauté.. Je me languis d'avance. « Toi aussi. Le temps était affreusement long.». Je l'embrasse sur le front, et caresse d'une main le haut de son dos. "Et c'est rien de le dire.. Qu'est-ce que tu as fait de beau pendant tout ce temps? ". Elle s'intéressait à moi,et c'était bien réciproque. Je ne lui demandais pas par politesse. Non, j'avais réellement envie de savoir ce qu'elle avait fait pour se distraire pendant mon absence. Si elle avait vu ses amies, si elle avait passé ses journées à manger de la glace au chocolat devant des films romantiques à souhait, ou tout simplement si elle avait fait comme si de rien était.

Je ne sais pas pourquoi ça m'affectait autant. Tous mes collègues étaient sans pitié. Ils n'avaient aucun problème moral avec le fait d'aider un meurtrier, tant que ça leur rapportait du fric. Et les échecs, ils en avaient de nombreux à leur tableau de chasse. Moi, je m'étais habitué à revenir tout sourire, à voir dans les pupilles des juges cette lueur quand je parlais. Oui, je suis bon orateur, et en plus je suis un passionné. Alors quand je prends la parole, je ne m'arrête plus, et les autres ne font que regarder. Pour cette affaire aussi, j'avais bien vu le tiraillement des juristes. Ils étaient partagés entre les preuves évidentes et mon acharnement. Mais heureusement, ils avaient tranchés en faveur des proches de la victime. Je dis heureusement, parce que je préfère nettement avoir perdu maintenant que je sais la verité. Mais ce qui me mine le moral c'est de m'être battu comme un forcené pour un salaud. « Je ne veux pas t’entendre dire ça, jamais plus. Tu n’es pas un minable. La vie est imprévisible. Ça peut arriver à tout le monde d’avoir une défaite. A tout le monde, tu entends. ». Je ne pleure jamais. Du moins, j'essaye. Mais ces paroles me touchaient, et mes yeux se sont mis à briller sans même me demander mon avis. Je fronçe légèrement les sourcils pour éviter ça, et j'ouvre la bouche pour répliquer, mais elle me coupe la parole et reprend son argumentation. « Tu es bon dans ce que tu fais, et ceux qui ne voient pas ça, sont complètement idiots. Tu es bien mieux qu’eux, tu crois en ce que tu penses juste. Tu es près à te battre jusqu’au bout pour le montrer. Et moi, j’aime ça. Et qu’importe ce que les autres pensent, je suis là et je le serais toujours. Je te soutiendrais quoi qu’il arrive.». Elle savait trouver les mots justes, ce qui m'atteindraient en plein coeur et me donnerait presque envie de partager son avis. Je laisse un petit sourire émerger sur mon visage, un vrai celui-là. Je voulais lui expliquer, lui faire comprendre pourquoi j'étais aussi idiot. J'avais une très mauvaise estime de moi-même en ce moment. " C'est moi l'idiot. J'avais les preuves juste devant mon nez! Mais je refusais de voir qu'il me mentait. Je pensais vraiment qu'il n'avait rien fait.. ! A cause de moi ce bâtard a pris moins d'années de prison que prévu. Si je ne suis pas capable de cerner mon client, ça fait quoi de moi? Un avocat raté... ". C'était dur de l'admettre, et une boule se forma au niveau de ma gorge. Je baisse la tête et réalise que je ne devrais pas gâcher cette soirée. J'étais tellement heureux de la voir, et mon comportement pessimiste allait finir par la faire fuir. Du coup, je redresse la tête et essaye de me vider l'esprit, me focalisant uniquement sur la chance que j'ai de la tenir dans mes bras. « T’inquiète pas, ces deux-là, il ne faut mieux pas qu’elles aillent moucharder. Je connais leurs petits secrets. ».J'hausse un sourcil amusé, la reconnaissant bien là. Le jour où Sharly se fera marcher sur les pieds n'est pas prêt d'arriver. "Si t'as besoin d'un avocat, je suis là." Je lui fait un clin d'oeil, avant qu'elle ne se lève en vue d'aller me chercher une bière. Je la remercie du regard, et l'observe partir. Elle a un très joli déhanché, et je ne suis pas le seul à l'avoir remarqué visiblement. Un gars assis à une table de la mienne se met à la siffler. "Hey ma belle, vient par ici, que je te montre ce qu'est un vrai homme. T'en auras bien besoin pour te décoincer un peu. ". Ce n'était vraiment pas le soir où il fallait qu'il sorte ce genre de truc. Ma fiancée ne s'est même pas retournée, très certainement habituée aux abrutis de ce genre. Mais moi, je ne suis pas dans mon assiette, et je ne vais pas laisser passer ça.

Je me lève, faisant même tomber ma chaise derrière moi. Je dénoue le noeud de ma cravate, et pose mes mains à plat sur la table du gars le regardant droit dans les yeux. "Toi tu vas baisser d'un ton où je te jure que tu te retrouves contre le mur.". Le type était plus gros que moi, mais je n'étais aucunement effrayé par sa masse corpulaire. Il me jette un regard de tueur, et se lève d'un coup, histoire de m'impressioner. Je ne le quitte pas des yeux, et au bout de quelques secondes, je me dis que ça n'en vaut pas le coup et que je ne veux pas provoquer un scandale alors que Sharly est en plein boulot. Je m'apprêtais à rejoindre ma place, mais sa voix grave parvient à mes oreilles. "C'est bien ce que je pensais, t'as rien entre les jambes.". Très mauvaise intervention. Je me recule d'un coup, et n'étant qu'à quelques centimètres de lui je lui fou un bon crochet du droit. Il se retrouve par terre, mais se relève énervé, et dégage sa table pour m'atteindre. J'esquive le premier coup, mais je me prend le second en pleine poire. Je chancelle quelques peu, puis reprends mes esprits, lui balance un coup de pied en plein dans son estomac, attrape ses bras, le plaque contre le mur? Je tire ses bras en arrière pour lui faire assez mal afin qu'il ne puisse plus bouger. Là, je murmure à son oreille: " Ne lui reparle jamais comme ça.".Je le lâche, sous le regard inquisiteur de tous les clients. Puis, ils replongent tous la tête dans leur boisson, comme si de rien était. Moi je porte ma main à mes lèvres, et vois un petit filet de sang. Je soupire et me dirige vers les toilettes. Arrivé à l'intérieur, je me passe de l'eau sur le visage au-dessus du lavabo, et m'apperçois que je tremble légèrement. Ce n'est pas ma journée. Mes mains sur chaque côté du lavabo, je baisse la tête, ferme les yeux, et me traite d'imbécile encore et encore. "Mais quel pauvre con.."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 20 Mai - 11:09



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

« Et c'est rien de le dire.. Qu'est-ce que tu as fait de beau pendant tout ce temps? » ce que j’avais fait, rien de bien intéressant. Boulot-dodo et après-midi à me tourner les pousses parce que tout le monde est au travail contrairement à moi. L’ennui total. En plus de ne rien faire, ça ne fait pas passer le temps plus vite. C’est même pire. On attend le bruit des secondes sur une horloge. Quelques fois, j’avais passé du temps devant la télévision à regarder de vieux films que j’adorais, vieux films étaient un grand mot car ils étaient en couleur tout de même. Je me suis goinfré avec du chocolat et autre truc sous la main. J’ai quand même eu le droit à une après-midi entière avec Nathan à la plage. Ça m’a permit de m’amuser comme une folle et de penser à autre chose. Puis il y a eu les fois où Pandora était avec moi. Qu’est-ce qu’on a pu rire toutes les deux ? On est insortable. On aime se poser sur la terrasse d’un bar et commenter tous les passants. Et je dois dire que l’on n’est pas très gentille parfois. On critique leurs tenues, leurs coiffures, leurs mimics, leurs grimaces… on se moque d’eux mais de façon très gentille. On ne se considère pas meilleur qu’eux, pas du tout. On aime s’amuser ainsi comme deux adolescentes le feraient. On est un peu resté adolescentes quand on est ensemble. Normal, on se connaît depuis qu’on est haute comme trois pommes. C’est comme si c’était ma sœur. Elle est essentielle à ma vie comme l’est Oakley aujourd’hui. Sans eux, je ne suis plus rien. Il me les faut près de moi pour que je me sente bien, pour que je me sente sereine. Je ne pourrais jamais en perdre un des deux. Je ne m’en remettrais surement pas, jamais plutôt. « Rien de bien intéressant. Mais je dois dire que les deux journées que j’ai passées avec Pandora était vraiment hors norme. Elle a réussi à me faire acheter une vingtaine de magazines de mariage. On va avoir de la lecture. » Pandora était surexcité à cette idée de mariage. C’était une pile électrique. Je ne pouvais plus la retenir. Elle pensait à tout et m’emmener dans tous les endroits inimaginables. J’avais beau lui répéter que la date n’était pas encore fixée, mais non, il fallait qu’elle agisse. Contrairement moi, elle était bien plus douée dans ce domaine.

J’avais remarqué la brillance dans ses yeux. Ce petit truc qu’il n’avait pas à contrôler. Il arriva à se maitriser avec son froncement de sourcil. Seulement, j’avais tout vu. C’est pour cela que je ne l’avais pas laissé parler. Je devais lui dire les mots justes, les mots qui seraient parfaits pour qu’il se sente mieux et reprenne du poil de la bête. Quand je vus apparaître ce petit sourire, je fus contente. J’avais réussi un petit peu. « C'est moi l'idiot. J'avais les preuves justes devant mon nez! Mais je refusais de voir qu'il me mentait. Je pensais vraiment qu'il n'avait rien fait.. ! A cause de moi ce bâtard a pris moins d'années de prison que prévu. Si je ne suis pas capable de cerner mon client, ça fait quoi de moi? Un avocat raté...» Je compris alors que ce n’était pas vraiment la défaite qui le rendait ainsi. C’était plutôt d’avoir défendu un coupable. « Ce n’est pas écrit sur le front qu’une personne est coupable. Certains innocents ont perdu ou on eu une peine énorme lors de leur procès. C’est lui le raté celui qui t’a fait croire des bêtises. Lui, il ne pourra jamais se regarder dans le miroir. Il aura constamment ce mensonge devant les yeux. Tu n’es en aucun cas un avocat raté, tu as cru à l’innocence. Tu as cru à la bonté, à la détresse de cet homme parce que tu es bon Oakley. Tu fais attention à ton client, tu crois en lui. » des tonnes d’avocats n’ont que faire de leurs clients. Ils pensent à l’argent avant tout. Ils peuvent défendre un coupable ou un innocent, c’est pareil pour eux. Oakley est différent. Il écoute, il fait attention. Il ne prend jamais les choses à la légère. Il défend un homme et non pas un portefeuille. C’est ce qui fait de lui un grand avocat. Et si les autres me disent que non. Je serais contente de leur mettre ma main dans les figures en leur disant qu’ils ne sont que des petits c*** sans cœur et sans jugement. «Si t'as besoin d'un avocat, je suis là» Je lui sourie heureuse de le voir à nouveau sortir des blagues qui me faisait rire à chaque fois. Je n’étais pas sûre qu’il aille mieux. mais j’allais tout faire pour que ça soit le cas.

J’allais faire vite. Je n’avais qu’à dire à Emily que je prenais une pause et prendre la bière d’Oakley est le tour était joué. Je reviendrais à sa table et nous pourrions parler tranquillement. "Hey ma belle, vient par ici, que je te montre ce qu'est un vrai homme. T'en auras bien besoin pour te décoincer un peu. " J’entends siffler dans mon dos. Je discerne quelques paroles odieuses venant d’un homme. Je fais comme si de rien n’était. C’est tous les soirs là-même, je préfère laisser courir. Ce ne sont que des imbéciles qui ne méritent pas qu’on s’intéresse à eux. Je me glisse de l’autre côté du comptoir pour demander au barman de me faire une bière et lui demande où se trouve Emily. Elle est dans la salle où on se change. Elle est bien là. Je lui explique que je prends une pause. Elle se met à sourire et me dit que je peux même prendre cinq minutes de plus. Elle me couvrira. Je lui souris. « Sharly, tu devrais vite venir, il y a un soucis dans la salle. Une bagarre plus précisément. » Je ne perds pas de temps. Seulement au moment où j’arrive c’est le calme. Les clients sont sagement assis. Oakley a disparu, aucune trace de lui. Je suis vraiment inquiète. Une dame semble apercevoir ma peur. Elle me souffle qu’il est allé en direction des toilettes. Je lui murmure un petit merci. Comme une idiote, je me trompe et rentre de celui des femmes. J’ai tellement l’habitude que je n’avais pas fait attention. Je ressors pour entrer dans ceux d’en face. J’aperçois Oakley au-dessus du lavabo. Il a la lèvre en sang. Je ne l’ai jamais vu dans un tel état. Je vais doucement vers lui. Je ne veux pas le brusquer. « Ça va ? Qu’est-ce qui s’est passé ? » Je retire mon tablier, le met en boule. Je le glisse sous l’eau. Puis je vais vers Oakley. Je lui redresse la tête et tamponne légèrement sur sa lèvre. J’aperçois ces mains qui tremblent. Il ne va vraiment pas bien. Une petite panique j’empare de moi. Je ne laisse rien voir et me re-concentre sur lui. Tout va bien se passer. Tout va aller mieux.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 20 Mai - 12:07




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« Rien de bien intéressant. Mais je dois dire que les deux journées que j’ai passées avec Pandora était vraiment hors norme. Elle a réussi à me faire acheter une vingtaine de magazines de mariage. On va avoir de la lecture. ». Je plisse légèrement les yeux, un sourire en coin dévoilant de petites faussettes. Je ne pensais vraiment pas en lui demandant ce qu'elle avait fait qu'elle me sortirait ça. Je ne connais Pandora que par l'intermédiaire de Sharly, et c'est vrai que c'est une jeune femme que j'apprécie beaucoup. Les quelques soirées qu'on a passé tous les trois étaient vraiment géniales. Et bizarrement, savoir qu'elle avait réussit à donner une telle lecture dans les mains de ma fiancée la montait encore plus dans mon estime. Je pense connaître quasiment par coeur Sharly, et même si elle était heureuse de savoir qu'elle serait bientôt Mme Wilson, il en était certainement autrement vis-à-vis de l'organisation. Tout commençait vraiment à se concrétiser, et on allait devoir se plonger véritablement dans tous les préparatifs, bâtir notre avenir. C'était en quelque sorte le premier pas vers notre vie familliale. Je crois n'avoir encore jamais parlé profondément à la jeune femme de mon envie d'avoir des enfants, mais cette conversation là n'allait pas tarder elle aussi à venir sur le tapis. Bon, je n'allais peut être pas la mettre sous deux pressions à la fois, chaque chose en son temps. Pour l'instant, c'était déjà le mariage que nous pouvions voir se profiler à l'horizon. Mais, à un peu plus de 27 ans maintenant, je me sentais également prêt à donner le biberon la nuit, à faire ce que ma mère n'avait jamais fait pour moi. " Eh bien, je dois tavouer que je suis très heureux qu'elle ai réussit à t'en faire acheter. Je ne travaille pas demain, ni après-demain. On pourra y jetter un coup d'oeil tous les deux, et peut être par la même occasion choisir une date et dresser la liste des invités pour le repas du soir.. ". Mes trois semaines de boulot sans pause me permettaient de prendre deux jours de repos, ce n'était pas la panacée mais c'était mieux que rien. En plus, je n'avais pas oublié que je comptais prendre une semaine pour être en vacances avec elle. J'avais déjà des dates en tête, et il ne me restait plus qu'à mettre tout ça en place.

Je crois qu'elle m'étonnera toujours. Elle arrivait à me faire sourire avec de simples mots. Pourtant, quand je ne vais pas bien, il est très difficile de me remonter le moral. J'étais toujours secoué, mais elle me faisait énormément de bien sans s'en apperçevoir. Je n'avais qu'une envie: rentrer chez nous après son service, et m'allonger sur le lit avec elle dans mes bras.. Rien que tous les deux, sans personne autour pour nous surveiller ou nous épier. « Ce n’est pas écrit sur le front qu’une personne est coupable. Certains innocents ont perdu ou on eu une peine énorme lors de leur procès. C’est lui le raté celui qui t’a fait croire des bêtises. Lui, il ne pourra jamais se regarder dans le miroir. Il aura constamment ce mensonge devant les yeux. Tu n’es en aucun cas un avocat raté, tu as cru à l’innocence. Tu as cru à la bonté, à la détresse de cet homme parce que tu es bon Oakley. Tu fais attention à ton client, tu crois en lui. ». A la fin de sa phrase, je pose doucement mes lèvres contre les siennes. Un baiser qui se veut tout doux, presque un effleurement. Ses paroles font écho dans ma tête, et je sais qu'elle a raison dans le fond. Je ne pouvais pas le deviner, je ne suis pas Dieu après tout. Malgré tout, c'est un coup dur pour moi, et j'espère que mes prochaines affaires m'aideront à oublier celle-ci. "Tu sais, je ne suis pas sûr que ce genre de type puisse éprouver des remords.. T'aurais vu son sourire quand il a comprit que les juges réduisaient sa peine initiale. Mais merci. Merci d'être là pour moi. Je t'aime.". Les dernières nuits semblaient bien froides sans ses bras, et l'avoir auprès de moi aujourd'hui était un réel réconfort. Je suis sûr qu'après une bonne nuit de sommeil, Sharly blottie contre moi, tous ces mauvais souvenirs appartiendraient définitivement au passé. Elle m'appaisait rien qu'avec son sourire. S'éloignant pour aller chercher ma bière, elle ne savait pas que j'allait péter un plomb.

Je ne suis pas le gars violent par nature. Seulement je suis très impulsif, d'autant plus quand je suis fatigué et déçu. Ce qui était le cas ce soir. En temps normal je ne me serais pas laissé emporter comme ça, mais là c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Mon attitude était plutôt lamentable, j'en ai bien conscience. Mais je ne me voyais absolument pas laisser ce gars la traiter de la sorte. Je ne suis pas macho, mais j'estime que le devoir d'un homme en règle général est de protéger celle qu'il aime. On pourra dire ce qu'on veut, une femme n'a pas la même force qu'un homme, et si Sharly pouvait ignorer le molosse en question, elle ne pouvait cependant pas se mettre à l'insulter pour ce qu'il venait de lui dire. Mais moi, je n'allais pas me gêner pour bien lui faire comprendre qu'une leçon de courtoisie ne serait pas de trop. Devant le miroir des toilettes pour hommes, j'observais mon visage ensanglanté. Je jette un oeil à ma main, et m'apperçoit qu'elle aussi a prit un petit coup. Je n'y avais pas été de main morte, et le gars avait les os solides malheureusement. La porte s'ouvre, et sur le qui-vive je sursaute et regarde en direction de cette dernière. Mais ce n'est pas un homme qui rentre, c'est Sharly. Et là je me sens tellement idiot que j'aurais envie de disparaître des yeux du monde. « Ça va ? Qu’est-ce qui s’est passé ? ». Elle me passe de l'eau sur ma lèvre, et je grimaçe légèrement à son contact. Puis, j'affiche un air d'enfant qu'on vient de prendre en flagrant délis. Elle risquait de me dire que c'était complètement idiot de me battre pour elle, mais si c'était à refaire je le referais. "Je.. Il...!" je lève mon bras pour exprimer ma colère envers le type en question. "Je refuse qu'on te traite comme ça. T'as entendu ce qu'il t'a dit?! Il peut insulter la reine d'Angleterre s'il veut, j'men contrefous, mais toi ça m'affecte... Je sais que.. Je n'aurais pas du m'énerver, mais en plus il a trouvé le moyen de remettre en question le fait que je sois un homme. Alors, voilà. Je suis désolé mais.. C'est mon devoir de te défendre. Personne n'a le droit de t'insulter. ". J'observe mes mains qui avaient cessé de trembler. Ce n'est pas trop tôt. Mes bras s'enroulent autour d'elle, et je pose ma tête contre son épaule. J'ai beau être un peu plus grand qu'elle, mon dos ne se voûtait pas tant que ça dans cette position là. Je m'accroche à elle, respire profondément, puis dépose un baiser sur sa joue. " Je suis minable, au lieu de profiter de nos retrouvailles, je trouve le moyen de m'énerver.. Je suis sûr que tu espérais tout autre chose. "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Sam 21 Mai - 4:51



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

Je voulais me marier, ça j’en étais sûre à deux cent pour cent. Même trois cent. Seulement, je ne voyais pas comment organiser le tout. Ce jour-là devait être le plus extraordinaire, le plus magique de notre vie que ce soit pour moi ou pour Oakley. Je voulais que ça soit un véritable conte de fées. Même si je n’y crois guère, je voulais que ça y ressemble. Et même si j’avais organisé plus d’une soirée au temps du lycée. Là c’était différent. Il ne fallait pas que je me trompe, que je fasse une erreur. La perfection était mon maitre mot. Pandora, elle n’a pas perdu cette fibre de l’organisation. C’est toujours en elle et puis elle était tellement douée pour ça. Elle connaît les meilleures adresses, les tendances… tout en réalité. Ce que je n’avais pas dit à Oakley, c’est qu’on avait fait un peu de repérage pour ma robe. Je n’avais pas encore vu celle qui me plaisait. Mais je n’avais pas envie qu’il arrive à découvrir à quoi elle pourrait ressembler. Ainsi le jour J, il aura une belle surprise en me voyant dedans. «Eh bien, je dois t’avouer que je suis très heureux qu'elle ai réussit à t'en faire acheter. Je ne travaille pas demain, ni après-demain. On pourra y jeter un coup d'oeil tous les deux, et peut être par la même occasion choisir une date et dresser la liste des invités pour le repas du soir..» Il le savait aussi bien que moi mais j’avais céder. Je commençais à me rendre compte que je devais vraiment m’y mettre. Et ces magazines seraient peut-être regorgés de conseils et de trucs pour nous aider. Nous n’avions pas encore de date. C’était la première chose qu’on devait. Et lorsqu’elle sera choisie, on pourra se jeter à l’eau et tout préparer. Rien que de penser qu’on va choisir une date, j’ai mal au ventre. Je suis vraiment anxieuse de ce mariage. J’ai peur de ne pas être une jolie mariée. J’ai peur qu’il me dise non lorsque le pasteur le lui demandera. Je sais que ces doutes sont lamentables et qu’Oakley m’aime. Mais j’ai tout de même cette boule. Mais en même temps, j’ai hâte d’être Madame Wilson, hâte de fonder cette nouvelle famille avec lui. « C’est super idée. Ainsi on aura fait un premier pas dans les préparatifs et le reste ira peut-être tout seul. »

«Tu sais, je ne suis pas sûr que ce genre de type puisse éprouver des remords.. T'aurais vu son sourire quand il a comprit que les juges réduisaient sa peine initiale. Mais merci. Merci d'être là pour moi. Je t'aime.» Ceux qui ne sont pas humains, n’éprouvent pas de remords. Et je me sens vraiment mal pour eux. Faire une telle chose et ne rien ressentir, c’est inimaginable pour moi. Nous sommes des humains et nous faisons des erreurs. Cet homme n’est pour moi qu’un lâche qui ne mérite même pas d’avoir une vie. Je plains sa femme et ses enfants, s’il en a bien sûr. « Ça lui retombera dessus un jour ou l’autre. Les gens comme ça ne sont pas heureux dans la vie. il replongera un jour ou l’autre pour le crime qu’il a commis, j’en suis certaine. Et j’espère que ce jour-là, tu seras l’avocat de l’autre personne. Ainsi, tu lui feras ravaler son sourire minable. Je serais toujours là même dans les pires moments parce que je t’aime et que je déteste te voir dans cet état. » je le sers encore plus fort dans mes bras. En l’embrassant avant de partir.

Heureusement que je n’ai pas eu à le rechercher dans tout le bâtiment. Je n’aurais pas pû supporté de ne pas être près de lui toute de suite. Dommage que je n’avais pas pris la clé. J’aurais pû fermer la porte ainsi j’aurais condamné l’accès et nous aurions pû être tranquille pour parler. J’avais doucement pour enlever le sang sur sa lèvre seulement il grimaça un peu. Je lui murmure un petit désolé pour m’excuser de lui avoir fait mal. Il n’a pas tout de suite parlé cherchant peut être les mots. Il n’avait pas besoin de faire une telle chose. Je sais qu’il détestait qu’on me parle de cette façon. Seulement, les types comme eux ne méritent pas qu’on les écoute. Ils n’attendent que ça. Oakley était beaucoup énervé pour rester calme, j’aurais pu m’en douter. Ça l’avait mis hors de lui. Et en frappant cet homme, il avait lâché sa colère. Je ne pouvais pas l’empêcher de me protéger. D’un certain sens, je trouvais ça fabuleux. Ça montrait mon attachement à moi. Cependant, je ne voulais pas qu’il se blesse et qu’il soit en sang comme maintenant. «Je refuse qu'on te traite comme ça. T'as entendu ce qu'il t'a dit?! Il peut insulter la reine d'Angleterre s'il veut, j'men contrefous, mais toi ça m'affecte... Je sais que.. Je n'aurais pas du m'énerver, mais en plus il a trouvé le moyen de remettre en question le fait que je sois un homme. Alors, voilà. Je suis désolé mais.. C'est mon devoir de te défendre. Personne n'a le droit de t'insulter. » Je pris sa main et épongea le sang. J’avais l’impression de revenir au moment où j’étais moi qui me faisait soigner. Où c’était moi qui avais frappé dans un mur. Sur ce point-là, on se ressemblait tellement. On avait cette impulsivité qu’on ne pouvait contrôler. « Oui j’ai entendu, il n’a pas été très gentleman, je l’avoue. Chaque soir, j’ai affaire à des types comme ça et je comprends parfaitement que tu déteste la façon dont il me parle. Je m’énervais avant, mais à la fin, c’était moi qui avais le droit à des réflexions du patron. Je dois avouer que d’un côté, ça m’a fait plaisir. Au moins, la prochaine, il ne dira rien. Ne t’excuse pas, tu n’en as pas besoin. » combien avais-je frapper un client parce qu’il m’avait mal parler ou bien parce qu’il avait eu un geste déplacé ? Une bonne douzaine de fois. Seulement, le patron détestait ça et il me remontait les bretelles. Alors maintenant, où je fais comme si rien n’était ou bien j’utilise la parole. Je les remets en place avec deux trois mots et le tour est joué. Je sais que c’est dangereux parce qu’ils pourraient m’attendre après le service et me blesser. Aujourd’hui, je n’avais rien dit parce que je ne voulais pas paraître grossière devant Oakley. Pour les remettre en place, j’utilisais parfois un vocabulaire très adaptée à une femme. Il me prend dans ses bras. Il pose sa tête sur mes épaules et je lui caresse doucement les cheveux. «Je suis minable, au lieu de profiter de nos retrouvailles, je trouve le moyen de m'énerver.. Je suis sûr que tu espérais tout autre chose.» comment il pouvait dire une telle chose. Il n’était pas du tout minable. Il m’avait défendu comme personne. Il avait remis en place ce type pour moi. « Je n’espère rien de précis. Je t’aime comme tu es. C’est des retrouvailles parfaites. Je ne pouvais pas rêver mieux. ta présence me suffit. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Sam 21 Mai - 8:35




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« C’est une super idée. Ainsi on aura fait un premier pas dans les préparatifs et le reste ira peut-être tout seul. ». J'affiche alors un petit air amusé. Je n'irai pas jusqu'à dire que je savais exactement ce qui se passait dans sa tête, mais en tout cas je pouvais certifier qu'elle n'était pas rassurée par rapport à tous ces préparatifs. Je ne peux qu'imaginer les questions qu'elle doit se poser. Il y'a quelques temps encore elle avait du mal à exprimer ses sentiments, alors s'engager dans quelque chose d'aussi fort et symbolique, ça devait forcément la rendre anxieuse. J'ai peut être l'air moi-même très calme et très serein, mais je sais que le jour même je vais beaucoup appréhender. Et si elle paniquait tellement qu'elle partait juste avant le début de la cérémonie? Et si ce crétin de Dwayne se pointait au mariage et devant toute une assemblée se mettait à faire une déclaration de fou pour qu'elle annule notre engagement? Je sais qu'elle m'aime, et je ne pense pas qu'elle me quitterait pour lui, même si il se mettait à genoux. Par contre, elle pourrait très bien en être perturbé et me demander de lui laisser plus de temps pour réfléchir.. Bref, j'avais aussi quelques apréhensions, mais il me suffisait de la regarder pour savoir que de toute façon j'avais envie de lier ma vie à la sienne. Je pose ma main sur son visage, et caresse sa joue du bout de mon pouce. " Le reste ira tout seul. Je sais que c'est quelque chose de stressant et que tu te fais du soucis. Mais tout se passera pour le mieux, et tu seras merveilleuse, comme toujours. ". Ma main glisse jusqu'à son épaule, et finit par se stabiliser sur sa cuisse.

Malheureusement, il existe des gens sur cette planète qui sont sans vergognes. Ils n'ont aucune morale, aucune estime pour les autres et pour eux-même. En soit, je ne sais pas vraiment ce que je ressens pour ce genre de personne. De la colère ou de la pitié? Certainement plus de la pitié, parce que je n'aimerais pas avoir ce genre de comportement. Quand on les regarde de l'extérieur on est furieux contre l'humanité et on se dit que ça ne devrait pas exister, mais quand on approfondit un peu les choses on finit par les plaindre. Dans tous les cas que j'ai vu passer devant mes yeux, la plupart des assassins et des violeurs avaient une enfance que je ne souhaiterais à personne. Ca ne les excuse pas, ça c'est certain, mais ça permet de prendre conscience qu'une mauvaise éducation ou des maltraitances peuvent avoir des conséquences désastreuses. « Ça lui retombera dessus un jour ou l’autre. Les gens comme ça ne sont pas heureux dans la vie. il replongera un jour ou l’autre pour le crime qu’il a commis, j’en suis certaine. Et j’espère que ce jour-là, tu seras l’avocat de l’autre personne. Ainsi, tu lui feras ravaler son sourire minable. Je serais toujours là même dans les pires moments parce que je t’aime et que je déteste te voir dans cet état. ». J'hoche la tête complètement d'accord avec elle. Tout se paye un jour, la vie ne sourit pas toujours aux plus malheureux, mais il faut se dire qu'à un moment ou un autre être quelqu'un de bien finit par nous apporter de la joie. Les personnes qui sèment le mal autour d'elles finissent par se retrouver tout seul, sans personne pour leur offrir une épaule ou un sourire. "Oui, et je dois te dire que si jamais je me retrouve à nouveau en face à lui au tribunal, il n'aura aucune chance de s'en sortir indemne. J'en mets un point d'honneur.". Elle m'embrasse avant de partir, et je souris, gardant cette délicieuse sensation de ses lèvres contre les miennes en tête.

« Oui j’ai entendu, il n’a pas été très gentleman, je l’avoue. Chaque soir, j’ai affaire à des types comme ça et je comprends parfaitement que tu déteste la façon dont il me parle. Je m’énervais avant, mais à la fin, c’était moi qui avais le droit à des réflexions du patron. Je dois avouer que d’un côté, ça m’a fait plaisir. Au moins, la prochaine, il ne dira rien. Ne t’excuse pas, tu n’en as pas besoin. ». Dire que ce n'était pas un gentleman était un vrai euphémisme qui me fit d'ailleurs sur le coup faire de gros yeux. C'était un rustre, un malfrat qui n'avait aucun savoir-vivre et savoir-être. Ca ne m'étonnait pas du tout qu'il soit seul au bar et gras comme un cachalot. Avec de tels propos, il ne risquait pas d'attirer une femme aimante et douce. Tout ce qu'il pouvait ésperer c'était une sorcière digne d'un contre des frères Grimm. Oui, je suis impulsif. Je ne mâche pas mes mots, et je n'ai pas peur de serrer les dents, surtout quand il s'agit de Sharly. Je serais prêt à donner ma vie pour elle, à sacrifier tout ce que je possédais. Elle m'apporte tellement au quotidien, et elle me rend tellement heureux que c'est le moins que je puisse faire. Je sais que mon attitude n'arrangera pas les choses, et que ce n'est pas parce que j'avais montré mes muscles ce soir que ça empêcherait un autre crétin de lui parler de cette manière quand je ne serais pas là. Mais je m'en fou. En ma présence, jamais je ne laisserais passer une telle chose. Je l'aime, et elle doit savoir qu'à mes côtés il ne lui arrivera jamais rien. " Ca ne me rassure pas de voir ce genre de choses. J'ai toujours peur qu'un jour tu m'appelles en catastrophe parce que tu te seras fait agressé. J'aimerais pouvoir être là toutes les nuits, et surveiller tes arrières. Tu crois qu'ils m'engageraient en tant que videur? J'ai la carrure qu'il faut, et je sais être impressionant quand je suis en colère!". Je rigole à nouveau, ça fait du bien. Je la prend dans mes bras, la sers contre moi. Je n’espère rien de précis. Je t’aime comme tu es. C’est des retrouvailles parfaites. Je ne pouvais pas rêver mieux. ta présence me suffit. ». Je souris à l'entente de ces paroles et me redresse pour l'embrasser. "La prochaine fois que je dois partir, je t'embarque dans ma valise!". Un homme arrive dans les toilettes, et je me met à rire en voyant la tête qu'il fait. Ce n'est pas tous les jours qu'on croise une femme dans les toilettes pour les hommes. Je m'excuse d'un hochement de tête, et attire Sharly à l'extérieur en prenant sa main. Je vois alors sur le comptoir la fameuse bière que ma fiancée avait très certainement demandé pour moi. Sans aucune gêne, j'attrape la boisson et retourne avec elle à ma table. Ce n'est pas que je n'aimais pas me faire servir, mais disons qu'elle était censée faire sa pause. On s'asseoit tous les deux sur la banquette, je pose ma bière sur la table, et entoure Sharly de mon bras, pour qu'elle se blotisse au creux de ce dernier. Je boit une gorgée de bière, puis me lèche les babines par réflexe. "J'ai hâte de rentrer et de pouvoir n'être qu'avec toi.. Tu finis à quelle heure ce soir ma puce?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Sam 21 Mai - 11:26



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

«Le reste ira tout seul. Je sais que c'est quelque chose de stressant et que tu te fais du souci. Mais tout se passera pour le mieux, et tu seras merveilleuse, comme toujours.» il arrivait à savoir que ce n’était pas qu’une question d’organisation. Mais quelque chose de plus profond. Deux ans que j’étais avec lui, deux ans de pur bonheur sans aucun problème. Quelques fois, on a bien eu des hauts et des bas comme chaque couple. Une relation comme la notre ne pouvait que se terminer un mariage. C’était la chronologie normale de la vie. Je suis contente de ça. Cependant, ça me fait quand même bizarre. Ma vie est remplie de changements. De changements que j’aurais cru impossible avant. Des changements qui me montraient que je pouvais de nouveau aimer et sauter dans le vide en sachant qu’un parachute était dans mon dos. Personne n’est là pour le couper ou pour me l’enlever. Il est bien accroché et j’en suis contente. Oakley n’avait aucun souci à se faire. Je suis peut-être instable niveau sentiment mais il y a bien une chose que je sais, c’est que je l’aime. Je souris en attendant que le reste ira tout seul. J’avais besoin de l’entendre. Ce que je voulais, c’est que tout coule de source. « Si on est main dans la main, je pense pouvoir y arriver. Ça sera bien plus facile. » pleins de trucs allaient être remis en place ou plutôt j’allais devoir m’en occuper. Et là, je parle de ma famille. Celle que j’ai en dehors d’Oakley. Ma mère est la principale intéressée. Je trouve même bizarre que ça ne soit pas encore arrivé à son oreille. Généralement, un maire est au courant de tout. Et encore plus quand il s’agit de sa fille unique.

L’être humain. Un être tellement étrange et différent de l’un à l’autre. Il peut être un ange ou bien un démon. On ne se sait jamais comment il réagira face à une situation. Il pourra sombrer du côté obscure comme notre jeune Anakin Skywalker. Beaucoup d’Hommes sombrent de ce côté. Un côté qui doit plus fasciner, qui doit leur paraître plus agréable. Mais au final, qu’est-ce qu’il y gagne ? Dark Vador a-t-il gagné ? Non, le méchant ne gagne jamais. Il se fait à chaque fois fracassé par le gentil. Certains ont leur raison, le mal entraine souvent le mal. Seulement, on peut changer. C’est possible. Chacun peu faire ses propres choix et rattraper ses erreurs. Il faut du temps, cependant tout est possible quand on le veut très fort. Même si je montre plutôt dur envers cet homme, j’espère qu’il arrivera à corriger ses erreurs et à devenir quelqu’un de bien. Tout le monde mérite d’avoir une vie formidable mais pour ça, il faut s’en donner les moyens. «Oui, et je dois te dire que si jamais je me retrouve à nouveau en face à lui au tribunal, il n'aura aucune chance de s'en sortir indemne. J'en mets un point d'honneur.» On apprend de ses erreurs et c’est ça qui nous rend bien plus fort. Il faut faire des erreurs sinon comment peut-on avancer dans la vie. Chaque fois que j’en ai fais une, j’ai tout fait pour ne pas la reproduire. Ça m’a servit de leçon. C’était plutôt dur mais au final, ça en valait le coup. « Je ne me fais pas de souci pour ça. Quand tu as une idée en tête, tu vas jusqu’au bout. » Je lui fais un clin d’œil. S’il n’avait pas été aussi tête de bourrique. Il m’aurait quitté depuis bien longtemps. Il n’aurait pas persévérer autant. Au début, j’avais tout fait pour qu’il ne s’accroche pas. Plus personne ne pouvait conquérir mon cœur. Il était en pierre. Cependant, j’ai craqué, je suis tombé amoureuse. Même folle amoureuse. Et je ne pourrais cesser de le remercier pour ça. Il a ramené le soleil dans ma nuit noire.

«Ca ne me rassure pas de voir ce genre de choses. J'ai toujours peur qu'un jour tu m'appelles en catastrophe parce que tu te seras fait agressé. J'aimerais pouvoir être là toutes les nuits, et surveiller tes arrières. Tu crois qu'ils m'engageraient en tant que videur? J'ai la carrure qu'il faut, et je sais être impressionnant quand je suis en colère! » C’est vrai le quartier n’était pas le plus sûre du monde et le Hip Hop Dance encore mois. J’y ai vécu longtemps et je sais comment ça se passe. Il faut savoir ne pas se soucier des autres et laisser courir les choses. Ne pas s’intéresser aux petites embrouilles qui se passent dans la rue. Cependant, je garde toujours dans mon sac cette bombe. Ainsi si le moindre s’approche de moi, il aura le droit à un coup de pschittt droit dans les yeux. Il parait que c’est horrible et bien tant mieux. Je me mis à sourire. Oakley videur ? C’est vrai qu’il avait tout pour être un bon videur. La preuve, il avait mis K.O ce type qui était bien plus gros que lui. Je suis sûr qu’il pourrait maitriser n’importe quoi. « Je peux te rassurer en te disant que je suis très bonne pour mettre un coup de pied là où tu penses. En plus de ça, il y a mes collègues pour veiller sur moi, je ne crains rien. Mais si tu veux, je peux te pistonner. Je suis sûre qu’il prendrait. Seulement, il faut mieux que tu dormes la nuit parce que je ne veux pas d’un zombie comme fantôme. » J’aime le voir sourire. Revoir ces deux petites rides que se forme vers ses yeux. «La prochaine fois que je dois partir, je t'embarque dans ma valise!» Partir avec lui, ça m’aurait bien plus loin. L’Europe, je ne connaissais pas. Et puis j’aurais pu être près de lui. J’aurais pû être tout de suite là quand il serait rentré de son procès. Ça lui aurait évité de se remémorer tout ça dans l’avion. Quand on est seul, on pense toujours aux mauvaises choses. On n’arrive pas à se concentrer sur le bonheur ou toute autre chose de négatif. C’est pour cela que c’est mauvais d’être seul. Avoir quelqu’un près de soi est la meilleure des solutions. « Je ne suis peut-être pas très grande mais ça m’étonnerais que je rentre dans une valise. » J’entendis la porte s’ouvrir. Je me retourne vers l’entrée et voit un homme faire son entrée. Il semble un peu perdu. Je lui souris pour lui montrer qu’il n’a rien à craindre et qu’il est bien au bon endroit. Oakley me tire à l’extérieur avant que je n’explose de rire devant le pauvre homme. Il a du s’imaginer une tonne de trucs cet homme. Heureusement, il est tranquille puisqu’Oakley m’entraine vers sa table en n’oubliant pas de prendre sa bière sur le comptoir. Je remercie le barman d’un petit signe de la main. Les gens sont tellement gentils ici qu’on ne peut que les aimer. Je ne me vois pas travailler avec d’autres personnes. Je blottis contre le bras d’Oakley. «J'ai hâte de rentrer et de pouvoir n'être qu'avec toi.. Tu finis à quelle heure ce soir ma puce?» Une mine déconfite s’empara de moi. Ce soir, je travaillais plus que d’habitude. Je pensais que faire des heures en plus ferait passer plus vite le temps. Et puis, ces heures en plus me permettait de prendre des nuits. Je n’aurais pas dû demander ça au patron. Je me sentais vraiment nullissime. Pire que moi, il n’y avait pas. « Moi aussi. Seulement, il va falloir encore attendre. Ce soir, je travaille plus d’habitude. Comme tu ne rentrais que demain, j’ai demandé au patron d’avoir des jours de congés en échange de ces heures en plus. je suis vraiment désolé. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Sam 21 Mai - 20:27




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« Si on est main dans la main, je pense pouvoir y arriver. Ça sera bien plus facile. ». Dans mon fort intérieur, je reste persuadé que même sans moi elle arriverait parfaitement à se débrouiller. Il suffit qu'elle fasse le premier pas, qu'elle se jette dans la fosse aux lions en quelque sorte. Une fois qu'elle aura pris son courage à deux mains et qu'elle aura laissé de côté une première fois sa peur, elle n'aura aucun mal à aller jusqu'au bout. Après tout, ma chérie est une battante, non? Vous vous en doutez bien, même si ses capacités ne font pas l'ombre d'un doute, je ne la laisserai pas toute seule dans cette épreuve. Bien au contraire, moi aussi je vais mettre les deux pieds en avant. C'est toujours plus facile de surmonter ses peurs quand on sait qu'on est accompagné. En plus, je ne suis pas le genre de gars qui serait suceptible de laisser sa future femme et ses copines tout organisé et se la couler douce. Non, j'aime me rendre utile, surtout pour une occasion comme celle-là. Je me voyais très bien taquiner Sharly sur chacun de ses choix et observer sa petite moue avant que je ne lui dise que c'est parfait. Néanmoins, je suis sûr qu'il y'a des trucs sur lesquels on ne sera pas entièrement d'accord. Et ça risque là aussi d'être très drôle vu les têtus que nous sommes. Mais au final, je veux qu'elle ai l'impression de vivre un rêve éveillé, et que rien ne vienne la contrarier ce jour-là. Qu'elle soit seulement heureuse. "Tu sais bien que je ne te laisserais pas tomber. Mais je suis convaincu que tu y arriverais quelque soit la situation.". Je prend sa main et dépose un baiser dessus avant d'enlacer nos doigts. Vu nos deux familles, je me doutais bien que c'était là aussi un sujet délicat qu'on allait devoir aborder. Pour moi c'était tout vu: je ne voulais pas d'eux. Seulement entre vouloir et faire il y'a une différence. Je me demandais quand même si par politesse je ne devais pas les inviter. Mais je sais déjà qu'ils ne viendront pas. Quant à la famille de Sharly.. Je ne sais pas comment tout cela va se dégoupiller. Quoi qu'il en soit, si jamais les choses se passent mal, je serai là pour la rassurer et lui apporter mon soutien.

« Je ne me fais pas de souci pour ça. Quand tu as une idée en tête, tu vas jusqu’au bout. ». Je souris en l'entendant. C'est vrai que je suis têtu. Et ça peut tout aussi bien être un défaut qu'une qualité. L'avantage étant que je me bats jusqu'au bout pour mes idées, et que je ne laisse pas grand monde me dominer. Le problème, c'est que parfois le fait de ne pas lâcher prise peut relever de la stupidité. Quand on est fermé comme une huître à tout autre opinion que la sienne, c'est là que ça devient un réel problème. Je n'en suis pas là, moi je suis plutôt au stade du "Je n'admettrais pas que j'ai tort sur le champ, si c'est le cas je ne ferais mes excuses que le lendemain, une fois que j'aurai digeré la défaite". Pas plus matûre je vous l'accorde, mais je suis comme ça. Je n'ai pas mis très longtemps à tomber fou amoureux de son joli minois. Ca ne m'était jamais arrivé auparavant, à tel point que je pensais que tous ces livres et tous ces films ne racontaient que des mensonges. Alors, quand j'ai compris qu'elle était exactement celle qui me correspondait, celle qui ferait battre mon coeur pendant des lustres avec au moins la même intensité chaque jour, je n'ai plus rien lâché. Elle avait été honnête avec moi dès le départ, me disant qu'elle avait trop souffert pour pouvoir s'investir dans quoi que ce soit. Mais une voix dans ma tête ne cessait de me répéter qu'il n'y a pas de causes désespérées, et qu'il fallait simplement lui prouver qu'il existe des hommes biens. Ce n'était pas évident, et c'était une pression énorme. J'avais peur de faire la moindre gaffe et qu'elle se détache complètement, anéantissant tous mes efforts d'un grand coup de balais. Mais l'issue vous la connaissez, puisqu'aujourd'hui on vit notre histoire d'amour comme deux adolescents. " Ca fait partie de mon charme! Et puis la perséverence, ça finit toujours par payer. J'en ai la preuve juste devant mes yeux. Et rien que pour ça, jamais je ne lâcherai prise facilement. ".

« Je peux te rassurer en te disant que je suis très bonne pour mettre un coup de pied là où tu penses. En plus de ça, il y a mes collègues pour veiller sur moi, je ne crains rien. Mais si tu veux, je peux te pistonner. Je suis sûre qu’il prendrait. Seulement, il faut mieux que tu dormes la nuit parce que je ne veux pas d’un zombie comme fantôme. ». Je grimaçe en entendant la première partie de sa phrase, et fait la même tête que si c'était à moi qu'elle infligeait ce genre de chose. "Ouch! Je n'aimerais pas me retrouver en combat singulier contre toi alors..! Je tiens à avoir des enfants..". Je ris légèrement, mais malgré le fait qu'en tant qu'homme on a tendance à estimer ce genre de coup comme étant déloyal, je suis ravi qu'elle sache bien le maîtriser. Après tout ces grosses brutes n'ont qu'à bien se tenir et rien ne leur arrivera! Mais si ils l'approchent d'un peu trop près, elle le fera regretter leur geste, et quand moi je serai au courant je pense qu'ils finiront traumatisés. J'espère que ça n'arrivera pas, je me connais et dans une telle situation je serais bien capable de péter un câble. Je ne supporterais pas de la récupérer complètement paniqué ou bien de la voir allongée sur un lit d'hôpital. " Très bien.. Ne t'inquiètes pas, je ne compte pas ressembler à un mort vivant! Je ne prendrais ce job que si il t'arrive quelque chose. T'auras le choix entre une garde rapprochée au boulot, ou bien être à la recherche d'un nouvel emploi. ". Mon côté surprotecteur reprenait le dessus! Je lui souris, avant de lui expliquer que je comptais bien l'embarquer dans ma valise la prochaine fois que je partirais.« Je ne suis peut-être pas très grande mais ça m’étonnerais que je rentre dans une valise. ». Elle n'a pas tort, à moins que la valise ne soit surdimensionnée, je vois mal comment elle pourrait rentrer dedans et y être à l'aise pour supporter une dizaine d'heures d'avion. Néanmoins, mon petit côté comique me fait hausser un sourcil, comme si je remettais en cause ses dires. "Tu rigoles? A la limite je te coupe les jambes bien proprement, et le tour est joué. On arrive en ville, je t'emmène à l'hôpital le plus proche et tu te les fait recoudre. C'est pas si compliqué que ça! ". Je serais incapable de lui faire le moindre mal, alors lui couper les jambes ce n'était même pas la peine d'essayer! Je me voyais mal me pointer avec un couteau, un sourire sadique sur le visage, et oser la toucher de la sorte. On sort précipitament de la pièce, en rigolant. Je vois très bien ce à quoi pouvait penser le gars en rentrant dans les toilettes. J'ai beau aimer les endroits insolites, ça je ne le proposerai certainement jamais. Ce genre d'endroit ne me convient absolument pas, je trouve ça complètement.. Vulgaire. Le mot est juste. Même avec mes coups d'un soir avant de la connaître je n'avais pas eu assez d'irrespect pour proposer un truc pareil. Installés confortablement, Sharly dans mes bras, je profitais amplement de cette pause qu'elle s'était accordée. « Moi aussi. Seulement, il va falloir encore attendre. Ce soir, je travaille plus d’habitude. Comme tu ne rentrais que demain, j’ai demandé au patron d’avoir des jours de congés en échange de ces heures en plus. je suis vraiment désolé. » Voyant sa triste mine, je lui souris et caresse sa joue. "T'étais jalouse c'est ça? Chacun notre tour on fait la tête? ". Je n'avais absolument pas envie qu'elle se prenne la tête et qu'elle regrette ce qu'elle avait fait. C'était adorable qu'elle ai pensé à moi au point de faire des heures supplémentaires pour pouvoir prendre des jours de congés après. Ca me touchait beaucoup. Je pose mes mains sur ses lèvres. "Je ne veux pas que tu t'excuse, tu n'as rien à te reprocher. Ca me fait très plaisir que tu puisses prendre quelques jours. Et ce n'est pas t'attendre qui va me tuer, bien au contraire. J'en ai rien à cirer de l'endroit et de l'heure, tant que je t'ai dans mon champ de vision. Alors ne regrette rien et ne t'inquiète pas pour moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Dim 22 Mai - 6:11



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

« Tu sais bien que je ne te laisserais pas tomber. Mais je suis convaincu que tu y arriverais quelque soit la situation. » Faire les choses, je ne pense pas que j’y arriverais. Je préférais qu’il soit près de moi pour chaque choix. Ainsi, j’aurais un avis sur tout et qu’importe même s’il est négatif. Je ne veux pas faire de fautes, et savoir qu’Oakley est d’accord avec moi, sera une bonne chose. Je sais pertinemment que pour certaines choses, nos avis et nos envies allaient être bien différentes. Seulement, j’allais tout faire pour que ça convienne à tous les deux. Car ce n’était pas seulement mon mariage, c’était le notre. Certains hommes ne font rien et ne s’intéresse pas aux préparatifs. Et bien, je ne voudrais pas d’un homme comme ça. Je l’aurais déjà boosté pour qu’il s’intéresse autant de moi à cette mise en place. Je ne dis pas qu’il doit être constamment dans toutes les décisions mais pour la plupart, j’aimerais que ça soit le cas. Je suis plutôt têtue, c’est vrai et il y a certaines choses que je veux absolument. Cependant, je sais qu’Oakley est aussi têtu que moi et qu’il ne changera pas ses idées s’il en a en tête. Mais s’il le faut, je suis prête à céder, rien que pour lui faire. Je ne veux pas que les préparatifs de ce mariage amène des disputes entre nous. Je pense que tout ça va encore plus nous rapprocher et c’est une bonne chose. « Je pense que c’est quelque chose qu’on doit faire ensemble. Je veux que ce mariage ressemble autant à moi qu’à toi. Il doit être le mélange de deux êtres qui vont s’unir jusqu’à la fin des temps. » je le laisse attraper ma main et entrelaçait nos doigts. Un geste qui a énormément de signification puisque bientôt il n’y aura pas que nos doigts qui sauront lier. Nos vies le seront aussi.

Je revois encore ma rencontre avec Oakley. C’était exactement ici au Hip Hop Dance. Je servais sa table où il avait pris place avec des amis. Il m’avait fallut que quelques secondes pour craquer pour sa petite frimousse. Mon cœur avait battu différemment. Je n’avais pas ressentit la même chose. Au début, tout se passait comme les autres. On se voyait très peu. Cependant, un jour tout à changer. Il est devenu mon petit-ami officiel. J’aurais pû choisir de rester comme avant seulement je voulais n’être qu’à lui. Je ne voulais plus être la fille de passage des hommes. Je voulais un peu de stabilité dans ma vie. Puis, il y a eu ce soir au restaurant. Un restaurant magnifique et extraordinaire. Le genre de restaurant que je côtoyais lorsque je vivais avec mes parents. Il aurait pû faire sa demande dans la simplicité. Mais non, il a fait les choses extraordinairement. «Ca fait partie de mon charme! Et puis la persévérance, ça finit toujours par payer. J'en ai la preuve juste devant mes yeux. Et rien que pour ça, jamais je ne lâcherai prise facilement.» une persévérance qui m’avait fait craquer tout autant que l’homme que j’ai en face de moi en ce moment. Certains auraient pû profité de mon état de non-sentiment mais lui jamais. Il m’a toujours vu comme personne ne me voyait. Il a réussi à voir l’ancienne Sharly à travers l’épaisse carapace de pierre que j’avais créée. « Et je dois dire que j’en suis contente. Car sans toi, je n’aurais jamais eu confiance en l’amour et je serais passé à côté d’une histoire d’amour unique. Tu es un quelque sorte pour mon sauveur, mon Batman. » Je vous interdis de rire parce que j’ai dis que c’était mon Batman. Car oui, je le considère ainsi. Seulement, il est beaucoup plus sexy et fantastique que Batman. J’aurais bien pû choisir un autre super-héro. Seulement Batman a toujours été celui que j’ai aimé. Il n’a pas de supers pouvoirs et pourtant, il n’hésite pas à mettre sa vie de côté pour aider les autres.

C’était la seule chose bien que mon père m’avait appris. Je n’avais que six ans et pourtant, il ne cessait de me dire que c’était un bon moyen de me défendre face à un homme qui voudrait m’embêter ou me kidnapper. Le problème, c’est que le lendemain matin, un camarade de classe a voulu m’embrasser sur le joue, parce qu’il était amoureux de moi. Il a eu le droit à gros coup là où je pense. Je n’ai pas été gentille sur ce coup-là mais je pensais qu’il voulait me faire du mal et comme mon père m’avait appris ce truc la veille, j’avais voulu tester. Je peux dire que ça avait bien marché. Et que mon camarade m’a détesté jusqu’à notre dernière année de primaire. «Ouch! Je n'aimerais pas me retrouver en combat singulier contre toi alors..! Je tiens à avoir des enfants..» Je ne ferais jamais une telle chose à des personnes que j’affectionne. Quand je m’amuse à me battre avec eux, je fais très attention. Je n’ai pas envie qu’il arrive à tel malheur. « Ça n’arrivera jamais et puis, je veux avoir des enfants de toi donc je ne ferais rien dans ce sens. » Mais face à un autre individu, je ne me retiendrais pas. Je tiens beaucoup trop à la vie pour ne pas me défendre. Je ne suis pas le genre à prendre des coups sans réagir. Je me bats jusqu’au bout même si je suis sûre d’en prendre en retour. «Très bien.. Ne t'inquiètes pas, je ne compte pas ressembler à un mort vivant! Je ne prendrais ce job que s’il t'arrive quelque chose. T'auras le choix entre une garde rapprochée au boulot, ou bien être à la recherche d'un nouvel emploi.» Il sortit son petit sourire mais je savais bien qu’il le ferait. Je n’ai aucune envie de choisir à un autre emploi. Je suis bien ici. Et cet endroit ne me fera jamais peur même si un jour, je me retrouve à l’hôpital à cause de l’un des clients. Je ne veux pas abandonner certaines personnes. Surtout que si je ne suis pas là personne ne pourra veiller sur elles. Je ne peux pas imaginer une seule seconde les laisser seules. « J’aime cet endroit et je pourrais jamais partir alors je prendrais la garde rapprochée. Et puis, tu n’auras qu’à embaucher quelqu’un ainsi tu pourras dormir pendant qu’il veille sur moi. » Personne ne peut travailler vingt quatre heures sur vingt quatre. Nous avons besoin de dormir et Oakley aussi, il n’était pas hors norme. «Tu rigoles? A la limite je te coupe les jambes bien proprement, et le tour est joué. On arrive en ville, je t'emmène à l'hôpital le plus proche et tu te les fais recoudre. C'est pas si compliqué que ça!.» Je me mis à éclater de rire. Mon rire raisonné dans les toilettes pour hommes. Le regard de l’homme était rivé sur moi. Je mis immédiatement ma main devant la bouche pour faire taire se rire. Mais je n’y arrivais pas. Je venais de prendre un fou rire. C’est fou comme ça peut arriver n’importe quand ce truc. Il m’a fallut quelques minutes pour qu’il prenne fin. « Je crois pas que je survivrais pendant tout un vol, je perdrais beaucoup trop de sang. Et puis, tu me vois avec deux horribles cicatrices sur les jambes. Je ressemblerais à une poupée. » Je savais bien qu’il ne ferait jamais une telle chose. C’est pour cela que ça me faisait rire. En y pensant, c’était morbide. Ça ressemblait plus un truc tout droit sortit d’un film d’horreur. Ils devaient vraiment pour nous prendre pour des fous s’il écoutait un peu notre conversation. Qu’importe au moins ça nous faisait rire tous les deux. «T'étais jalouse c'est ça? Chacun notre tour on fait la tête?» « Moi jalouse ? Non, jamais de la vie. » Je lui fis un grand sourire pour lui montrer que je ne faisais pas la tête. «Je ne veux pas que tu t'excuse, tu n'as rien à te reprocher. Ca me fait très plaisir que tu puisses prendre quelques jours. Et ce n'est pas t'attendre qui va me tuer, bien au contraire. J'en ai rien à cirer de l'endroit et de l'heure, tant que je t'ai dans mon champ de vision. Alors ne regrette rien et ne t'inquiète pas pour moi..» Avec les jours de congé que j’allais avoir, on allait pouvoir rattraper les trois semaines. Il m’avait tellement manqué que j’avais envie de passer du temps avec lui. « Je me sens quand même coupable. Tu vas t’ennuyer quand ma pause va être finie. Pour que ça ne soit pas le cas, je vais essayer de servir rapidement les clients comme ça je pourrais m’arrêter à chaque fois un peu à ta table. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Dim 22 Mai - 11:32




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« Je pense que c’est quelque chose qu’on doit faire ensemble. Je veux que ce mariage ressemble autant à moi qu’à toi. Il doit être le mélange de deux êtres qui vont s’unir jusqu’à la fin des temps. ». La fin des temps. Ca me plaisait beaucoup comme idée. Quand je la regarde au fond des yeux, je lis tout un avenir qui se dresse devant moi, devant nous. Elle est magnifique, et croyez le ou non je ne parle pas de son physique. Elle est magnifique dans le sens où je n'ai jamais croisé de ma vie quelqu'un d'aussi intègre, d'aussi sensible. Oui, parce qu'elle a beau s'être forgé une carapace de dure à cuire, je sais voir quelqu'un qui a du coeur et qui se soucie des autres. Je le vois tous les jours. Quand je me lève le matin, que je l'embrasse, et qu'elle se force à ouvrir les yeux pour moi. C'est un déchirement à chaque fois, parce qu'il est évident que préfèrerais rester au lit avec elle toute la journée. Je l'ai aussi vu avant de partir, quand elle s'est accrochée avec la voisine. Quelqu'un d'indifférent n'aurait jamais réagit comme ça. Et c'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles je l'aime plus que tout au monde. Je suis peut être fou, je ne sais pas, mais je serais prêt à tout pour m'assurer que même dans trente ans elle continuera à me sourire comme elle le fait aujourd'hui. Ce trait sur son visage qui est synonyme de bonheur me réchauffe le coeur à chaque fois. " Il sera forcément un mélange de nous deux. Parce qu'il n'y a pas un seul détail que je ne regarderais pas avec toi. Je ne veux pas être ce genre de gars qui est passif et désinteressé. La plupart des mecs se forcent presque à dire que leur mariage était le plus beau jour de leur vie. Mais moi je ne me forcerais pas. Ca fait longtemps que je sais que tu es la femme de ma vie et je ne sais pas comment te l'expliquer mais.. " Je souris et la regarde avec ces petits yeux amoureux au possible. Je prend sa main et la pause sur mon coeur. " Si demain je ne t'ai plus.. Je ne crois pas qu'il arrivera à battre bien longtemps.". Je baisse les yeux, observant nos deux mains. La différence de taille est assez énorme, ce qui est logique. Mais en même temps, on dirait qu'elles avaient été modelées au fil du temps de manière à ce qu'elles forment un joli couple.

Le jour où je l'ai vu pour la première fois, j'étais entourés d'amis. J'étais plutôt aguicheur, et j'avais passé la première moitié de la soirée à draguer les quelques célibataires qui étaient venues se détendre au hip hop Dance. Puis, elle est arrivée, et m'a tendu une bière. Je ne l'ai pas quitté des yeux, et le temps semblait presque s'être arrêté. Jusqu'à ce que l'un de mes potes frappe mon épaule pour me faire émerger. Ils avaient tous ce sourire taquin aux lèvres, mais je n'y prêtais pas attention, pour une fois. A la place, j'avais souris à Sharly, et avait sorti une blague idiote comme je le fais toujours aujourd'hui. Ca avait marché, et on avait plus ou moins flirté ensemble l'espace d'une soirée. J'en ai bavé pendant une bonne année, ça je ne le cache pas. Au bout de quelques mois, alors que notre relation était officielle, elle continuait de mettre des barrières entre nous. Je me rappelle être rentré chez moi certains soirs, et avoir balancé contre le mur tout ce que j'avais sous la main, parce que je n'arrivais pas à l'oublier et à la faire disparaître de mon esprit. J'étais effrayé parce que j'avais peur que jamais elle ne s'abandonne dans mes bras. Mais chaque minute passée à ses côtés me redonnais soudain espoir, parce que je savais qu'elle tenait à moi. Qu'elle me le dise ou non. Chaque étape de ce long voyage avait valu le coup, parce qu'aujourd'hui j'étais quelqu'un de comblé. « Et je dois dire que j’en suis contente. Car sans toi, je n’aurais jamais eu confiance en l’amour et je serais passé à côté d’une histoire d’amour unique. Tu es un quelque sorte pour mon sauveur, mon Batman. ». Une couleur légèrement rosée se profila sur mes joues. J'aime les compliments, mais je ne suis pas sûr de les mériter. Je caresse sa joue fébrilement, rapproche nos visage et frotte doucement mon nez contre le sien. "Batman hein? Tu sais à quel point j'adore les super-héros! Le seul problème avec celui-là c'est qu'émotionellement parlant ce n'est pas le plus stable. Je veux dire, Robin mis à part! Alors, qu'est-ce que tu dirais de Spiderman à la place hein? Tu ferais une Mary Jane parfaite. En plus merveilleuse de surcroît! ". Moi fan de comics? Carrément. Elle avait tappé juste avec Batman d'ailleurs, c'est mon préféré. J'aimerai vraiment pouvoir être aussi fort que lui et mettre une raclée à tous ceux qui le méritent. Mais d'un autre côté, j'estime avoir une vie déjà assez compliquée comme ça. Alors que je ne suis qu'avocat, je m'énerve déjà parfois parce que je ne peux pas être à ses côtés. Alors justicier masqué? Très peu pour moi si cela signifie sacrifier Sharly.

« Ça n’arrivera jamais et puis, je veux avoir des enfants de toi donc je ne ferais rien dans ce sens. ». J'hausse un sourcil, et essaye d'imaginer à quoi pourraient resembler nos progénitures. Avec deux têtus comme parents, j'ai le pressentiment qu'on risque d'avoir un sacré boulot en tant que parent. Mais ça ne me fait même pas peur, ça m'amuse et ça me rend même impatient. Je l'embrasse puis ris. " Imagine un petit peu: Notre fille qui sera aussi têtue qu'une mule, qui bien sûr nous ramenera un bataillon de garçons à la maison et qui usera des mêmes charmes que sa mère pour me déstabiliser. Et de l'autre côté, notre fils, qui jouera les gros durs, aura l'impression que je suis constamment ligué contre lui parce que je n'hésiterais pas à sévir quand il le faut, et qui fera rager sa soeur. Oh oui, on ne va pas s'ennuyer toi et moi. " J'aime ces perspectives d'avenir, par contre ce que j'aime moins c'est quand ces dernières peuvent s'avérer inquiétantes. Ce qui était le cas quand je voyais le danger qu'il pouvait y avoir pour elle face à toutes ces brutes ivrognes. Mais elle aime son boulot, et ça je le lui retirerais jamais. Elle fait tellement d'efforts pour moi que ça serait terriblement égoïste. Et d'ailleurs, je pense que même moi je n'aimerais pas la voir arrêter ça. Elle ne serait plus la même. On ne trouve pas toujours un boulot et une ambiance professionnelle qui nous convienne. Quand c'est le cas, il ne faut pas lâcher cette opportunité. Ca me ferait de la peine qu'elle soit contrainte de trouver autre chose et de la voir traîner du pied pour se rendre à son boulot. " Oh mais c'est évident que dans ce cas là je paierai quelqu'un.. Je donnerai un rein pour m'assurer que tu vas bien. " . Elle éclate de rire, et le rire étant fortement contagieux, je fais de même. Il faut dire que mon idée était un peu saugrenue. J'ai regardé un petit peu trop de films d'horeur, ça déteint sur mes blagues apparament. « Je crois pas que je survivrais pendant tout un vol, je perdrais beaucoup trop de sang. Et puis, tu me vois avec deux horribles cicatrices sur les jambes. Je ressemblerais à une poupée. ». C'est sûr qu'elle ne serait pas bien fraîche en ressortant de la valise. A mon avis ça serait même horrible. Je n'arrive même pas à l'imaginer puisque pour moi elle aura toujours ces jambes parfaites, ce corps de rêve. Je me retrouve obligé de grimacer et d'admettre qu'elle a raison. Je ne réponds pas, trop occupé à sortir en essayant de me retenir d'éclater de rire devant tous les clients. L'un de mes bras l'entourait, et c'est donc avec l'autre que je saisis la bière bien fraîche et que je porte à nouveau la boisson à mes lèvres. Elles ne valent pas les bières allemandes bien sûr, mais elles sont sacrément rafraîchissantes. Je repose mon verre qui a diminué de moitié, et fronçe légèrement les sourcils. « Je me sens quand même coupable. Tu vas t’ennuyer quand ma pause va être finie. Pour que ça ne soit pas le cas, je vais essayer de servir rapidement les clients comme ça je pourrais m’arrêter à chaque fois un peu à ta table. ». Je lève les yeux en l'air puis la regarde avec cet air qui veut dire "T'es pas croyable, tu le sais ça?" . Je saisis son menton, et affiche mon petit air sévère -qui je le sais ne fonctionne jamais, là n'est pas la question- et la regarde droit dans les yeux. "Hors de question. Si tu as fais des heures de plus ces dernières semaines, tu dois déjà être assez fatiguée comme ça. Alors je refuse que tu te précipites et que tu prennes le risque de faire des erreurs. Je t'aime, tu es la meilleure, et tu vas servir tes clients comme tu le fais d'habitude: sans te préoccuper des crétins qui te mattent, moi compris. " Je lui fais un clin d'oeil puis l'embrasse dans le cou. "Et d'ailleurs tu vas devoir commencer maintenant. Les quinze minutes sont largement passées. Je ne te lâche pas du regard. Et si je te vois ramener tes belles fesses près de moi, je n'hésiterai pas à te renvoyer travailler. Parce que c'est comme ça que ça passera le plus vite, et c'est comme ça aussi que tu ne perdras pas ta place."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Lun 23 Mai - 0:39



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

La fin des temps était le mot qui était sortit tout seul. J’aurais pû dire jusqu’à la mort seulement j’aimais cette idée de jusqu’à la fin des temps. Comme si après la mort, nous serions réunis dans un monde magnifique que certains nomment le paradis. Moi, je ne crois pas en toutes ses choses religieuses. C’est beaucoup trop abstrait et manipulateur. S’il y avait quelqu’un la haut, la misère de serait pas de notre monde. La violence et les guerres encore moins. « Il sera forcément un mélange de nous deux. Parce qu'il n'y a pas un seul détail que je ne regarderais pas avec toi. Je ne veux pas être ce genre de gars qui est passif et désintéressé. La plupart des mecs se forcent presque à dire que leur mariage était le plus beau jour de leur vie. Mais moi je ne me forcerais pas. Ca fait longtemps que je sais que tu es la femme de ma vie et je ne sais pas comment te l'expliquer mais.. » Un mariage est un mélange de deux personnes quand il est bien fait. Mais dans certains, l’homme ne se soucie de rien et voit son mariage comme un truc débile de bonnes femmes. Il se marie seulement pour faire plaisir à sa femme et rien d’autres. J’ai déjà vu assez de mariages partir en fumée alors me marier en sachant que c’est une obligation pour lui, je ne pourrais pas. Heureusement que ce n’est pas le cas et qu’Oakley et qu’il veut s’investir à cent pour cent. « Si demain je ne t'ai plus.. Je ne crois pas qu'il arrivera à battre bien longtemps. » Ma main sur son cœur, je peux sentir les battements réguliers de son cœur. Je ne voulais pas qu’il cesse de battre, j’aimais trop entendre les battements surtout quand il battait la chamade. Alors je n’allais rien faire contre lui. Je voulais les entendre encore et encore. Jusqu’à que je rends mon dernier soupire sur cette terre. « J’aime trop entendre les battements de ton cœur pour te quitter. Et puis pourquoi je partirais, je n’ai aucune raison. Tout est fabuleux avec toi. » Je prends à mon tour sa main et la pose sur mon cœur. Je garde la mienne sur la sienne. J’aime sentir la chaleur qu’elle dégage, cette protection que je peux sentir à travers sa peau.

Ces joues deviennent un peu rosies. Les compliments sont une chose qu’il a dû mal accepter. Dans ce sens, il est comme moi. On se rabaisse en pensant qu’on ne les mérite pas. Cependant, il les mérite amplement. Je ne suis pas du genre à faire des compliments qui sont faux. Tout ce que je dis n’est que vérité. Je déteste le mensonge donc je me vois mal mentir. « Batman hein? Tu sais à quel point j'adore les super-héros! Le seul problème avec celui-là c'est qu'émotionnellement parlant ce n'est pas le plus stable. Je veux dire, Robin mis à part! Alors, qu'est-ce que tu dirais de Spiderman à la place hein? Tu ferais une Mary Jane parfaite. En plus merveilleuse de surcroît! » Les super-héros, tout garçon aime cela. Et ça commence quand ils sont tout petits. Qui ne rêve pas de pouvoir voler, battre un super méchant ou bien sauver une demoiselle en détresse. Les super-héros ont une vie si hors norme, bien qu’elle ne soit pas toujours très joyeuse. Mais elle attire quand même chacun d’eux. Ainsi, ils aiment se déguiser avec leurs habits et imaginer qu’ils sont à leur place. Cependant, il y en a bien un seul qui me rend totalement nerveuse. Spiderman. Je ne suis pas quelqu’un qui a peur facilement. Seulement, j’ai certaines phobies que je ne peux contrôler. Le vide, les clowns et les araignées. Chaque chose vient d’une espèce de traumatisme que j’ai eu pendant mon enfance. Depuis, j’en ai vraiment peur. Si je vois une araignée, je vais me mettre à crier comme une gamine. Je ne vais jamais au cirque de peur cet horrible homme au nez rouge et aux longues chaussures. Alors me dire de remplacer Batman par Spiderman, je ne pourrais pas. Même si les chauves-souris ne sont pas des animaux splendides, je trouve que ça fait plus classe. Imaginer Oakley dans une armure tout de noir m’en donnait des frissons tellement je l’imaginais sexy et fantastique. La prochaine fois qu’on assiste à un bal costumé, je ferais tout pour qu’il soit en Batman. Je verrais ainsi mon rêve se réalisait. « Je déteste les araignées, ces petites bêtes sont si répugnantes. Alors je ne veux pas d’un homme qui doive en prendre l’apparence. Et puis, Mary Jane cri un peu trop mon goût. » Face au danger, je n’étais pas de celle qui criait pour qu’on vienne à leur secours. Dans un premier temps, j’essayais de me débrouiller toute seule. il fallait que ce soit vraiment dans le pétrin pour demander de l’aide à quelqu’un.

Je n’ai vraiment pas peur d’être mère et encore moins à éduquer nos enfants. Et même s’il s’avère que ce sont des enfants difficiles. Je serais toujours là pour eux en leur donnant une éducation normale. Je ne veux être ni stricte, ni laisser tout passer. Je veux pouvoir être au milieu. «Imagine un petit peu: Notre fille qui sera aussi têtue qu'une mule, qui bien sûr nous ramènera un bataillon de garçons à la maison et qui usera des mêmes charmes que sa mère pour me déstabiliser. Et de l'autre côté, notre fils, qui jouera les gros durs, aura l'impression que je suis constamment ligué contre lui parce que je n'hésiterais pas à sévir quand il le faut, et qui fera rager sa sœur. Oh oui, on ne va pas s'ennuyer toi et moi. » Je souriais. Il voulait une fille et un garçon tout comme moi. Je trouve que c’est l’accord parfait. Je n’ai jamais eu de frère, ni de sœur. Pourtant, j’ai eu ce manque constamment dans ma vie. C’est pour cela que je me suis promise de ne jamais faire qu’un seul enfant. A deux, c’est toujours mieux. Une relation frère et sœur, c’est tellement précieux et unique. Chacun protège l’autre. Je voyais dans ma tête la scène qu’Oakley me décrivait. De toute façon, qu’importe comment seront nos enfants, je les aimerais plus que tout quand même. Et ça même si c’est le dernier de la classe ou un tombeur. Les avoir près de moi me suffira. « J’imagine à merveille. On sera une petite famille formidable avec deux adorables enfants qu’on aura envie de montrer à tout le temps. » ça ne me plairait pas du tout, de devoir quitter ce boulot. Mais si ma vie en dépendait ou celle d’Oakley, je le ferais sans réfléchir. Je ne suis plus toute seule. Je dois penser à lui aussi et au mal que ça pourrait lui faire de me retrouver pratiquement morte dans un lit d’hôpital ou totalement traumatiser parce que je me suis fait agresser. Même si je ne préfère pas penser à de telles choses. Ça n’arrivera jamais, c’est ce qui faut se dire. Comme ça, je n’aurais pas à faire un tel choix. «Oh mais c'est évident que dans ce cas là je paierai quelqu'un.. Je donnerai un rein pour m'assurer que tu vas bien. » « Je t’interdis de donner un rein pour moi. Je préférerais encore trouver un emploi que tu fasses une telle chose. » Je ne pourrais pas le voir se faire charcuter juste pour que je garde mon boulot. Ce n’était pas non plus le boulot du siècle. Je pouvais très bien trouver quelque chose d’autres qui me correspondraient. La ville regorge d’endroit et de bars. Je souris en le voyant prendre son air sérieux. Il sait pourtant que ça ne marche jamais mais il le fait quand même. «Hors de question. Si tu as fais des heures de plus ces dernières semaines, tu dois déjà être assez fatiguée comme ça. Alors je refuse que tu te précipites et que tu prennes le risque de faire des erreurs. Je t'aime, tu es la meilleure, et tu vas servir tes clients comme tu le fais d'habitude: sans te préoccuper des crétins qui te matent, moi compris. » Je fais ma petite mine boudeuse. Ça va être dure le voir et ne pas aller lui parler. Ça va être un enfer surtout que l’on ne sait pas vu depuis trois semaines. «Et d'ailleurs tu vas devoir commencer maintenant. Les quinze minutes sont largement passées. Je ne te lâche pas du regard. Et si je te vois ramener tes belles fesses près de moi, je n'hésiterai pas à te renvoyer travailler. Parce que c'est comme ça que ça passera le plus vite, et c'est comme ça aussi que tu ne perdras pas ta place.» Je me tourne vers le bar pour regarder Emily qui m’indique la pendule. Mon temps de pause est bien terminé. Mais je n’arrive pas à me lever pour reprendre le travail. Cependant, je dois dire que quand je tourne la tête, je ne perds pas une seconde. Je me lève illico-presto, remet mon tablier qui a des tâches de sang un peu partout. Le patron vient de faire sa grande entrée. J’aurais dû le savoir, il aime faire des surprises aussi et débarquer d’un seul coup. Il avait pourtant bien dit que ce soir, il ne serait pas là. Et pourtant le voilà. « Tu es horrible, tu sais ça. De toute façon, le grand chef vient de faire son entrée dans son château. Je vais devoir me montrer discrète. Mais ne croit pas une seule seconde que je ne vais pas venir te voir. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Lun 23 Mai - 9:26




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



Personnellement, on ne m'a jamais inculqué de valeurs religieuses quand j'étais enfant. En même temps, cela aurait été compliqué de me faire comprendre tout ça sachant qu'on me battait. Cela aurait été complètement incohérent de la part de ma mère. Et puis je crois qu'elle est complètement athée de toute manière. C'était également mon cas, jusqu'à mon entrée en fac. Les problèmes religieux m'avaient toujours fasciné, et l'un de mes amis en cours était profondément catholique. Je ne sais absolument pas comment il a fait, ni même si c'était le but qu'il recherchait, mais il est en grande partie responsable du fait qu'aujourd'hui je puisse croire en Dieu. Cela se complète dailleurs pas mal avec la justice, puisque les bases de cette dernières sont les mêmes que celles de la religion. Certes, je vois des horreurs chaque jour, mais je vois également des miracles qui m'intriguent. Je ne suis pas suffisamment ancré dans ce domaine pour estimer avoir raison. Disons que c'est plutôt un pressentiment que j'ai. Mais je ne suis pas du tout du genre à proclamer que j'ai raison. Après tout ce n'est qu'une croyance. Du coup, peu importe que Sharly y croit ou pas, on a tous nos points de vue différents, et ce n'est pas pour autant que nous ne sommes pas capables de les accepter et de les aimer. Bien au contraire. Et c'est justement d'amour que nous nous parlons depuis tout à l'heure. Même si tous ces sentiments ont toujours existé, mettre des mots dessus peut être super agréable, surtout après autant de jours de séparation. « J’aime trop entendre les battements de ton cœur pour te quitter. Et puis pourquoi je partirais, je n’ai aucune raison. Tout est fabuleux avec toi. ». Elle saisit sa main à mon tour, et et la pose sur son cœur. Je suis à présent capable de sentir chacun des battements de son cœur, et instantanément un sourire se dessine sur mes lèvres. J'aime cette sensation, d'autant plus qu'elle n'a pas lâché ma main. Je ne sais pas comment décrire mon humeur à cet instant. Être heureux est un concept tellement global, tellement vague. Elle ne partira pas, je la crois sur parole. Mais parfois les choses se compliquent, et on ne peut pas toujours rattraper nos erreurs. J'espère juste que ça ne nous arrivera pas à nous, ça serait trop dommage et dévastateur. " Explique-moi comment tu fais pour me faire craquer à ce point là?! Je crois que je ne comprendrais jamais les crétins qui n'ont pas su te garder.."

Les araignées. L'espace d'un instant, j'avais complètement zappé la phobie de ma jolie fiancée. Pourtant, depuis le temps, j'aurai du tout de suite faire le rapprochement. A chaque fois qu'elle trouve une araignée, heureusement ce n'est pas souvent, j'ai l'impression qu'un meurtrier est entré dans l'appartement. La première fois que je l'avais vu faire, j'étais tellement paniqué par le timbre de sa voix que je m'étais pointé dans la chambre avec une batte de baseball. En voyant que ce n'étais qu'un insecte minuscule qui l'avait terrorisé, j'avais éclaté de rire. Oh bien sûr elle m'avait fait un regard de sérial killer et m'avait frappé l'épaule en me garantissant que ça n'avait rien de drôle. J'avais écrasé la petite bête, sous prétexte qu'elle risquait d'avaler ma fiancée. A l'instar de quasiment tous les garçons, moi les insectes m'avaient toujours amusé. Quand j'étais petit, j'attrapais les araignées et les laissait se balader sur mon bras. Mais depuis que je vis avec Sharly je ne risque pas de faire ce petit manège, elle me massacrerait sur place. D'un autre côté, elle doit être bien contente de voir que je ne les crains pas, sinon qui pourrait les écraser à sa place? « Je déteste les araignées, ces petites bêtes sont si répugnantes. Alors je ne veux pas d’un homme qui doive en prendre l’apparence. Et puis, Mary Jane cri un peu trop mon goût. ». Je souris en l'entendant. Du coup, Spiderman n'était pas envisageable. Ce qui n'était pas bien grave, je suis sûr que je ferais un excellent Bruce Wayne. En plus d'être le super-héros le plus cool de l'histoire, il était un homme riche au passé tragique. Et puis, c'est le seul qui est "humain" dans le sens où il ne vient pas d'une planète bizarre ou n'a pas eu son ADN modifié. Non, son atout à lui c'est tout simplement d'avoir travaillé dur pour se forger un corps d'acier, et d'avoir à sa disposition une technologie de pointe. Si j'avais autant d'argent que lui, peut être que je serais capable d'en faire autant! "Tu marques un point, elle n'est pas le personnage féminin le plus futé de l'histoire des super-héros. Bon, je suis Batman alors. Ma musculature de rêve le prouve bien! ". Un petit mouvement de sourcil et un sourire de frimeur, et hop! Je ressemble parfaitement à ces acteurs qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas. Je ne serais pas du tout contre l'idée de me déguiser en batman lors d'une soirée, au contraire c'est le costume idéal quand on veut passer inaperçu.

Je ne peux pas savoir quel genre de père je serais. Après tout nous avons tous une idée de la personne auquelle on voudrait le plus ressembler dans ce domaine, mais bien souvent on finit par agir autrement. Par exemple, les jeunes adultes ont souvent tendance à dire qu'ils ne laisseraient rien passer, que jamais ils n'achèteraient telle ou telle chose à leur enfant avant un certain âge alors qu'au final ils suivent la masse. Bien sûr, cela ne veut pas dire que tous les parents laissent tout passer, et heureusement. Seulement seule l'expérience peut nous faire voir quelle genre d'attitude on adopte. « J’imagine à merveille. On sera une petite famille formidable avec deux adorables enfants qu’on aura envie de montrer à tout le temps. » Il n'y avait aucun doute là-dessus. Déjà que j'ai hâte de pouvoir dire à tout le monde dans quelques mois que je suis marié à la personne la plus formidable qu'il puisse exister, alors mes enfants ça sera bien pareil! Un mélange de nous deux, une preuve indéniable de l'amour qu'on se porte. Rien que d'y penser ça me donne envie de franchir ce pas là, de découvrir la joie de la vie de famille: les cris autour de la table, les petits bouts de choux qui rigolent et pleurent pour un rien, les dessins animés qui passent sans relâche à la télé, les jouets avec lesquels on aimerait nous-même avoir l'occasion de s'amuser.. Bref, un paradis sur terre. " Deux enfants qui ne manqueront pas d'amour et qui auront l'occasion de voir que le monde n'est pas si moche que ça. J'espère juste que je serais à la hauteur et que j'arriverai à ressembler au père que j'ai toujours rêvé d'avoir." C'était ma seule crainte: celle de ne pas être aimé et admiré par eux. Vu comme je déteste ma mère, ça me fendrait le coeur de voir que mon propre enfant ressent la même chose à mon égard. C'est peu probable, il faudrait vraiment que je sois un crétin fini, mais on ne sait jamais. L'avantage en plus c'est qu'il y'aurait toujours quelqu'un à la maison pour s'occuper d'eux, puisque nos deux boulots se complètent très bien dans ce sens là. Quand l'un arrive, c'est presque l'heure pour l'autre de repartir. Une raison supplémentaire pour que je ne la force pas à quitter son boulot, même dans des circonstances affreuses. Elle me regarde et m'interdit de donner un rein, mais je lui répond rien. Je dispose de la manière que je veux de mes organes après tout! Et si jamais pour une raison X elle en avait besoin, je parle notamment d'une opération chirurgicale, je serai le premier à passer les tests pour savoir si je suis compatible. Je peux vivre avec un rein en moins, mais pas sans elle. Je l'aime trop pour ça. C'est à mon tour de lui faire la morale et de lui interdire de m'approcher pendant son service, même si j'en crève d'envie. Évidemment, elle me fait sa tête de chien battu, et j'essaye de ne pas céder même si ça me donne envie de la serrer dans mes bras. Elle se lève subitement, et je la regarde intrigué me demandant quelle mouche l'avait piqué. Elle répond vite à cette question silencieuse: « Tu es horrible, tu sais ça. De toute façon, le grand chef vient de faire son entrée dans son château. Je vais devoir me montrer discrète. Mais ne croit pas une seule seconde que je ne vais pas venir te voir. » . Je tourne ma tête en direction du fameux patron, et grimace légèrement. Je la pointe du doigt amusé. " Ne t'avises pas de jouer à ça! Allez, ne le contrarie pas. ". Je la pousse légèrement, en prenant de soin de taper gentillement sur ses fesses une fois que son patron a le dos tourné. Je rigole dans ma barbe, et la regarde s'éloigner de moi en soupirant. Elle me manquait déjà.

Une heure venait de passer, et Sharly n'avait pas une minute à elle. Entre les clients qui affluaient et son patron qui gardait un oeil sur elle.. Autant dire que je n'avais pas pu lui adresser la parole. Mes paupières se faisaient lourdes, et j'avais fini par m'endormir, la tête posée sur mes bras au dessus de la table. Je serais resté certainement comme ça jusqu'à ce qu'elle ait fini son service, si une personne n'avait pas jugé bon de me réveiller. Les yeux plissés, un épis dans les cheveux, j'avais relevé la tête avec une petite mine endormie. Une jeune femme s'était installée en face de moi, et après avoir râclé ma gorge et frotté mes yeux je brisais le silence. "Hum.. Je suis désolé mais je ne suis pas intéressé". Oui, à cette heure-là j'étais persuadé qu'elle était venue pour me draguer. Mais apparemment non. "Je ne suis pas là pour ça. Je vous ai reconnu, j'ai vu votre tête dans le journal. Cette dernière affaire était difficile, et vous avez quand même réussi à défendre votre client noblement. J'aimerai que vous en fassiez autant pour moi." J'hausse un sourcil, et me mordille la lèvre avant de répliquer. "Je suis désolé, je ne prends jamais une affaire sur un coup de tête. Et puis j'ai déjà pas mal de boulot..". Elle sourit, elle s'y attendait sûrement. Elle sort de son sac à main un chéquier, et le pose entre elle et moi. "Je suis capable de remplir ça sur le champ avec beaucoup de zéros si vous voyez ce que je veux dire. Je ne suis pas sûre que vos autres clients soient aussi généreux.". Je la regarde intrigué, et passe une main dans mes cheveux. Sharly s'occupe encore de clients, et elle n'a pas l'air de terminer tout de suite. Je retourne mon attention sur la femme en question. Ce n'est pas tant l'argent qui m'intéresse, même si je ne vais pas cracher dessus, mais c'est surtout la curiosité qui m'anime."Très bien, expliquez-moi tout.". Je lui emprunte une feuille et un stylo, et marque rapidement la plupart des éléments qu'elle me donne. Une affaire de divorce, en soit c'était assez banal. Seulement voilà, elle était l'héritière d'une riche famille, et c'est elle qui apparemment avait trompé son époux. Seulement il n'était pas blanc comme neige, et il était clair que sa principale motivation dans cette séparation c'était le fric. Il devait de l'argent à pas mal de fournisseurs, et tentait de faire payer la jeune femme à sa place par des moyens odieux. Après une bonne demie-heure à évoquer tous les faits, je lui donne ma carte et lui propose de prendre rendez-vous dans la semaine pour qu'on puisse s'occuper de ça. Elle remplit un chèque devant mes yeux étonnés.Je lui sers la main, et c'est tout sourire qu'elle repart, tandis que moi je m'affale à nouveau sur la table, regardant le montant affiché sur le papier. C'était vraiment bien payé pour une séance de blabla de trente minutes mais je n'allais pas me plaindre! Je glisse le chèque dans la poche interne de ma veste, et essaye de ne pas sombrer à nouveau dans le sommeil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Lun 23 Mai - 10:51



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

Des petits gestes anodins peuvent tout changer. Embrasser son front. Prendre sa main. Le serrer dans mes bras. Ce n’est rien et pourtant, j’aime le faire et j’aime les recevoir. Parce que tout ça à une grande importance. Quand ses petits gestes ne font plus partit du quotidien, c’est que les choses clochent. Il faut alors se poser des questions. Nous, ces petits gestes étaient constamment présents. Je ne peux m’empêcher de les faire et lui aussi. Je suis une personne assez tactile. J’aime le savoir près de moi et pour cela, je dois le toucher. Les gestes ont plus d’importance que les mots à mon goût. Certains pensent le contraire et je ne les blâme pas. Chacun à sa façon de voir les choses. Mais moi, je suis ainsi. «Explique-moi comment tu fais pour me faire craquer à ce point là?! Je crois que je ne comprendrais jamais les crétins qui n'ont pas su te garder..» Les crétins qui n’ont pas su me garder. Le bon mot était utilisé. C’était des crétins dans tous les sens du terme. Ils avaient une image de moi tellement négative et sur faite. Il ne voyait que la Sharly qui apparaissait devant leurs yeux et aucunement la Sharly que j’étais vraiment intérieurement. J’étais un trophée de plus dans leur belle collection. Je n’aime pas me considérer comme un trophée. Mais pour eux, je n’aurais pas aimé être plus. Ils avaient tous les défauts imaginables. Je sais, c’est un peu impossible. Mais lorsque j’étais avec eux, je ne voyais que leurs défauts. Jamais je leurs trouvais une qualité. Ils devaient bien avoir des qualités mais mon esprit refusait fermement de les voir. Ce qui n’a vraiment pas été le cas avec Oakley. Il m’avait apparu tout de suite comme quelqu’un d’unique. Il ne ressemblait pas aux autres et je le voyais dans son regard. Il faut dire que je ne me suis pas trompé et que je suis bien contente d’avoir largué tous ses crétins. « Je n’en ai aucune idée. Il n’y a rien à comprendre d’eux, ce n’était pas des personnes très intéressantes. Je me demande parfois pourquoi ils sont passés dans ma vie. » Passer en coup de vent. Ils rentraient pour sortir immédiatement. Par contre, je n’avais aucune idée du comment du pourquoi j’arrivais à faire craquer Oakley. Peut-être que c’est le fait que je reste naturelle et que je ne joue à aucun jeu. Je laisse mon cœur prendre les commandes, pas totalement mais presque entièrement. Un jour, ça saura totalement mon cœur qui sera aux commandes.

«Tu marques un point, elle n'est pas le personnage féminin le plus futé de l'histoire des super-héros. Bon, je suis Batman alors. Ma musculature de rêve le prouve bien!» de toute façon, les personnages féminins dans l’histoire des super-héros étaient le plus souvent des femmes naïves et toujours en détresse. Il y avait tout de même certaines qui étaient à part. Catwoman. Wonderwoman. Le problème, c’est que je me suis jamais sentit proche de ce genre d’héroïne. Elles étaient pour moi beaucoup dans l’exagération. Et puis, leurs vêtements. On ne peut pas dire qu’elles se cachaient la peau. Des aimants à hommes. Je souris face à la fin de sa réplique. Il faisait exprès de se venter. Cependant, moi j’adore sa musculature. J’aime en faire le contour avec mes doigts ou bien poser ma tête sur son torse musclé. Au moins, je sais que je ne crains rien avec lui. Parce qu’avoir un homme sec comme une allumette, je trouve ça un peu choquant. Un homme doit pouvoir protéger une femme. Et s’il n’a rien pas de force, il ne vaut rien. C’est la femme qui va devoir protéger l’homme. Ça serait comique à voir. « Il te manque plus que le costume et tu serais parfait. Ta musculature de rêve, je l’aime à la folie.» Je me blottis un peu dans ses bras étant donné que je ne peux pas faire grand-chose d’autre. Jusqu’à maintenant, nous n’avions jamais parlé d’enfants. On n’avait jamais mis le sujet sur la table. Je trouve que c’est une bonne chose de connaître l’opinion de l’autre et de voir comment il voit les choses. Personne ne voit les choses de la même façon donc c’est cent fois mieux de les partager. Ainsi, on ne peut pas dire qu’on n’était pas prévenu. « Deux enfants qui ne manqueront pas d'amour et qui auront l'occasion de voir que le monde n'est pas si moche que ça. J'espère juste que je serais à la hauteur et que j'arriverai à ressembler au père que j'ai toujours rêvé d'avoir. » Si j’apprenais que j’étais enceinte demain. Je crois que ne me poserait aucune question. Je crois que je n’aurais plus peur de rien et que je serais totalement épanouie. Plus aucune peur ne pourrait venir contrarier ma vie. « Tu seras à la hauteur, ça j’en suis plus que sûre. Tu vas être le meilleur papa et tes enfants seront fiers de le crier sur tous les toits. Les autres seront complètement jaloux. » Avoir une enfance dure et spéciale, vous donne un poids plus important sur les épaules. On ne veut pas ressemble à ses parents et cette peur, nous tient. Cependant, je pense qu’on est assez fort pour ne pas faire les mêmes erreurs. Quand on a détesté quelque chose, on ne veut voir personne le subir. Et avec nos enfants, ça sera la même chose. «Ne t'avises pas de jouer à ça! Allez, ne le contrarie pas. » Je me tourne quand je sens sa main taper gentiment taper sur mes fesses. Mon patron ne me fait aucunement peur. Et puis, il n’a s’occuper de quelqu’un d’autre au lieu de toujours me surveiller. Parfois, j’ai l’impression d’être une débutant qu’il a pris en essayer. Quatre ans à son service, il devrait plus être clément avec moi. Je suis tout de même l’une de celles qui a le plus d’années. « Je joue à ce que je veux. Et puis, j’aime tellement le contrarier. » Je lui tire la langue comme une enfant pour ensuite répartir vers le bar.

Adosser au bar, je m’étais arrêter quelques secondes pour reprendre des forces. Je regardais la table d’Oakley. Il s’était endormi la tête dans ses bras. Ça me fit sourire. Mais en même temps, je ne pouvais m’empêcher de me sentir coupable. Il voulait m’attendre et ça malgré sa fatigue. Même dans cette position, il ressemblait à un ange. Je me demande bien comment il fait pour s’endormir de la sorte et encore plus avec le vacarme qu’il y a dans la pièce. Les gens crient de tous les côtés. Cela fait un boucan pas possible. Au début, j’avais eu du mal à me faire à tout ce bruit. Plusieurs fois, j’ai cru que j’allais leur crier dessus pour qu’ils se taisent. Mais à force, on en prend l’habitude et c’est comme une musique d’ambiance. « PRINCETON ! Tu crois les tables vont être servit toute seule. bouges-toi un peu » Je devais surement être dans mes pensées. Mais je peux dire que sa voix m’avait fait sortit de ça. Elle avait raisonné dans mes oreilles avec une telle force. Il aurait pu dire les choses plus gentiment. Je n’étais pas son esclave. « C’est bon. » Il avait l’habitude de me faire ronchonner comme ça. Il sait pertinament que je déteste la façon dont il me parle. Il pourrait se montrer un chouilla plus gentil. ça serait vraiment agréable qu’il le fasse au moins une soirée. Je pouvais toujours courir pour qu’il le fasse. Cependant, il faut bien rêver un peu. « Ce soir, ce n’est pas le moment de jouer les rebelles. J’ai eu vent de tes exploits. Tu as de la chance que je ne prenne pas de sanctions. » elles avaient osé tout lui raconter. Les verres cassés. Les gestes tendres avec mon fiancé. le temps que j’avais passé avec lui. Je regardais la pendule. Elles avaient fini leur service depuis une bonne dizaine de minutes. Dommage, j’allais devoir attendre demain pour me venger de leur médiocrité et de leur langue de vipère. Elles ne sauront pas déçu quand je leur dirais que je connais leurs petits secrets. Elles vont bien sentir leur faiblesse et je pourrais les faire chanter facilement. Ce n’est pas dans mes habitudes, mais je trouve ça plutôt cool pour que une fois. J’attrape mon plateau et part en lui faisant la tête. « Et on souris. » Il me montra un grand sourire qu’il agrémenta d’un mouvement de doigts. Il avait tout pour me permettre hors de moi. Je servais les commandes que j’avais en cours. J’essayais d’avoir un œil sur Oakley. Au moment où je me retournais vers lui, il était entrain de discuter avec une demoiselle. Je ne perdais pas une miette de la scène. Je n’entendais pas les paroles mais je vus bien la demoiselle faire un chèque. Qui était-elle ? Ma curiosité avait pris le dessus. Je ne pouvais rester sans réponse. Je retourne au bar pour attraper une bière. Je me dirige vers la table d’Oakley et la pose dessus. « C’était qui ? » Je ne montrais pas du tout jalousie bien que je l’étais un peu. Je voulais savoir ce qu’elle voulait à Oakley et pourquoi elle lui avait fait un chèque.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mar 24 Mai - 5:01




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



Je ne saurais expliquer pourquoi Sharly m'avait intrigué dès la première minute où j'avais croisé son regard. Après tout, elle était belle comme personne, elle avait un sourire à faire tomber, et elle n'avait pas hésité à répondre à mes avances. J'aurai du, comme avec toutes les autres, ne même pas chercher à creuser derrière ce masque. Il y'a certainement quelques filles avec qui j'ai eu une relation qui devaient être intéressantes, mais je n'avais jamais éprouvé le besoin de les connaître à ce point là. J'étais persuadé dans mon for intérieur qu'elles étaient creuses, et je ne me voyais pas les concevoir autrement. Sharly quant à elle, en faisant battre mon coeur à un rythme infernal, m'avait fait une toute autre impression.Je ne désirais qu'une chose à l'époque: qu'elle me donne l'opportunité de voir ce qu'il y'avait au-delà de ces beaux yeux marrons-noirs. Parce qu'elle aussi aurait pu s'arrêter sur l'image du gars que je renvoyais. Elle aurait pu penser que toutes ces belles paroles n'étaient qu'un charabia de juriste, et qu'au fond je ne valais pas mieux qu'un autre. « Je n’en ai aucune idée. Il n’y a rien à comprendre d’eux, ce n’était pas des personnes très intéressantes. Je me demande parfois pourquoi ils sont passés dans ma vie. ». On fait tous des erreurs, moi en premier. C'est évident qu'une fois qu'on a trouvé la bonne personne, on se demande ce qu'on avait bien pu faire avant. On se trouve stupide dans certains de nos choix, et on se dit qu'on aurait mieux fait d'attendre de l'avoir trouvé, de manière à éviter les déceptions ou les gens qui ne valaient pas la peine d'être connu. Mais d'un autre côté, c'est en faisant ce genre d'expérience qu'on se rend compte à quel point la personne qu'on aime est merveilleuse. On prend réellement conscience de l'écart géant qui la sépare des autres. C'est l'une des raisons pour laquelle je ne comprend pas ceux qui n'ont pas sut la voir à travers les apparances. " En fait, ce sont des crétins chanceux malgré tout! Ils ont beau ne pas le savoir, ils ont eu une fille merveilleuse dans leurs bras ! Sauf que maintenant je ne laisserai plus aucun idiot connaître cette opportunité. "

« Il te manque plus que le costume et tu serais parfait. Ta musculature de rêve, je l’aime à la folie.». Je souris, touché par ce compliment. J'ai toujours été très sportif, c'était une réelle passion quand j'étais au lycée. Je me donnais à deux cent pourcents, alors forcément à force de faire des exercices je me suis forgé un corps dénué d'imperfections. Mes études supérieures ne m'ont jamais empêcher d'aller me dépenser ou de continuer de fréquenter les salles de musculation. Alors que la plupart de mes collègues avocats se sont complètement laissé aller, moi j'essaye de faire un maximum de chose à côté quand même. Il m'arrive de me lever plus tôt le matin pour aller courir, de soulever quelques altères en soirée.. J'ai aussi la chance de ne pas grossir facilement! Peut être qu' c'est du au stress de mon boulot, je n'en sais rien, mais le fait est que j'ai beau manger n'importe quoi le midi, je ne prends pas un gramme. " Rassure-moi: tu m'aimeras encore quand je serais vieux et que je n'aurais plus un corps bien dessiné?" Je me met à rire puis ajoute : " Pour ce qui est du costume, on peut arranger ça le jour où on sera invité à une soirée spéciale. Sauf si ton fantasme ne peut attendre..! ". Quant à moi, je ne savais absolument pas dans quel genre de costume j'aurai aimé la voir. Les idées clichées comme l'infirmière, la secrétaire, ou bien Tomb Raider pouvait me venir à l'esprit, mais je crois que ce qui m'intéresserait le plus, c'est de la voir habillée dans un costume d'époque. Dix-neuvième ou dix-huitième siècle. Un costume de grande Dame bien sûr, pas celui des pauvres paysannes. Par contre, c'est vrai que je ne suis pas très fan des déguisements des super-héroïnes en règle générale. Catwoman avait un corps de rêve ^parfaitement mis en valeur, mais son personnage est tellement sombre et aguicheur que ça lui donne un côté vulgaire qui ne me plaît pas tant que ça. Une fille simple et souriante m'a toujours donné plus de frissons que ces poupées barbies qui ne savait rien faire d'autre que de déhancher leur corps. En plus, la plupart du temps, contrairement aux croyances populaires, ce ne sont pas celles qui sont le plus douées au lit.. « Tu seras à la hauteur, ça j’en suis plus que sûre. Tu vas être le meilleur papa et tes enfants seront fiers de le crier sur tous les toits. Les autres seront complètement jaloux. ». J'aime parler d'enfants avec elle. Ca rend les choses encore plus concrètes qu'elles ne le sont déjà. Seuls les couples stables et sûrs d'eux en parlent aussi ouvertement et envisage cet avenir comme quelque chose de quasiment acquis. Je ne suis pas sûr de pouvoir être aussi merveilleux que ça, mais ça me touche qu'elle en soit persuadée. " Ils seront encore plus fiers de leur maman. C'est marrant.. On avait encore jamais abordé le sujet. Pourtant, j'adore l'idée que tu sois la mère de mes enfants. J'étais persuadé à un moment de ma vie que les enfants ne feraient pas partie de mon existence parce que je me voyais mal mettre enceinte une fille. Elles me paraissaient toutes quelconques, et je ne voulais pas regarder mes enfants en ayant une telle pensée de leur mère en tête. Avec toi c'est différent. J'aime penser qu'ils te ressembleront, et que je tomberais amoureux d'eux autant que je le suis de toi. ". C'est comme ça que je voyais les choses, le fruit de notre amour ne pouvait être qu'un mélange extraordinaire. Tout comme je voulais participer à chacun des préparatifs de mariage, je voulais être également présent dans chaque étape de la grossesse de ma femme le jour où ça arrivera. Je pense d'ailleurs que dans une situation comme celle-là, je m'arrangerai pour que les derniers mois je sois plus à la maison qu'en temps normal, pour pouvoir passer le plus de temps possible à ses côtés. « Je joue à ce que je veux. Et puis, j’aime tellement le contrarier. ». Elle me tire la langue, et moi j'affiche un air outré pour la taquiner. Je l'adore, elle a un véritable don pour me donner envie de la rapatrier immédiatement et de lui suggérer de sortir d'ici même si elle n'a pas fini son service.

Finalement, je n'ai pas le temps de poser un pied à Phoenix sans que des clients frappent à nouveau à la porte. D'un côté, c'est préférable. Je n'aimerai pas me tourner les pouces dans mon bureau et avoir l'impression de ne servir à rien. En plus, il faut bien payer le loyer, les impôts et tout le reste! J'ai beau être têtu, si j'avais vu que je n'arrivais pas à me faire un nom et que je gagnais une misère, j'aurais cherché à faire autre chose. Même si cela avait nécessité des années d'étude supplémentaire. Certes, ça aurait été un sacré gâchis, mais parfois on a pas le choix. La femme en question me paraissait sympathique, et elle avait été honnête avec moi concernant toutes ses erreurs dans cette histoire. Les divorces sont ma principale source de revenu, il est plus rare qu'on ne le croit pour un avocat d'avoir à traiter une affaire de meurtre. Le chèque qu'elle venait de me remettre me rendait perplexe, je n'avais pas l'impression de le mériter, et ça me foutait une sacré pression sur les épaules puisqu'il allait falloir que je ne lui fasse pas regretter son choix. Sharly me tire de mes pensées en déposant une bière sur ma table. Je la regarde étonné, n'ayant rien commandé, mais prend quand même la boisson. "Merci ma ché.." Elle me coupe en me posant la question fatidique: « C’était qui ? ». Je souris, amusé de comprendre que c'était la curiosité, et peut être une pointe de jalousie qui l'amenait jusqu'à moi. Comme d'habitude, c'est mon envie de l'embêter un peu qui prend le dessus : " Oh? Elle? Une femme qui est venue me remercier pour mes performances prodigieuses dans son lit.." . Je ne peux pas rester sérieux bien longtemps, et finit par me lever en déposant un baiser sur sa joue une fois à la hauteur. " Non, en fait c'était une personne qui avait besoin de mes compétences d'avocat. Elle m'aurait reconnu, et veut que je la défende contre celui qui sera bientôt son ex-mari. Bref, je ne peux pas être tranquille bien longtemps, même quand je suis ici !". Je porte la bière à mes lèvres, puis voit que son patron nous regarde. Je le regarde également quelques secondes, puis recentre mon attention sur ma fiancée. "Ca va, il ne te mène pas la vie dure? Parce que si c'est le cas, tu n'as qu'un mot à dire et je vais lui parler! ". Je regarde ma montre pour voir l'heure qu'il est. Je ne m'étais même pas rendu compte qu'autant de temps était passé depuis mon arrivée ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mar 24 Mai - 9:51



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

Ma dernière phrase était vite dis. Parce que je ne pense jamais à mes exs. Pourquoi je ne penserais à de telles personnes. C’est vrai que j’ai gardé une relation amicale avec certains. Seulement, ils ne font pas vraiment des crétins que j’ai eus dans mon lit. Je ne peux pas traiter un ami de crétin à part pour rire bien sûr. Cependant là, on ne rigolait pas. La terre n’est pas remplit de crétin fort heureusement. Il y a encore des gens bien. Et je suis contente de les avoir dans mon cercle d’amis. « En fait, ce sont des crétins chanceux malgré tout! Ils ont beau ne pas le savoir, ils ont eu une fille merveilleuse dans leurs bras ! Sauf que maintenant je ne laisserai plus aucun idiot connaître cette opportunité.» Il fallait qu’il trouve des mots gentils pour accompagner le tout. En parlant de crétins, je me rabaissais. Je me voyais comme une idiote qui ne savait pas repérer les gens bien ou non. Intérieurement, je savais pertinemment que c’était des crétins. Mais j’en faisais abstraction parce que je voulais me sentir aimer rien que pour quelques secondes. Je sais qu’il n’y avait aucun sentiment. Seulement, ils s’intéressaient à moi et c’est ce qui comptait. Je voulais de la tendresse et de la douceur, et avec eux, je trouvais ces deux choses. La plupart du temps, je ne me sentais pas mieux. Alors je comprenais que rien n’effacerait la douleur et que je resterais comme une pâte à gâteau non cuite. « De toute façon, je ne veux plus de crétins dans ma vie. J’en ai déjà eux assez. Tu es le seul qui me suffit. » Non, ça je n’en voulais plus, plus du tout. J’ai enfin trouvé celui qu’il me faut, je ne vois aucune raison pour aller voir ailleurs. Surtout en sachant tout ce que je raterais en le laissant partir.

« Rassure-moi: tu m'aimeras encore quand je serais vieux et que je n'aurais plus un corps bien dessiné? » J’aime sa musculature de dieu. Mais je l’aime encore plus lui. Et qu’importe ce qui se passe, je l’aimerais quand même. La vie peut nous réserver des milliers de choses et c’est là qu’on voit le véritable amour. Une femme quittant son mari parce qu’il est handicapé ou qu’il a un problème de santé, n’est pas une femme amoureuse. Quand on aime, on aime tout. On peut tout supporter. On peut tout sacrifier. Car rien n’a d’importance que l’autre. Il est le centre de notre monde. « Mais bien sûr que je t’aimerais encore avec toutes tes rides. Tu seras toujours le même avec quelques changements qui sauront encore plus craquants. » J’aime déjà voir les rides qui se forment autours de ces yeux alors en voir d’autres ne me dérange point. Il ne va pas être le seul à vieillir. Moi, je vais devenir une vieille femme tout aussi fripé que lui. Et puis, on ne peut pas rester éternellement jeune. On doit vieillir comme tout le monde. Mais ce n’est pas pour ça que je vais cesser de l’aimer. Il sera toujours mon Oakley et ça pour le reste de ma vie. «Pour ce qui est du costume, on peut arranger ça le jour où on sera invité à une soirée spéciale. Sauf si ton fantasme ne peut attendre..!» Un immense sourire se dessina sur mon visage. Prions pour que cette soirée spéciale arrive le plus rapidement possible. Au moins, je pourrais le voir dans ce magnifique costume. Il avait bien vu le voir en Batman me rendrait totalement gaga et que je pourrais plus me contrôler. C’était tout lui. Je ne dirais pas non à le voir tout de suite dans ce déguisement. Je sais, je suis quelqu’un de pas patiente du tout. Je déteste attendre pour quelque chose. Mais là, je pouvais bien le faire. Ma vie n’en dépendait et celle d’Oakley non plus. « Je peux contrôler mes ardeurs tout de même. Si tu veux, tu pourras choisir le mien. » lui dis-je avec un sourire. J’aimerais bien savoir dans quelles tenues, il aimerait pouvoir me voir. Je n’avais aucune idée en tête. Il y a certains fantasmes qui reviennent souvent chez les hommes : l’infermière, l’écolière, agent de police… des trucs plutôt banals. Mais je n’aurais rien contre d’enfiler une de ses tenues pour faire plaisir à Oakley. «Ils seront encore plus fiers de leur maman. C'est marrant.. On n’avait encore jamais abordé le sujet. Pourtant, j'adore l'idée que tu sois la mère de mes enfants. J'étais persuadé à un moment de ma vie que les enfants ne feraient pas partie de mon existence parce que je me voyais mal mettre enceinte une fille. Elles me paraissaient toutes quelconques, et je ne voulais pas regarder mes enfants en ayant une telle pensée de leur mère en tête. Avec toi c'est différent. J'aime penser qu'ils te ressembleront, et que je tomberais amoureux d'eux autant que je le suis de toi.» C’est vrai qu’on n’avait jamais abordé le sujet. Il fallait bien une première à toute chose. Et on l’avait fait aujourd’hui après avoir passé trois semaines loin l’un de l’autre. Il ne voyait pas d’enfants dans sa vie, je détestais cette idée. Comment avait-il imaginé une telle chose ? Il avait tout pour devenir un père formidable. Mais en même temps ce qu’il disait été tellement romantique et gentleman. Le truc que très peu d’hommes disent. Beaucoup trop mettent en cloque des jeunes femmes pour ensuite j’enfuir en courant. Elever un garçon est une chose que l’on fait un deux. Du moins, je ne supporterais d’être une mère célibataire. Je n’aurais jamais pû avoir un enfant sans le père à mes côtés. « Ça me va droit au cœur ce que tu dis. Ils ne ressembleront pas qu’à moi puisqu’ils seront le mélange de nous deux. » Ils me ressembleront un peu mais ne le sauront pas entièrement. Je veux retrouver tout ce que j’aime en Oakley. L’idéal serait qu’ils prennent les qualités de leurs parents sans en prendre les défauts. Ça va être très dur puisque personne n’est parfait. mais j’aime imaginer une telle chose.

J’aurais pû faire comme si je n’avais rien vu, comme si la femme n’était jamais venu voir mon fiancé. le problème, c’est que je suis curieuse mais je suis encore plus jalouse. La bière n’avait été qu’une manière pour m’arrêter à la table d’Oakley. Il fallait que je joue à la fille discrète maintenant que le grand méchant loup était parmi nous. Il est étonné de me voir lui apporter ça. Il ne va pas mettre très longtemps à comprendre pourquoi je suis à sa table avec une bière. Il allait me remercier, seulement je n’ai pas lassé le faire. Je lui ai tout de suite posé la question qui me brulait les lèvres. Avec son sourire, je compris qu’il avait vu ma jalousie même si j’avais essayé de la cacher. «Oh? Elle? Une femme qui est venue me remercier pour mes performances prodigieuses dans son lit..» Je ne crois pas qu’un sourire s’est dessiné sur mon visage. Cependant, je me suis forcé à faire un petit sourire. Il le faisait exprès, je le savais pertinemment. Cependant, j’avais toujours dû mal à ne pas être jalousie d’une femme qui parlait avec Oakley surtout que celle-ci venait de lui remettre un chèque. « J’espère que ça t’a plu parce que ce soir, je crois que je vais rentrer avec le jeune homme au bar. » Il voulait me rendre encore jalouse. Et bien, il avait réussi. Cette réplique avait une pointe de piquant. Je voulais le rendre aussi jaloux que je l’étais en ce moment. heuresement, il se lève et vient déposer un baiser sur ma joue. Je me sens mieux, bien mieux. «Non, en fait c'était une personne qui avait besoin de mes compétences d'avocat. Elle m'aurait reconnu, et veut que je la défende contre celui qui sera bientôt son ex-mari. Bref, je ne peux pas être tranquille bien longtemps, même quand je suis ici !» les gens cherchaient en plein milieu de la nuit un avocat. Elle devait vraiment avoir de sérieux problèmes avec son ex-mari. Des histoires de divorces, c’était si fréquent à notre époque. J’en avais vécu un de l’intérieur et je dois dire que c’est atroce. Je plains cette pauvre femme, j’espère qu’elle gagnera son procès. J’en suis persuadé parce qu’Oakley sera son avocat. « Non, je vois ça. Et puis tant mieux. Tu vois que tu es un excellent avocat et que tu n’as pas de soucis à te faire. Les gens viennent même te voir dans une boite de nuit dans un quartier malfamé. » Très peu de gens osaient s’aventurer dans le west. Quand on ne connaît pas l’endroit, c’est sûr qu’il faut faire très attention. On ne sait jamais sur quoi on peut tomber. Je sens que le patron est entrain de nous regarder. Je ne me trompe pas puisqu’Oakley semble regarder quelqu’un. « Ca va, il ne te mène pas la vie dure? Parce que si c'est le cas, tu n'as qu'un mot à dire et je vais lui parler! » Une heure, plus qu’une heure. Soixante minutes et j’allais pouvoir n’être qu’avec lui. « Non ça va. Je vais suivre. Plus qu’une heure et mon service est fini. Enfin ! J’attends que ça depuis plusieurs heures. »


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mer 25 Mai - 22:13




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé


Je ne connaissais pas en détails le passé de Sharly concernant ses relations amoureuses. L'épisode Dwayne était en fait le seul qu'elle m'avait vraiment expliqué. Ce qui était normal puisque c'était la seule personne qui à un moment donné avait eu une place dans son coeur. Les autres n'avaient pas eu d'importance, il ne servait donc à rien qu'elle me fasse part de ses nuits passées dans les bras de gars qu'elle ne revoyait plus après la plupart du temps. Tout comme moi je ne lui avait jamais parlé de mes exs. Je n'avais aucune histoire intéressante à lui raconter là-dessus. Bien sûr, certaines avaient tenues plus ou moins longtemps avec moi. Je crois que mon record était de deux mois et demi. Pour une fille qui habite Boston et qui était éperdument amoureuse de moi. Je n'avais pas voulu la blesser, et j'avais de faire les choses avec le plus de douceur possible. Je n'étais pas le bourreau des coeurs insensible, bien au contraire. Mais je me retrouvais toujours dans le même dilemne: sans que je n'y puisse quelque choses, la fille tombait amoureuse de moi, alors que de mon côté je ne ressentais rien de plus que de la sympathie. C'était au final tout aussi frustrant pour moi que pour elles, puisque j'aurai vraiment aimé éprouver des sentiments pour certaines. Il a fallut que je vienne ici pour savoir ce que le mot "amour" signifiait, et comprendre qu'en fait il s'agissait réellement de trouver la bonne personne. « De toute façon, je ne veux plus de crétins dans ma vie. J’en ai déjà eux assez. Tu es le seul qui me suffit. » Un sourire éclaire mon visage. Certains s'habituent trop vite à ce genre de petits mots tendres, et n'y font même plus attention ou ne sont plus touchés. Il faut dire que dans notre société, "je t'aime" est tellement utilisé pour tout et n'importe quoi qu'il est difficile d'en comprendre toute la dimension et de réaliser à quel point c'est touchant. Avec Sharly, je ne veux jamais rien prendre pour acquis. Je veux pouvoir me réjouir des moindres petites choses comme je le fait aujourd'hui jusqu'à ma mort. Je pose mes lèvres sur les siennes en caressant délicatement sa joue. " Je suis un type extrèmement chanceux".

« Mais bien sûr que je t’aimerais encore avec toutes tes rides. Tu seras toujours le même avec quelques changements qui sauront encore plus craquants. ». Comme tout le monde, j'ai du mal à imaginer la tête que j'aurai dans trente ans. Je veux dire, je vois déjà le matin dans la glace les petites rides qui se dessinent à chaque fois que je souris et que je rigole. Elles ne me dérangent absolument pas, et Sharly a l'air de les apprécier. Pour autant j'ai du mal à m'imaginer les cheveux gris, le dos un peu voûté et très certainement avec un peu plus de ventre qu'aujourd'hui. Du coup, je ne suis pas sûr que je serais encore plus craquant! Mais je suppose qu'en vieillissant, nos goûts vieillissent avec nous. Et ce qui pourrait nous choquer aujourd'hui, nous paraîtrait normal demain. Ce qui me plaît dans le fait de prendre de l'âge, c'est que notre vie avance, nos enfants grandissent, et finalement on connaît une seconde vie à travers eux. Un cycle parfait. " Je nous imagine bien nous battre pour choisir le programme télévisé, raconter toujours les mêmes histoires à nos petits enfants et insulter le voisin parce qu'il mettra sa musique de sauvage trop fort! Je suis sûr qu'on sera un vieux couple très marrant à regarder, et qui au final donne envie à tout le monde, parce qu'on aura jamais cessé de s'aimer malgré les années qui défilent.". L'amour est quelque chose d'inconditionnel. Cela nous rend parfois stupides, parce qu'on est incapable de laisser tomber quelqu'un qui pourtant nous fait du mal. Combien de fois par jour entendons-nous l'histoire d'une femme qui se fait battre par son mari et qui essaye malgré tout de le défendre parce qu'elle en est amoureuse? Les sentiments peuvent dans certains cas être dévastateurs, nous ronger de l'intérieur, jusqu'à ce qu'on redescende de notre petit nuage. Si nous n'éprouvions rien, nous ne permettrions à personne de briser notre coeur. Mais en même temps, on perdrait quelque chose de plus précieux encore. Un jour ou l'autre on croise une personne qui défie les statistiques. Celle qui nous aimera réellement, et nous rendra heureux. Les circonstances de la vie, et la stupidité de l'être humain, font que même dans ces conditions là parfois ça ne fonctionne pas. On ne lève pas le bout de notre nez, et on ne se rend pas compte qu'on a déniché la perle rare. Je suis intimement convaincu, moi, de l'avoir trouvé. Et je ne laisserai rien nous séparer. Ni un accident qui la rendrait infirme, ni le retour d'un ex, ni la maladie.. C'est tellement abominable d'abandonner quelqu'un quand il a le plus besoin de vous. « Je peux contrôler mes ardeurs tout de même. Si tu veux, tu pourras choisir le mien. ». Et voilà, comme je m'en doutais, j'allais bien devoir me décider sur un costume pour elle. Je fais semblant de réfléchir, et avec un ton très sérieux je lance: " Oh ben tu pourrais t'habiller en canard. Je suis sûr que le jaune te va très bien.". Puis, j'éclate de rire, ne voyant pas du tout Sharly se ballader dans un costume hideux comme celui-là. Je ne doute pas du fait qu'elle rendrait les canards sexy, mais ça serait vraiment du gâchis de ne pas la mettre en valeur comme ça. Je l'embrasse sur la joue pour qu'elle excuse ma bêtise, puis finalement me mordille la lèvre inférieure. "Honnêtement, je pense que tu pourrais porter n'importe quoi. Mais si je dois vraiment choisir, je vois bien le super-héros des temps modernes secourir une femme tout droit sortie du dix-huit ou dix-neuvième siècle. Une robe magnifique et un sourire comme le tien ne peut que me plaire. ". L'infirmière et tout le reste étaient forcément des fantasmes que je pouvais avoir, mais pas forcément de là à le lui faire porter devant tout le monde. Si un jour elle arrive comme ça à la maison, il est clair que je ne la sortirai pas de là. Jaloux comme je suis, ma journée risquerait en effet de mal se terminer. Elle attirerait les regards de tous les hommes présents, sauf que leur façon de lever les yeux sur elle ne me plairait certainement pas. Ma fiancée n'est pas un morceau de viande. « Ça me va droit au cœur ce que tu dis. Ils ne ressembleront pas qu’à moi puisqu’ils seront le mélange de nous deux. ». Un mélange que j'avais hâte de voir de mes propres yeux. Je sais qu'ils auront forcément de moi, j'espère juste qu'ils ne prendront pas tous mes défauts. J'acquiesce et l'embrasse sur le front.

Elle n'avait pas besoin de me dire quoi que ce soit pour que je comprenne qu'elle était jalouse. C'est fou comme elle me fait craquer dans ce genre de situation. J'adore voir qu'elle tient à moi comme ça, qu'elle a presque envie d'étriper celles qui m'approchent d'un peu trop près. J'en joue un peu je l'avoue. J'aurai pu la rassurer tout de suite, mais à la place j'avais décidé d'enfoncer le couteau dans la plaie et de faire comme si cette femme était plus qu'une cliente. Ca avait marché plus que je ne l'espérais puisque son sourire forcé et crispé révélait son état d'esprit instantanément. « J’espère que ça t’a plu parce que ce soir, je crois que je vais rentrer avec le jeune homme au bar. ». Cette fois, c'est mon sourire qui se fâne. Mes joues se creusent légèrement pendant que mes sourcils se froncent. J'étais pris à mon propre jeu. Je me relève, et regarde en direction du bar. Le pire c'est qu'il y'a effectivement un jeune homme. Je croise les bras, l'observe, et constate que de surcroît il n'est pas laid. J'aurais préféré, parce que le fait qu'elle l'ait évoqué signifiait qu'elle l'avait un peu regardé et qu'elle ne devait pas le trouver moche non plus pour l'utiliser de la sorte. Je plisse légèrement les yeux. " Pfft.. Je croyais que tu ne voulais plus de crétins! Je suis sûr qu'il en tient une couche dans le genre..". Je dépose malgré tout un baiser sur sa joue, de toute manière je l'avais bien cherché. Je lui explique alors ce qui venait de se passer, ça la surprenait autant que moi. Je ne sais pas si cette femme m'avait suivi ou bien tout simplement si elle était là par hasard. Je me demande à quoi ressemble son mari, il faut vraiment être une crapule pour ne pas être capable d'assumer tout seul ses erreurs de gestion financière. D'après ce que j'avais compris, il n'y avait pas d'enfants en jeu, ce qui était déjà un bon point. Voir ses parents divorcer est assez douloureux comme ça pour ne pas rajouter des parents qui se tirent dans les bottent et qui essayent de ramasser le plus de fric possible, quitte à enfoncer l'autre. « Non, je vois ça. Et puis tant mieux. Tu vois que tu es un excellent avocat et que tu n’as pas de soucis à te faire. Les gens viennent même te voir dans une boite de nuit dans un quartier malfamé. ». Elle arrivait à nouveau à me faire comprendre que j'étais loin d'être médiocre dans mon boulot. C'est vrai que cette reconnaissance me faisait du bien, mon égo avait besoin d'être un petit peu dorloté depuis deux jours. Néanmoins Sharly ne peut pas être très objective. Elle m'aime tellement que même si il s'avérait que j'étais réellement mauvais, elle me défendrait quand même. " Je ne sais pas si elle était venue pour ça à la base.. Mais en tout cas ça tombe plutôt bien. Mais j'aimerai que les gens arrêtent de me demander de l'aide quelques instants, que je puisse prendre des vacances!". En effet, je ne pense pas qu'elle m'ai fait ce chèque et se prépare à en faire d'autres pour que j'aille siroter des martinis sur une île privée. Ce qui est fort dommage, puisque je voulais absolument me prendre quelques jours pour emmener Sharly en dehors de Phoenix. A condition que de son côté à elle aussi ça puisse se concrétiser. Parce que quand je vois son patron, j'ai l'impression d'être dans une mauvaise caricature filmographique. Je n'aime pas bien qu'on m'observe comme ça. « Non ça va. Je vais suivre. Plus qu’une heure et mon service est fini. Enfin ! J’attends que ça depuis plusieurs heures. ». Une heure. Plus que quelques minutes à attendre et j'allais enfin me retrouver rien qu'avec elle. Je profite du fait que son patron soit distrait par une cliente pour embrasser ma fiancée. " Je suis désolé, mais j'avais envie de faire ça depuis des heures.. ". J'exagérai un petit peu puisque ça ne faisait pas des heures que je l'attendais, mais cette restriction était si sévère que ça en donnait l'impression. Un client appelle alors la jeune femme, et de nouveau je suis contraint de la voir s'éloigner. Je fais la tête quelques secondes, avant de me réassoir et de boire ma bière tranquillement. Malgré l'heure avancée de la nuit, il y'avait toujours beaucoup de monde. Le problème étant que la plupart étaient arrivés presque en même temps que moi, et maintenant qu'ils étaient bien chauds, ils en devenaient agressifs. Une certaine tension était palpable, et je me doutais qu'il ne valait mieux pas leur dire un mot de travers.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Jeu 26 Mai - 9:02



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

«Je suis un type extrêmement chanceux ». Lui extrêmement chanceux. Ça serait plutôt l’inverse. Certains ne voient pas la chance qu’ils ont d’être avec une personne exceptionnelle. Et bien, moi je le sais plus que quiconque. Je me rends rend encore plus compte ces derniers temps. Quand son absence me fait devenir folle ou bien parce que ça brule le cœur. C’est une fatalité : je ne peux plus me passer de lui. Et je remercie la chance de m’avoir mis sur son chemin ce soir-là au Hip Hop Dance. Je ne cesserais jamais de le dire. Il a été un déclic, un renouveau dans ma vie, dans mon monde. J’ai pu effacer la tristesse de mon visage et ne plus dire : j’ai envie de partir. « C’est moi la fille chanceuse de pouvoir avoir un homme tel que toi dans ma vie. » Je pose mes deux mains sur son visage. Et caresse tout doucement ses joues. Mes yeux sont ancrés dans les siens, je m’y perds. Je rapproche mon visage du sien et l’embrasse délicatement comme il l’avait fait quelques secondes plus tôt. Seulement, je garde mes mains sur ses joues. Je n’ai pas envie de les enlever. C’est vrai que beaucoup ont peur de vieillir, de ne plus être aimer parce qu’ils vont devenir âgés. Seulement, je n’arrive pas à les comprendre. Nous ne pouvons pas rester jeunes toute notre vie. Il y a des étapes dans une vie et chaque étape permet de faire des choses différentes. C’est ça qui est bien. Quand on est enfant, on peut faire toutes les bêtises qu’on veut parce que ça n’a pas d’impacts sur notre vie. Quand on est vieux, on a la joie de voir nos enfants adultes et ne pouvoir tenir dans nos bras nos petits-enfants. Ce n’est pas merveilleux et un cadeau sublime. Voir des générations futures qui feront la fierté de votre famille. Moi, c’est ce que je veux. Je veux « grandir » et pouvoir voir le monde changé que ce soit par rapport à moi et que par rapport aux autres. « Je nous imagine bien nous battre pour choisir le programme télévisé, raconter toujours les mêmes histoires à nos petits enfants et insulter le voisin parce qu'il mettra sa musique de sauvage trop fort! Je suis sûr qu'on sera un vieux couple très marrant à regarder, et qui au final donne envie à tout le monde, parce qu'on aura jamais cessé de s'aimer malgré les années qui défilent. » Je pensais au futur certaines fois. C’était rare parce que le présent était déjà compliqué. Comment je pouvais penser à un futur que mon présent ne me convenait pas vraiment ? Aujourd’hui, je peux y penser. J’imagine certaines choses comme avoir des enfants. Mais je ne vais pas aussi loin qu’Oakley. C’est vrai qu’en vieillissant, on prend pas mal de petites manies qui parfois contrarie le monde entier. Le pire c’est qu’on est pareil. Alors oui, je nous imagine bien comme le décris Oakley. Je ne peux m’empêcher de rire en voyant Oakley essayait de m’arracher la télécommande des mains. Si nous sommes comme ça, ça me dérangera pas parce qu’on sera toujours amoureux et c’est ça qui comptera. « J’arrive parfaitement à me faire une image de tout ça. Et ça me plait parce que je serais toujours près de toi. On aura toujours une âme d’enfants dans notre corps de petits vieux. » Je ne veux en aucun cas perdre ça. Ce n’est pas parce qu’on est vieux qu’on n’a pas le droit de s’amuser. Je ne me gênerais pas pour lui faire des petites farces, rien de bien méchant mais des choses qui nous feront rire.

«Oh ben tu pourrais t'habiller en canard. Je suis sûr que le jaune te va très bien. » il fallait bien qu’il sorte quelque chose dans le genre. Il se met à rire. Je ne peux pas m’empêcher de rire aussi. Son rire est si communicatif, qu’on est véritablement obligé de l’accompagner même si on n’a aucune idée de pourquoi il rit. « Je ferais un adorable canard. » Je ne lui en veux jamais quand il sort des choses comme ça. Et puis, je serais bien capable de me déguiser en canard. Je n’ai pas peur du ridicule. Comme disait grand-mère : le ridicule n’a jamais tué quelqu’un alors lance-toi. Elle avait parfaitement raison. Je dois dire que j’ai toujours suivi son conseil de très près. Je dois dire que je ne suis jamais morte et pourtant, je me suis montré une tonne de fois ridicule. «Honnêtement, je pense que tu pourrais porter n'importe quoi. Mais si je dois vraiment choisir, je vois bien le super-héros des temps modernes secourir une femme tout droit sortie du dix-huit ou dix-neuvième siècle. Une robe magnifique et un sourire comme le tien ne peut que me plaire.» Alors comme ça, il ne me voyait pas dans un déguisement commun. Ça me donnait encore plus de l’aimer car il était unique. Tant d’hommes auraient cité d’autres déguisements alors que lui, il me voyait dans une magnifique robe d’époque. Ça ferait un vrai paradoxe : Batman et une lady. Un couple unique et hors du commun. En faites, ça nous ressemblait. Nous sommes comme pas les autres. On ne ressemble pas à la majorité des couples et même si on le voudrait on n’y arriverait pas. « Tu es prêt à passer une bonne demi-heure à défaire les lacets un à un de ma robe. » ça me dérangerait pas de porter une telle robe, ça serait même une bonne première fois. Je ne pense pas que ça devait rimer avec confort. Et puis, on n’enfile pas ça tout de suite. Alors si Oakley voulait me voir dans cette tenue, il allait devoir m’aider à l’enfiler mais aussi à la retirer.

Il avait voulu me rendre jalouse et bien, il avait remporté le gros lot. Seulement, je voulais lui montrer que je pouvais jouer à ce petit jeu. Je vois son sourire se dégrader face à ma réplique. Je le regarde se lever et regarder le jeune homme. Je savais qu’il y avait un jeune homme parce que je l’avais servi lorsqu’Oakley dormait. J’avais fait exprès de prendre lui et pas un autre. Celui-ci n’était pas d’une laideur. Je savais que ça l’énerverait encore plus. Bien sûr que je l’avais regardé. Je n’allais pas le servir en regardant ailleurs. Ce n’était pas du tout mon style. Je n’aimais pas ce genre d’hommes. Moi, j’aime ce qu’ils ont peur de rien et quand ils en ont dans le pantalon. «Pfft.. Je croyais que tu ne voulais plus de crétins! Je suis sûr qu'il en tient une couche dans le genre..» Je ne voulais en aucun cas qu’on se fasse la tête. Mais j’étais contente de lui avait faire voir ce que ça faisait. Car il ne peut pas dire qu’il n’est pas jaloux aussi. On est tous les deux jaloux et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. « Tu crois vraiment que je pourrais aller avec un mec pareil. Maintenant, tu sais ce que ça fait. C’est pénible, hein ? » Voir des gens l’accostaient comme ça au milieu d’un bar, montrait bien qu’il était bon. Et même si elle n’était pas venue pour ça au départ, elle était tout de même venue lui parler. « Je ne sais pas si elle était venue pour ça à la base.. Mais en tout cas ça tombe plutôt bien. Mais j'aimerai que les gens arrêtent de me demander de l'aide quelques instants, que je puisse prendre des vacances! » on avait parler de vacances. Mais on n’avait pas eu le temps d’en prendre depuis. Moi, j’ai juste à le dire à mon patron et le tour est joué. Il n’osera pas me dire non de toute façon. Je suis une bonne serveuse et des comme moi, ça court pas les rues. Les nouvelles ne sont pas si investit, elles ne pensent qu’à leur salaire. Moi, j’aime mon travail et je le fais la plupart du temps avec le sourire. « C’est comme ça quand on est bon, on est très demandé de partout. Mais s’il le faut, je t’engage pour une affaire de vacances comme ça, tu seras tout à moi. » Mon service prenait bientôt fin. Et j’en étais réjouit. J’avais trouvé cette soirée extrêmement longue. Et cela venait surtout du faite que je voulais rentrer rapidement à la maison pour être en compagnie d’Oakley. Je ne l’avais pas vu venir mais je suis heureuse qu’on puisse enfin s’embrasser un peu. «Je suis désolé, mais j'avais envie de faire ça depuis des heures..» Je retire mes lèvres parce que je dois finir mon service avant de me faire sermonner encore.

La dernière heure est passée à une lenteur d’escargot. Les dernières secondes, je tapotais comme une dingue sur le comptoir du bar. Quand l’horloge arriva pile sur l’heure de la fin de mon service, un immense sourire se dessina sur mon visage. Enfin ! J’étais contente que tout prenne fin. Je défais le nœud de mon tablier et je vais le poser dans le petit casier derrière le bar. Je fais quelques pas lorsque j’entends qu’on m’appelle. « Princeton, où vas-tu comme ça ? » pourquoi il a cette manie de nous appeler par notre nom de famille. On dirait un maitre qui appelle son chien. « Déjà c’est Sharly. J’ai fini mon service donc je pars. » Il me regarde étonnée. Je n’ai pas dit que je restais la nuit complète. Je n’ai jamais fait une telle chose. Ça me bouleverserait bien trop mon organisme. « La salle est encore pleine. Tu ne pars pas maintenant. » Parfois, j’étais gentille et je restais une demi-heure ou une heure de plus pour aider dans un Boum. Mais là, non, je ne voulais pas. Il devrait se passer de moi. Il n’avait qu’à embaucher plus de personnes le soir, ça éviterait un bordel monstre dans les commandes et dans le service. « Vous en avez pas marre de vous en prendre qu’à moi. On dirait que c’est toujours de ma faute. Je ne suis pas un bouc émissaire et je vous signale que j’ai une vie en dehors du Hip Hop Dance. » La colère s’empara de son visage. Il allait me sortir une chose que je ne voulais pas. « Si tu pars maintenant, tu es virée. » Il était vraiment cruel. Il savait que j’aimais travailler ici et que je ne voudrais jamais être renvoyée. Le chantage ne marchait pas souvent chez moi. Seulement, je ne voulais pas être virée. Le Hip Hop Dance, c’était en quelque sorte une partie de ma vie. Je me suis retournée pour voir Oakley. J’avais vraiment besoin de son aide car je ne savais pas quoi faire.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Ven 27 Mai - 9:56




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« C’est moi la fille chanceuse de pouvoir avoir un homme tel que toi dans ma vie. »Elle m'embrasse à la manière des meilleurs acteurs hollywoodiens. Ses mains chaudes sur mes joues me donnent des frissons, et je prolonge avec douceur ce baiser qui me donne l'impression d'être sur un petit nuage. Mes mains se posent sur sa taille, et je rapproche un petit peu plus nos deux corps. Je me rappelle parfaitement de la première fois où je l'avais embrassé. Il y'a des souvenirs qui restent à jamais gravé dans notre mémoire, et j'espère ne jamais oublier un moment comme celui-là. Pour notre premier rendez-vous après notre rencontre, je l'avais emmené dans un petit restaurant de la ville, au bord de la plage. On flirtait clairement ensemble, mais j'avais décidé de faire quelque chose de différent avec elle. Je suis tombé sous son charme avec une facilité tellement déconcertante que j'ai tout de suite comprit que si j'agissais comme avec n'importe quelle fille je m'en mordrais les doigts. Alors voilà, au lieu de l'embrasser directement comme un rustre, je l'avais invité à déjeuner avec moi. Après avoir mangé, on avait marché sur la plage, et perdant mon souffle complètement, j'avais saisis sa main dans la mienne et avait plongé mon regard dans le sien avant de poser mes lèvres contre les siennes. Ce petit arrière goût qu'on éprouve lors d'un premier baiser, cette peur qui nous tiraille les entrailles pour déboucher sur un sentiment de profonde allégresse, je le ressentais encore aujourd'hui. "Je n'ai rien d'extraordinaire. Je suis juste complètement fou amoureux de toi. ". Quand je serais trop vieux pour avoir encore des dizaines de projets en tête, je sais que je pourrais regarder en arrière et être fier de toutes ces belles choses que j'ai pu vivre. On ne sait jamais ce que nous réserve l'avenir. Et si au fond de mon coeur je ne désire qu'une chose c'est être à ses côtés le plus longtemps possible, je suis conscient que notre chemin pourrait être semé d'embûches. Et parce que rien ne peut jamais être consideré comme acquis, je refuse de me retrouver un jour à regretter le temps perdu. C'est pour ça que je veux vivre à fond, ne pas avoir peur de lui répéter une énième fois ce que je ressens pour elle. Qu'elle sache, quoi qu'il arrive, qu'elle est aimée d'un amour sincère et indestructible. Mes yeux se perdent dans les siens comme une bouteille en plein océan. On peut lire tellement de choses quand on regarde une personne dans les yeux. La plupart du temps, on fuit la réalité, on a le regard ailleurs. Mais pas moi, pas aujourd'hui. Ses yeux brillent légèrement, et les miens sont certainement dans le même état. Je finis par sourire et l'embrasser près de son oreille. « J’arrive parfaitement à me faire une image de tout ça. Et ça me plait parce que je serais toujours près de toi. On aura toujours une âme d’enfants dans notre corps de petits vieux. » Tout comme elle, je nous voyait mal être des vieux sans aucune joie de vivre. J'ai toujours trouvé extrèmement triste de voir des personnes aigries et qui ne sont plus à même de profiter de leurs existence. A quoi sert donc de vivre si on est blasé et qu'on attend plus rien de personne? Sharly est la preuve même que le beau temps apparaît après la pluie. Elle ne croyait plus en quoi que ce soit qui se rapprochait de près ou de loin des sentiments. Et aujourd'hui nous étions fiancés, et nous parlions même d'enfants. Des responsabilités qui exigent une réflexion poussée et pourtant j'avais l'impression que nous pouvions foncer tête baissée tellement je crois en notre couple. C'est peut être naïf et complètement ridicule, mais être d'un réalisme borné n'aide pas à avancer. C'est même plutôt un frein à la vie. Quand on se concentre uniquement sur ce qui ne tourne pas rond autour de nous, on trouve de multiples raisons de tout abandonner. Et pourtant, c'est en se battant que surviennent les miracles. Est-ce que c'est en arrêtant de travailler que Pasteur a découvert le vaccin contre la rage? Est-ce que c'est en perdant espoir face aux minimes chances que des sportifs ont de réussir qui les fera se démarquer des autres? Non. Ceux qui réalisent leurs rêves, ou qui du moins n'ont pas de regret à leurs propos, sont ceux qui ont tout fait pour que ça marche et qui se sont battus contre les réalités des statistiques. " De vrais ados de 80 ans. "

« Je ferais un adorable canard. ». Avec elle, je peux être moi-même sans aucune gène. La plupart des filles sont des susceptibles qui aimeraient seulement qu'on les traite comme des princesses. Je ne pense pas être quelqu'un ne témoignant aucune affection, bien au contraire, mais j'aime tout autant faire enrager les filles. Quand j'étais petit, j'étais très doué pour ça. La plupart du temps, je les effrayais avec les moyens du bord: une arraignée, une pièce sombre dans laquelle je les enfermait.. Bref j'étais un vrai emmerdeur, oui on peut le dire. Malgré tout, je n'étais pas détesté. Parce qu'à côté de ça, dès qu'une fille s'était blessée en jouant ou avait des problèmes avec une brute, j'étais le premier à montrer ma petite frimousse pour l'aider. Je n'ai jamais été peureux, ni lâche. " Mais j'en suis persuadé figures toi. Il ne reste plus qu'à prévoir ça, qu'on puisse le prouver!" . Je n'avais qu'une hâte à présent: pouvoir voir ce que donnerait notre couple à un bal masqué. J'aimais beaucoup l'idée de nos deux costumes, et j'avais très envie l'espace d'une soirée d'être un super-héros. Après tout, qui n'a jamais rêvé de lâcher tous ses soucis derrière soi et d'enfiler simplement un masque? En plus, accompagné d'une lady comme celle-là, je risquais de faire de nombreux jaloux. Je ne l'ai jamais vu habillée de la sorte, mais je n'ai aucun mal à l'imaginer, et je suis sûr que ça me rendrait tout fou. Quand on y réfléchit bien, je ne suis pas sûr qu'on garderait nos costumes très longtemps. Entre Sharly et le fantsame Batman, et moi avec la plus belle des femmes de la région dans une tenue mettant son corps en valeur.. « Tu es prêt à passer une bonne demi-heure à défaire les lacets un à un de ma robe. ». Je me mets à rire. C'est vrai que je n'avais pas pensé à tous les détails et qu'un déguisement pareil nécessitait forcément beaucoup de temps et de patience pour arriver à l'enfiler. Mais je ne suis pas sûr qu'avec un costume comme celui du super-justicier je n'en bave pas moi aussi. J'affiche un air sûr de moi et prêt à vaincre toute adversité. "Oh mais oui, je suis prêt à tout. Je ne vois pas pourquoi nos ancêtres auraient pu y arriver et pas moi. " Je lui fais un petit clin d'oeil sans en perdre mon sourire.

Elle avait réussi à retourner la situation à son avantage et à faire ressortir mon côté jaloux. Ce n'était pas bien difficile vous me direz, je prends la mouche très rapidement dans ce genre de cas. J'ai horreur de voir un mec l'observer, mais j'ai encore plus de difficulté à accepter le fait que Sharly puisse jeter un oeil sur eux. Pourtant, je savais qu'elle n'avait regardé le type que pour le servir, mais c'était plus fort que moi. Je dévisageais le type en question comme si j'allais en faire de la chaire à pâté. Je suis un mec un vrai, et dans ma tête c'est très clair: je règle les choses avec mon poing sans hésitation. Bon, là ce n'était pas la peine d'en arriver aux mains vu que le pauvre homme n'avait absolument rien demandé. Je regarde Sharly en haussant un sourcil. « Tu crois vraiment que je pourrais aller avec un mec pareil. Maintenant, tu sais ce que ça fait. C’est pénible, hein ? ». Le pire, c'est que je ne pouvais absolument pas répliquer quoi que ce soit, puisqu'elle avait absolument raison. C'était désagréable. J'affiche une petite mine contrariée puis lui tire la langue en guise de mécontentement. Pas très mâture, mais j'aime la provoquer un petit peu. " Je ne vois absolument pas de quoi tu parles. Je suis tout sauf jaloux. " Mensonge absolument pas crédible ça va de soit. Rien que mon regard furieux contre l'energumène du bar suffisait à me discréditer. Beaucoup de gens voient la jalousie comme un défaut, mais moi j'aime ce trait de personnalité chez ma fiancée. C'est le contraire qui m'inquiéterait. Je détesterais voir Sharly complètement froide face à une femme qui me draguerait. Ca me mettrait en colère de constater qu'elle n'en a absolument rien à cirer et que ça ne l'affecte pas de voir une autre me faire les yeux doux. « C’est comme ça quand on est bon, on est très demandé de partout. Mais s’il le faut, je t’engage pour une affaire de vacances comme ça, tu seras tout à moi. ». Je souris amusé, aimant tout à fait cette idée. Elle n'allait pas avoir besoin de le faire, quand je péterais un cable parce que je n'en pourrais plus de ne pas avoir de temps avec elle, j'imposerais mes vacances en leur demandant à tous de prendre leur mal en patience. "Oh tu ferais ça hein? Ca sera avec plaisir que j'accepterai de travailler pour toi alors!" Je la regarde s'éloigner avce un petit pincement au coeur. Une heure c'est rien comparé à tout le temps que j'ai passé sans la voir. Mais la douleur se fait quand même ressentir du fait que j'ai très envie de n'être qu'avec elle.

Honnêtement, je ne sais pas comment j'ai réussi à patienter pendant une heure. Je ne sais même pas ce que j'ai fais, ce à quoi j'ai pensé. Très certainement à rien vu que je n'arrivais pas à me concentrer sur quoi que ce soit si ce n'est sur les mouvements souples de Sharly quand elle servait les clients. Puis, je la vois d'un coup afficher un grand sourire et partir quitter son tablier. Je n'attends pas une seconde de plus et me lève tout content de pouvoir enfin rentrer chez nous. Mais alors que je m'approche du bar, j'entends son patron. Il semble avoir très envie de me provoquer ce soir. Je fronçe les sourcils et serre les poings en l'entendant parler comme ça à Sharly. J'aime le fait qu'elle soit épanouie dans son boulot, mais j'aimerai qu'elle n'ait pas à subir ce genre de choses. J'entends la conversation de loin, et soupire en grommelant dans ma barbe. Comment ce mec pouvait-il oser lui demander de faire des heures supplémentaires à une heure pareille? En plus il n'a aucune vergogne et n'hésite pas à lui faire un chantage odieux. Ma fiancée se tourne vers moi, et je m'avance avec le regard des mauvais jours. Celui que je faisais généralement quand je me retrouvais au tribunal juste devant l'opposition. En arrivant aux côtés de Sharly, je lui fais un clin d'oeil discret. Je regarde le patron en question dans les yeux. " Je n'ai pas besoin de me présenter il me semble. Alors voilà: vous avez le choix entre laisser partir Mlle Princeton sans faire d'histoire.." Je pose alors un billet de 50 dollars sur la table que j'avance vers lui. " Soit effectivement vous décidez de la virer. Mais sachez que dans ce cas là vous perdrez votre place vous aussi. Licenciement abusif, traitement grossier des employés et non respect des horaires de travail vous connaissez? Sans compter le gars de 19 ans dans le coin qui a de l'alcool entre les mains. Je n'ai absolument pas envie de m'en prendre à vous et je suis sûr que ça ne vous enchanterai pas non plus. Sans compter que vous ne pouvez prendre le risque de perdre votre meilleure serveuse, et de surcroît la plus appréciée par les hommes du coin. Elle a respecté ses horaires, elle est fatiguée et j'aimerai bien la ramener chez nous. Ne faites pas l'idiot." Je ne le lâche pas du regard, à la fois pour l'intimider et lui faire comprendre que je suis des plus sérieux. J'espére qu'il ne jouera pas au plus fin avec moi parce qu'il risque de s'en mordre les doigts un moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Sam 28 Mai - 11:52



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

«Je n'ai rien d'extraordinaire. Je suis juste complètement fou amoureux de toi. » Toujours entrain de se rabaisser. Il n’allait jamais se rendre compte à quel point, il était merveilleux. Je sais, je dis ça alors que moi-même, je ne cesse de dire que je n’ai rien d’extraordinaire et que je suis banale. Seulement, moi c’est vrai alors que lui c’est tout le contraire. Il est l’homme que des milliers de filles auraient aimé avoir. Je suis sûre que je fais des envieuses. Le problème, c’est que je ne suis pas prête à lâcher, non pas du tout. Donc les envieuses, elles ont intérêt à passer leur chemin afin de ne pas avoir mon poing en plein visage. Il est à moi et rien qu’à moi. Mon côté jalouse s’empara souvent de moi et encore plus ces temps-ci. Parfois, j’ai l’impression d’être une bombe à retardement prête à exploser à la moindre erreur d’une fille par rapport à Oakley. Il faudrait peut-être que je calme, cette jalousie et cette impulsivité avant de m’en mordre les doigts. « Et bah, c’est déjà pas mal. Car ça ne doit pas être facile de me supporter tous les jours. » C’est vrai que je ne suis pas la personne la plus parfaite du monde. J’ai une tonne de défauts et certains sont vraiment insupportables. On venait de passer du sujet des enfants à notre futur en tant que petits vieux. Que de conversations, que de conversations. C’est fou comme on peut tout se dire quand on est ensemble. Je n’ai vraiment pas peur de lui dire ce que je pense, comment je nous vois ou bien mes peurs. Parce qu’avec le bonheur, il y a toujours les peurs qui me tiraillent le ventre. Des peurs banales mais aussi des peurs importantes. Parfois, j’en viens à m’imaginer comment je ferais si le perdait. Si d’un seul coup, on me l’enlevait d’une façon brutale et sans que je l’ai demandé. Comment je pourrais vivre sans lui. C’est à tout fait idiot de penser à telles choses et je me demande bien comment ça peut arriver dans ma tête. De toute façon, je sais que quoiqu’il arrive, je serais près de lui. Je le soutiendrais jusqu’au bout même si je dois en souffrir ou avoir le cœur en miettes. Je suis prête à le faire parce que je l’aime bien plus que tout. Je ne voudrais pas que ça nous arrive et je croise les doigts pour ça. Seulement, certaines choses arrivent d’un seul coup. Combien de personnes ont perdu une personne chère à cause d’un foutu accident ou d’un cancer ? La vie ne fait pas de cadeaux. Elle n’est pas aussi gentille. Elle est brutale et cruelle. «De vrais ados de 80 ans.» Finir sa vie en souriant, en rigolant, en faisant des bêtises. C’était la plus belle façon de partir. Je n’ai pas envie de partir en étant une vieille femme aigrie qui ne sourit pas et qui ne fait que crier. Je veux être une grand-mère cool et qui fait le bonheur de ses petits-enfants. Parce que oui, une grand-mère est là pour gâter et consoler ses petits-enfants. Ils auront déjà des parents pour leur donner des punitions, je ne vois pas être une troisième personne qui ferait la même chose.

«Mais j'en suis persuadé figures toi. Il ne reste plus qu'à prévoir ça, qu'on puisse le prouver!» Oh mais j’allais le prouver. Etre déguiser en canard pouvait faire un véritable carnage. Les gens veulent toujours être au top dans une soirée déguisée et ne pense jamais à des costumes basiques. C’est vrai qu’être déguiser en canard n’était pas la meilleure chose. Mais moi, je le ferais avec le sourire. Parce qu’un canard, c’est chou. Pas aussi chou d’un lapin ou d’un chat mais c’est chou quand même. « Ne parle pas trop sinon demain, je vais te le prouver. » C’était bien mon style ça. Je serais capable d’aller dans une boutique de déguisements et de revenir avec un déguisement de canard juste pour lui prouver que je ferais un adorable canard. Il ne faut jamais me le dire deux fois. Je ne marche pas moi, j’y cours. «Oh mais oui, je suis prêt à tout. Je ne vois pas pourquoi nos ancêtres auraient pu y arriver et pas moi. » Nos ancêtres avaient de la patience quand même. Contrairement à moi, c’est sûr qu’il n’y a pas pire. Je suis une impatiente. Je ne pourrais pas attendre une heure pour être habiller surtout si ce n’est pas moi qui le fais. Se faire habiller, comment elle pouvait supporter ça. A cette époque-là, je préférais largement être paysanne que princesse ou duchesse. Au moins la journée, on ne s’ennuyait pas. Il y avait de l’action. « Je suis sûr que tu arriverais à le faire. Quand tu veux quelque chose, tu réussis.» Je lui rendis son petit clin d’œil avec un sourire malicieux.

Je ne suis pas du genre à faire exprès de rendre mon copain jaloux. Mais là, je dois dire que je n’avais pas résisté à l’envie de lui faire ressentir la même chose qu’à moi. Ce genre de chose, ce n’est jamais bien agréable. Oakley n’allait pas s’en prendre à ce pauvre jeune homme. Je l’avais pris lui comme j’aurais pû prendre celui qui se trouvait à la table 5 ou l’autre à 20. Ça avait tout de suite fait tilt en lui. Il était comme moi, il détestait qu’on s’approche de moi. Deux jaloux ensemble. Ce n’est pas rigolo ça ! Seulement, il m’était impossible de le faire enrager intérieurement avec mes conneries. C jeune homme ne m’intéressait pas du tout. Je ne pu m’empêcher de lui répliquer que c’était pénible. Il semblait tout à fait d’accords puisqu’il se mit à me tirer la langue. «Je ne vois absolument pas de quoi tu parles. Je suis tout sauf jaloux.» tout sauf jaloux. Oh mon dieu, je ne pouvais pas m’empêcher de rire. Je fis semblant de m’étouffer. Afin de lui montrer que je ne croyais pas du tout à ses propos. Il détestait quand un autre homme me regardait et il était près à le fracasser. Alors s’il n’appelle pas ça de jalousie, moi je suis la reine d’Angleterre. « Regarde-toi ! Tu fais le regard qui tue tout à ce pauvre homme alors qu’il n’y est pour rien. La preuve s’affiche devant mes yeux. » C’était plus fort que moi, il fallait que je lui sorte. Mais je fus d’un ton tout à fait ironique et innocent. Je ne voulais en aucun le vexer. Seulement répliquer à sa phrase. Je l’embrasse sur le bout du nez en essayant d’être plus discrète possible. Puis je me recule tout de suite. C’est bon personne n’a vu. «Oh tu ferais ça hein? Ca sera avec plaisir que j'accepterai de travailler pour toi alors! » Alors ça que oui, j’étais prête à le faire. Quand je veux quelque chose, je fais tout pour l’avoir. Inventer un petit mensonge rien que pour l’avoir pour moi, c’était encore plus facile. Je serais ravie d’être son excuse. Mais si je fais ça, je me montrerais vraiment stricte. Je ne le voudrais qu’à moi. Personne ne pourra le prendre et me l’enlever plus tôt. « Oh que oui. Je serais même une gentille cliente qui te proposera que du bonheur et du plaisir.» C’est sur qu’avec moi, il serait tranquille. Pas besoin de feuilleter son code ou autre bouquin de droit.

D’habitude, je lui aurais sortit la réplique qui tue tout. La réplique qui lui aurait fermé son petit clapet et j’aurais été tranquille. Mais là, il avait décidé de faire son chantage. C’était bien la première fois qu’il me faisait ça. Il me détestait vraiment pour me faire une telle chose. Heureusement, Oakley avait bien vu mon appel à l’aide quand je l’avais regardé. Il prend sa tête de sévère sans oublier de me faire un petit clin d’œil à l’abri du regard du patron. «Je n'ai pas besoin de me présenter il me semble. Alors voilà: vous avez le choix entre laisser partir Mlle Princeton sans faire d'histoire.. » Oakley fit glisser un billet de 50 en direction de mon patron. Celui-ci ne perdit pas une minute avant de l’attraper et de le mettre dans la poche intérieurement de sa veste. C’était horrible comme il pouvait être si accro à l’argent. L’argent, l’argent et l’argent ; voilà ce à quoi il pensait continuellement. Il n’y a pas que ça dans la vie. Mais pour lui apparemment oui puisqu’il avait le billet à une vitesse phénoménale. «Soit effectivement vous décidez de la virer. Mais sachez que dans ce cas là vous perdrez votre place vous aussi. Licenciement abusif, traitement grossier des employés et non respect des horaires de travail vous connaissez? Sans compter le gars de 19 ans dans le coin qui a de l'alcool entre les mains. Je n'ai absolument pas envie de m'en prendre à vous et je suis sûr que ça ne vous enchanterai pas non plus. Sans compter que vous ne pouvez prendre le risque de perdre votre meilleure serveuse, et de surcroît la plus appréciée par les hommes du coin. Elle a respecté ses horaires, elle est fatiguée et j'aimerai bien la ramener chez nous. Ne faites pas l'idiot.» Je retrouvais bien son côté avocat. Mon patron n’était aucunement clean et Oakley avait raison sur tous les points. Il pourrait payer énormément si quelqu’un décider de l’embêter. Personne n’avait osé dire toutes ses choses seulement, je savais qu’Oakley était prêt à le faire si cette saleté décidait de me virer. Il sait que j’aimais cette endroit. Que je suis épanouie dans mon métier. J’eu envie de sourire mais je ne le fis pas. Le patron n’avait pas l’air de rire lui. Son visage était devenu livide. Je pense qu’il n’allait pas faire le malin. « Vous m’avez convaincu. C’est bon Sharly, tu peux partir. Je te donne même un jour de congés en plus pour ton bon travail. » je fus totalement surprise. Il venait de m’appeler Sharly et non pas Princeton. Et puis, il me donnait un jour de congés en plus. Et bien, le truc d’Oakley avait bien marché. Je ne reconnaissais même plus mon patron. Je crois que maintenant, il allait se tenir à carreaux avec moi en sachant que mon fiancé pouvait lui faire un procès. « Merci, Monsieur. » Une fois que Mon Cher patron reprend sa place derrière le comptoir. Je me tourne vers Oakley avec un grand sourire. « Tu as été merveilleux. Merci. Sans toi, je ne crois pas que j’aurais pu lui tenir tête cette fois-ci surtout face à un tel chantage. » Je lui attrape la main la serre plus fort que d’habitude. Puis l’amène à mes lèvres et y dépose un délicat baiser.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Lun 30 Mai - 5:27




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



.« Et bah, c’est déjà pas mal. Car ça ne doit pas être facile de me supporter tous les jours. ». Je la regarde avec de gros yeux et me retiens de rire tellement ce qu'elle vient de me sortir me paraît complètement dénué de sens. Peut être que pour un individu complètement dénué de sentiments amoureux elle serait une plaie. Et encore je n'en suis pas convaincu. Mais certes, peut être qu'au vue de certains Sharly était insupportable. Elle a du caractère, je dois bien l'admettre, elle n'est pas le genre de fille qui se laissera marcher sur les pieds. Alors tous les gars macho à souhait qui sont persuadés que la femme n'est rien d'autre qu'une esclave en fin de compte peuvent passer leur chemin. Elle n'hésitera pas à les renvoyer balader et même à leurs lancer des remarques acerbes en plein visage juste pour voir leur réaction. Elle est un brin têtue et n'aime pas avoir tort. Donc oui, quelqu'un qui aurait horreur de se faire reprendre ou qui ne supporterait pas que sa copine ait du répondant ne pouvait pas vivre avec Sharly. Mais moi, tous ces petits défauts, j'en faisais des qualités. Quand elle me répond à mes taquineries avec un ton tranchant, ça m'amuse et ça m'incite à continuer. Quand je la vois croiser les bras et me faire un petit regard de tueuse parce que j'ai osé la contredire, je n'ai qu'une envie: l'embrasser et la serrer dans mes bras tellement elle est mignonne comme ça. Quand elle est jalouse, mon coeur fond tout simplement parce que j'aime cet excès de posséssivité. Quand je la vois gueuler et presque en venir aux mains avec un gars deux fois plus grand qu'elle parce qu'il l'a traité n'importe comment, j'en suis encore plus fier et plus amoureux. Alors non, vivre au quotidien avec elle n'est pas insupportable. Au contraire, ça m'est vital. "Oh oui tu as raison, c'est absolument horrible. Franchement tu devrais me payer pour rester à tes côtés parce que t'es une vraie plaie..! ". Elle me racontait n'importe quoi, j'avais donc le droit moi aussi de lui répliquer le même genre d'ânerie. Surtout qu'elle se doutait bien que je n'en pensais pas le moindre mot. Rien que mon regard et les gestes que j'avais envers elle suffisaient à me trahir. Si j'étais si malheureux que ça chez moi avec elle, je ne serais pas constamment en train de dire que je veux des vacances, je ne l'aurai pas demandé en mariage, je n'évoquerais pas la possibilité d'avoir des enfants avec elle, et je lui dirais encore moins que je l'aime. Parce que oui, de vraies filles insupportables j'en ai connu. Et elle c'est un vrai ange comparé à certaine. Je ne sais pas ce que je déteste le plus chez les autres nanas: leur passion dévorante du shopping qui vous force à passer des heures dans des magasins pour qu'au final elles ne prennent rien ou bien leur manie de parler sur le dos des gens dès que l'occasion se présente. Tout est toujours rapporté à la même chose: le physique et l'apparance. C'est pathétique de mon point de vue, et je ne comprends pas qu'elles ne se soient pas rendues compte que tout ce qu'elles attiraient dans ce genre de cas c'était les mecs qui ne couchaient avec elles qu'une nuit et qui les largaient au petit matin.

« Ne parle pas trop sinon demain, je vais te le prouver. ». Je savais qu'elle en était largement capable et que ça ne la dérangerait pas de me montrer ses allures de canard. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est que je ne serais pas du tout contre la voir dans cet acoutrement! Au contraire, ça me donnerait une bonne occasion de prendre une tonne de photos et de pouvoir un jour les montrer à nos enfants pour qu'ils me croient quand je leur dirais que leur mère n'est pas aussi saine d'esprit qu'ils peuvent le penser. "Mais ne te gêne surtout pas pour moi ma chérie, ça serait un vrai plaisir de te voir comme ça.". Bon, pour ma part par contre il ne fallait pas compter sur le fait que je me déguise en Donald Duck dès demain! Non pas que l'idée me gênerait, mais je me voyais mal transporter mon superbe déguisement du magasin jusqu'à chez nous. Avec la chance que j'ai, je croiserai forcément un client. Et je n'imagine même pas ce qu'il pourrait penser de moi avec un costume pareil sous le bras. Je ne sais pas si c'est une question d'égo ou pas, mais je ne verrais pas d'inconvénient en revanche à ce qu'on me voit avec un accoutrement de super-héros. C'est beaucoup plus virile, et après tout le parallèle avec ma profession est nettement plus clair: un avocat, ça sauve des vies à sa manières non? « Je suis sûr que tu arriverais à le faire. Quand tu veux quelque chose, tu réussis.».La condition féminine à cette époque était vraiment impitoyable. C'est vrai qu'en soit il valait certainement mieux être paysanne que duchesse. Le protocole et l'infime superiorité de l'homme dans ce cas de figure était frappant. Tandis que les citoyennes banales pouvaient élever la voix face à leur mari sans aucun problème. Pour les hommes par contre, il est certain qu'il valait mieux avoir une bonne situation. Je n'aurais jamais pu vivre dans les conditions des paysans. Je n'aurais pas aimé être un énorme noble qui ne fait rien de sa journée non plus. Non, moi dans l'idéal j'aurais été chevalier. Je crois que ça m'aurait vraiment passionné. Je finis par répondre à son sourire et me mordille la lèvre. "Surtout dans une situation comme celle-là ! Je me vois mal abandonner la tâche alors que j'en ai déjà déboutonné la moitié.."

Ca ne servait absolument à rien que j'essaye de nier ma jalousie. Déjà parce que ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, et aussi parce que même moi je savais que j'étais comme ça. Je n'ai jamais essayé de le cacher d'ailleurs, Sharly l'a tout de suite compris la première fois où elle s'est fait dragué devant mes yeux. Le pauvre gars n'en est pas sorti indemne puisque je me suis bien chargé de lui remettre les idées en place. Et ce soir, je prouvais à nouveau que je tenais à elle. « Regarde-toi ! Tu fais le regard qui tue tout à ce pauvre homme alors qu’il n’y est pour rien. La preuve s’affiche devant mes yeux. ». Je souris, démasqué, et arrête donc d'afficher un air sévère en direction de l'homme en question. Ca ne servait à rien, et dans le fond je ne pouvais même pas les blâmer d'être attirés par elle, puisque je la trouvais moi-même irrésistible. Je ne risquais pas de prendre sa phrase ironique de travers. Déjà, étant moi-même du genre à lui lancer des piques de temps en temps, ça serait très hypocrite de ma part de prendre mal ce qu'elle me disait. Et ensuite, je savais bien que ce n'était dit que pour me taquiner. "Bon ok, admettons que je sois un peu jaloux. Est-ce que c'est si mal que ça? " . Je savais d'une part qu'elle ne pouvait que me comprendre, et d'autre part que ce trait de personnalité ne la gênait pas, tout comme moi avec elle. On s'aime comme on est. Tenter de changer quelqu'un n'est pas une preuve d'amour, au contraire. A partir du moment où on souhaite façonner la personne avec qui on vit à l'image de notre idéal, c'est justement que ce n'est pas la personne qu'il nous faut. Bien sûr il y'a parfois des cas extrèmes, des gens qu'on adore mais qui ont un défaut tellement pronnoncé qu'on ne peut que leur conseiller de se calmer un peu. « Oh que oui. Je serais même une gentille cliente qui te proposera que du bonheur et du plaisir.». Il est clair que ça me changerait des clients désagréables qui, sous prétexte qu'ils me payent, estiment que je leur dois tout. Avec elle, je n'avais aucun soucis à me faire de ce côté là. Je réplique avec une pointe de désir dans la voix. "J'aimerais que tu me demandes d'être ton avocat sur le champ..!"

J'ai beau être un gars adorable en dehors du terrain de la justice, quand il s'agit de défendre quelqu'un je peux me montrer très désagréable. Je n'ai d'ailleurs des fans que du côté de mes clients. La plupart des avocats qui se sont retrouvés face à moi me détestent aujourd'hui parce que je suis sans pitié et que je n'hésite pas à mettre leurs propres compétences en doute pour obtenir ce que je veux. C'est un peu comme ça que ça fonctionne dans un tribunal: c'est la loi du plus fort, et par plus fort on entend plus malin. Ce soir, je faisais une démonstration gratuite à ma fiancée qui avait bien besoin d'aide. C'était assez fourbe de ma part de mettre sur le tapis toutes ces choses là: après tout si j'avais une aussi mauvaise opinion du Hip Hop Dance, je ne laisserai pas Sharly y travailler. Mais c'était pour la bonne cause: elle était crevée, et moi j'avais très envie de pouvoir l'enlacer sans que des regards de tueurs s'attardent sur nous. Mon intuition ne m'avait pas trompée, il avait pris le billet à une telle vitesse que je savais qu'il capitulerait. « Vous m’avez convaincu. C’est bon Sharly, tu peux partir. Je te donne même un jour de congés en plus pour ton bon travail. ». Je ne souris pas à l'entente de ces mots, même si j'en avais très envie. Je voulais rester crédible jusqu'au bout et ne pas montrer ni ma joie ni ma surprise. Je préférais lui faire croire que c'était la moindre des choses et qu'il devrait avoir honte de ne lui proposer que maintenant. Il retourne s'occuper de ses affaires, et Sharly se tourne vers moi avec un sourire qui fait chaud au coeur. Immédiatement, mes petites rides réaparaissent puisque je ne peux m'empêcher de faire comme elle. « Tu as été merveilleux. Merci. Sans toi, je ne crois pas que j’aurais pu lui tenir tête cette fois-ci surtout face à un tel chantage. » Elle sert ma main, et je me penche vers elle pour l'embrasser délicatement. " Il n'y a rien que je ne ferais pas pour toi..". On sort main dans la main de son lieu de travail, et on se retrouve donc sur le parking. Moi j'étais venu en taxi, mais il était fort probable que Sharly ait pris sa voiture pour venir jusque ici. Je scrutte les environs du regard, et voit enfin le fameux bolide. On s'y dirige doucement, et ma main lâche la sienne pour se poser dans le creux de son dos. Je pose mes lèvres sur son front quand on s'arrête devant le véhicule puis dis d'un ton amusé: "J'aurai bien pris le volant, mais je crois que j'ai pris trop de bières. Alors.. Malheureusement pour moi il va falloir que je prie tout le trajet pour que tu ne fasses pas de bêtises en conduisant!". Je ris, puis l'embrasse une nouvelle fois avant de me détacher d'elle et de contourner la voiture pour arriver devant la portière du passager. Il y'avait encore pas mal de monde malgré l'heure tardive, et en les voyant sortir de là, j'espérais pour eux qu'ils ne comptaient pas rentrer en voiture chez eux, c'était l'accident garanti.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Reine de pique . undisclosed desires in my heart.



MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Lun 30 Mai - 9:32



tu me manques tellement que j'ai envie
d'en crever tant ca fait mal.

«Oh oui tu as raison, c'est absolument horrible. Franchement tu devrais me payer pour rester à tes côtés parce que t'es une vraie plaie..! » Je savais qu’il se mettait à dire des choses comme ça lorsque mes paroles n’étaient pas censé à son gout. Je suis une personne franche et je sors toujours ce que je pense même si ça peut être totalement idiot ou non convenable. Au moins, la personne ne face de moi, c’est sur quel pied danser. Avec moi, ce qui est sûr, c’est que vous ne serez jamais dans le mensonge. Si je trouve vos vêtements ignobles ou votre coiffure out, et bien je vais le dire sans mâcher mes mots. Je connais parfaitement mes défauts et je sais pertinemment que les gens les détestent. Je ne suis pas du tout comme certaines filles qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Je sais que mon caractère est horrible et que parfois, je mériterais des claques. Je ne lui en voudrais pas si un jour, il me dit que je suis chiante. Parce que ça sera la vérité. Et puis, je trouve ça bien quand la personne en face de vous, vous dis quand vous êtes insupportables. Ainsi, ça permet de faire des efforts et de se contrôler. « J’espère que ton tarif n’est pas excessif parce qu’avec mon boulot de serveuse, je ne pourrais pas te rendre riche. » Etant donné qu’il jouait dans la plaisanterie, je pouvais bien faire pareil. De toute façon, je n’achèterais jamais les services d’un homme. Les filles qui se lancent là dedans, ont un sérieux avec elle-même. Comment on peut payer un homme pour qu’il soit à ses côtés. Savoir que cet homme n’a pas de sentiments et qu’il est à vos côtés juste pour l’argent. Je préfère encore rester célibataire. Certains le font et peut-être qu’ils se sentent bien comme ça. Et bien, je leur laisse tout ça. Je préfère largement ma petite vie ici à Phoenix. Une vie que je suis prête à me ruiner en me déguisant en canard. A ruiner par vraiment parce que je n’ai pas peur de ça. J’aime m’amuser voilà tout et mon entourage le sait bien. Alors je ne pense pas qu’ils seront perturbés s’ils me voyaient dans une boutique entrain de louer un costume de canard. Ça les ferait plutôt rires. «Mais ne te gêne surtout pas pour moi ma chérie, ça serait un vrai plaisir de te voir comme ça.» Et bien, il allait surpris demain. Il me prenait aux mots et bien, je n’allais pas le décevoir. Dès que j’aurais quelques minutes, j’irais en ville pour louer le parfait costume de canard. Il aurait droit un spectacle rien que pour lui : Sharly déguisée en canard. Je suis sûre qu’il allait prendre pleins de photos. Et il avait raison car ça sera la première et la dernière fois que je serais vêtue d’un costume de canard. Je suis peut-être folle mais pas idiote. Je le ferais une fois mais pas deux. Parce que ce n’est pas non plus mon grand plaisir de me déguiser en canard. Je ne répondis rien me contentant de lui faire un joli clin d’œil. Je laissais planer le mystère et c’était plutôt marrant. « Surtout dans une situation comme celle-là ! Je me vois mal abandonner la tâche alors que j'en ai déjà déboutonné la moitié.. » parfaitement raison. Ça serait vraiment idiot d’abandonner à la moitié. A l’époque, il devait parfois utiliser des manières plus radicales en coupant tous les cordages pour aller plus vite. Je l’aurais bien proposé à Oakley mais ça serait surement un costume loué. Je n’allais pas acheter un tel costume pour qu’il traine au fond de ma garde-robe. Ce n’est pas mon trip de me déguiser tous les jours en lady d’une autre époque. Je vois bien la tête de mon patron en me voyant débarqué avec une énorme robe à dentelles et froufrous. Je ne crois pas qu’il me garderait très longtemps. « Ça serait vraiment dommage. Et puis moi, je n’ai pas envie de rester dans une robe de la sorte. »

Tout être humain normalement constitué est jaloux. On déteste voir la personne qu’on aime se faire draguer par quelqu’un d’autres. C’est dans le sang, on se met complètement en colère lorsque ça arrive. C’est une belle d’amour qu’on ne peut pas laisser placer. «Bon ok, admettons que je sois un peu jaloux. Est-ce que c'est si mal que ça?» Je n’ai jamais vu ça comme mal. Il a toujours montré ce côté jaloux. La première fois que je me suis fait draguer devant ses yeux, et bien je dois dire que c’est partit en vrille. Le mec d’en face n’a pas long feu et il ressortit avec un nouveau visage. C’est comme ça qu’on se rend compte que la personne vous aime plus que tout. Lorsqu’Oakley ne se montrerait plus jaloux envers moi, là je me poserais des questions. Beaucoup de questions. « Non pas du tout. J’aime cette partie de toi tout autant que les autres. » Je ne lui demanderais jamais de changer pour moi. Et puis toute façon pourquoi je le lui demanderais, je l’aime comme il est. J’aime chacun de ses défauts et chacune de ses qualités. L’homme idéal, c’est tellement enfantin et irréel. On ne peut avoir une telle chose près de soi. Et les personnes qui pensent que c’est possible et bien il faut qu’elles redescendent toute de suite de leurs nuages pour poser un pied sur Terre. Quand on est enfant, on s’imaginait de telles choses mais quand on rentre chez les adultes, il faut savoir voir les choses d’un autre œil. «J'aimerais que tu me demandes d'être ton avocat sur le champ..!» Je lui sourie en sentant cette pointe de désir dans la voix. Je n’avais jamais eu affaire à un avocat. J’en avais vu à l’œuvre à la maison quand mes parents divorcés mais sinon, je n’en avais jamais fait appel. Tous mes problèmes, je les réglais moi-même puisqu’ils n’étaient pas très important. Oakley serait donc le premier avocat que j’engage. Le premier avocat totalement sexy à qui je ne pourrais pas résister. Je serais obligé de succomber. « Si ça ne tenait qu’à moi, ça serait là toute de suite. »

Je n’avais jamais assisté à un procès où Oakley était avocat. Je préférais rester en dehors de ça. Les procès ne sont pas une grande partie de plaisir et je ne pourrais pas rester assise à rien dire. C’est pour cela que je n’y ai jamais mis les pieds. Je préfère l’écouter me raconter tout en détails. Mais aujourd’hui, j’avais vu le Oakley avocat. J’avais toujours dis qu’il était bon, très bon. Je n’avais pas tord. On dit souvent que l’amour rend aveugle et la personne est parfaite pour nous. Mais là, j’avais vu juste. Il avait réussi avec son regard et quelques paroles à faire changer mon patron pour qu’il me laisse partir. Il était parfait et je l’avais toujours su, c’est pour cela que je ne cesse de l’encourager. Je ne veux pas qu’il est peur de se lancer. «Il n'y a rien que je ne ferais pas pour toi..» C’était à tout fait normal que je le remercie. Il m’avait sortit d’un énorme piège. Maintenant, je pouvais rentrer chez moi et en plus, j’avais un jour de congés en plus. C’était parfait. Nous allions rentrer dans notre petit nid douillet et j’allais pouvoir passer le reste de la nuit dans ses bras. C’est main dans la main que l’on sort du Hip Hop Dance. C’est un choc conséquent pour les oreilles, le paradoxe total. Le calme et le silence viennent directement nous prendre. Ce n’est pas totalement silencieux et calme, cependant ça l’est bien plus qu’à l’intérieur. Ma voiture est garée juste à côté du Hip Hop. J’arrive toujours à avoir plus. Pour cela, je suis chanceuse. J’adore ma mini cooper rouge. C’est vrai que ce n’est pas une immense voiture mais c’est la mienne, et elle est le fruit de mon travail. Au moins, je ne peux pas dire que je ne la mérite pas. «J'aurai bien pris le volant, mais je crois que j'ai pris trop de bières. Alors.. Malheureusement pour moi il va falloir que je prie tout le trajet pour que tu ne fasses pas de bêtises en conduisant!» Ah, ça non il n’allait pas prendre le volant. Il n’était pas en état avec les bières qu’il avait bu et la fatigue. Par contre, il fallait qu’il sorte sa blague. Je ne suis pas une mauvaise conductrice. La preuve, ma voiture n’a aucune griffure, aucune égratignure, aucune tonche. Je ne peux pas dire que je suis la meilleure conductrice parce qu’un jour ou l’autre, j’aurais peut-être un accident. Mais je suis prudente et je respecte les panneaux. De toute façon, il fait exprès de dire une telle chose. « Ma voiture n’a aucune égratignure, aucune bosse. Je conduis parfaitement bien. Mais si tu préféres, tu peux rentrer à pieds ou en bus, il y en a qui passe dans un quart d’heures. » Quand on s’attaque à moi, je ne me laisse pas faire. Aucune méchanceté dans mes propos. Juste de quoi lui rendre la pareil. J’ouvre la porte du côté conducteur et me glisse sur le siège en balançant mon sac sur les sièges arrières.


_________________


    Oakley and Sharly
    Je te promets mes bras pour porter tes angoisses. Je te promets mes mains pour que tu les embrasses. Je te promets mes yeux si tu ne peux plus voir. J'te promets d'être heureux si tu n'as plus d'espoirJ'y crois comme à la terre, j'y crois comme au soleil. J'y crois comme un enfant, comme on peut croire au ciel. J'y crois comme à ta peau, à tes bras qui me serrent. J'te promets une histoire différente des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://valleysun.forumsactifs.com
avatar




MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé) Mer 1 Juin - 7:38




Quand la vie devient dure, que les choses changent; le vrai amour reste inchangé



« J’espère que ton tarif n’est pas excessif parce qu’avec mon boulot de serveuse, je ne pourrais pas te rendre riche. ». Rire est devenu une réelle habitude à ses côtés. Je ne vais certainement pas m'en plaindre, parce qu'il paraît que ça rallonge la vie. Mais je ne sais pas comment elle fait pour me transmettre cette joie de vivre incroyable. Notre relation est basée sur un amour puissant certes, mais également sur notre faculté à se taquiner l'un et l'autre sans avoir peur que notre moitié ne prenne mal les choses. Bon, bien sûr, on savait s'arrêter à temps dans nos plaisanteries. Je ne me permettrais par exemple jamais d'être méchant dans mes paroles. Même pour rire. Parce que déjà je n'y arriverais certainement pas, et ensuite parce que ça serait lui montrer de l'irrespect. Je tiens trop à elle pour lui dire un jour qu'elle est "chiante". Ou alors, si j'en arrive à cette extrémité, c'est que mon amour pour elle se sera effrité. Je m'en fou comme de ma première chemise de ce que peuvent penser les autres sur son caractère. Ils pourraient me dire qu'elle est imbuvable, que je finirai par me lasser ou qu'elle me rendra fou, je n'y prêterais pas attention. Même si c'est elle qui me le dit d'ailleurs. Elle est trop humble pour se décrire objectivement. Elle se voit comme une fille avec une tonne de défauts, mais elle se trompe. Elle m'a prouvé tellement de fois sans le vouloir qu'elle était différente des autres qu'aujourd'hui je ne me retourne même plus sur une fille avec de belles formes dans la rue. Pourtant avant de la connaître je ne me gênais pas pour le faire. Je n'en ressens plus le besoin à présent, j'ai trouvé la personne avec qui je veux passer le reste de mes jours. Je continue de jouer le jeu, adorant ça. Je me mordille la lèvre inférieure en ne la quittant pas des yeux, puis me penche à son oreille. Jene pouvais pas dire à voix haute ce que je comptais lui suggérer, il valait mieux que je lui chuchotte. « Tu sais, j'accepte également qu'on me paye en nature.. Je dis ça sans aucune arrière pensée bien sûr! ». La tentation était trop grande pour que je résiste à l'envie de lui sortir ça. Heureusement, je n'étais pas non plus ce genre de gars. Pourtant, autour de moi, j'en vois un sacré paquet d'avocat qui n'hésitent pas à profiter de la situation désespérée de leurs clientes pour leur proposer des arrangements immoraux. Je peux comprendre qu'un homme se sente seul et qu'il ait besoin de compagnie, mais pas de cette manière là. En plus, la plupart ont une belle alliance sur leur main gauche. Un monde d'hypocrites et d'obsédés, voilà dans quoi je vivais au quotidien. C'est dur de se faire respecter dans de telles conditions, quand on ne partage pas leurs valeurs. Je ne raconte pas à Sharly tout ce que je peux voir, parce que j'aurai trop peur qu'elle s'imagine qu'un jour je puisse devenir comme ça. C'est assez embarassant de constater que l'être humain puisse être si faible et surtout si lâche. J'ai envie de vomir à chaque fois que je vois mes collègues se pavaner avec leurs femmes à leurs bras, tout sourire. Mais le pire, c'est de se dire que la plupart de ces "pauvres" épouses sont au courant. Ce qui les retient? Le fric. Parce qu'il n'y a que ça qui compte à leurs yeux. C'est vrai qu'en tant qu'avocat, on est censé gagner plus que la plupart des gens, surtout avec un peu de notoriété. Ce que je viens de prouver avec le chèque de cette femme qui est venue me voir. Seulement, jamais je ne resterai avec quelqu'un pour ça. Et avec Sharly, je sais que ça ne serait pas le cas non plus. La preuve la plus flagrante c'est tout simplement sa présence ici. Si elle ressemblait à toutes ces mégères avides d'argent, elle m'aurait tout de suite dit qu'elle resterait à la maison n'ayant pas besoin de ramener un salaire pour qu'on puisse vivre correctement. Mais non, elle aime travailler et elle aime également se savoir indépendante. « Ça serait vraiment dommage. Et puis moi, je n’ai pas envie de rester dans une robe de la sorte. ». Amusé, je lève les yeux au ciel. C'est tout à fait elle ça: les robes de princesses ce n'est pas son grand trip. Elle est de nature beaucoup plus simple que ça, à tel point qu'elle reste dans la salle de bain presque autant de temps que moi.

J'ai le sang chaud, ça je le sais. Ce que je ne sais pas par contre c'est la raison pour laquelle je suis tant impulsif. Est-ce que c'est mon caractère profond ou bien est-ce un trait de personnalité que j'ai développé dans mon enfance au contact de ma mère et de mon frère? Quand on est victime d'une telle injustice, et que tout ce qu'on a c'est de la répartie, on développe forcément un peu d'agressivité quand on s'en prend à nous. Ma mère n'a pu me faire du mal que jusqu'à mes treize ans environs. Après c'est devenu beaucoup plus compliqué pour elle, parce que j'avais appris à me défendre, et j'avais prit des muscles. Alors oui, il ne faut pas trop me chercher, et il faut encore moins s'en prendre à ma fiancée ou pire: essayer de la mettre dans son lit. « Non pas du tout. J’aime cette partie de toi tout autant que les autres. ». Heureusement pour elle, je ne suis pas complètement jaloux. Je ne le suis que pour de bons motifs, pas dans l'excès. Parce que ça deviendrait vite invivable pour elle d'avoir un homme qui la suit à la trace et qui manque de confiance en elle. En tout cas moi ça me rendrait fou de savoir qu'on m'espionne constamment de peur que je n'aille voir ailleurs. Quand on voit toutes ces pauvres filles à la télévision qui racontent leur vie et qui en plus de ça sont fières d'avoir trouvé un bon moyen pour filer leurs maris on ne peut qu'avoir pitié. Pitié à la fois pour leur compagnon qui a une sorte de gestapo sur le dos, et pour elles-même. Elles doivent être tellement obsédés par l'idée qu'il puisse les tromper qu'elles ne doivent sûrement pas dormir sur leurs deux oreilles. « Hum.. Je ne suis pas sûr que tu l'aimeras le jour où mon poing attérira dans la figure d'un prétendant ou d'un ex à toi. ». Je n'avais pas besoin de préciser que par "ex" je sous-entendais Dwayne. Depuis qu'elle avait évoqué son retour en ville, et surtout les raisons qui l'avait poussé à le faire, je priais pour ne pas croiser son chemin. Parce que je savais pertinamment que le jour où je le verrais, l'un de nous deux n'en finirai pas indemne. Ca peut paraître ridicule ou même exageré, mais c'est plus fort que moi. Dans ce genre de cas on ne raisonne pas, on se contente d'agir. Je ne me sens pas menacé par cet indicidu, et en soit je n'ai rien à lui prouver, seulement je le déteste. « Si ça ne tenait qu’à moi, ça serait là toute de suite. ». Je lui souris et l'embrasse discrètement sur la joue, il était évident que moi aussi je sauterais sur l'occasion immédiatement si je le pouvais. Néanmoins, j'espère vraiment qu'elle n'aura jamais besoin de faire appel à un avocat. Même si elle serait en sécurité avec moi.

J'étais plutôt fier de moi sur ce coup, et c'est peu dire. Ca me rendait vraiment très heureux d'avoir réussi à lui faire décrocher un jour de plus de congés. Certes pour elle, mais surtout pour nous deux. Après autant de jours passés l'un sans l'autre, je trouve qu'on mérite amplement d'avoir du temps rien que pour nous. Ca sera la parfaite occasion de se retrouver, de parler mariage. Evidemment, ce n'est pas pour autant que j'en perds mes vieilles habitudes: il a fallut que je fasse un commentaire très macho sur sa façon de conduire. Ca m'a toujours fait rire qu'on critique les femmes pour leur conduite, parce qu'au bout du compte ceux qui ont les accident les plus graves ce sont bien les hommes. Et puis en plus, j'ai déjà vu Sharly à l'oeuvre une centaine de fois, et elle n'est pas du tout maladroite. La plupart des filles conduisent non pas dangereusement, mais avec un manque de précision certain. Il suffit de voir comment elles se garent. Mais ce n'est pas le cas de ma fiancée. « Ma voiture n’a aucune égratignure, aucune bosse. Je conduis parfaitement bien. Mais si tu préféres, tu peux rentrer à pieds ou en bus, il y en a qui passe dans un quart d’heures. ». La bouche grande ouverte, je prends un air choqué et indigné. Puis je croise les bras. «Ouch! Tu n'oserais pas me laisser comme ça! ». Puis je souris et ouvre la portière, me glissant à l'intérieur. Avant d'attacher ma ceinture, je l'embrasse à la comissure de ses lèvres. « Tu es la meilleure conductrice que je connaisse. ». Une fois attaché, j'affiche une mine réjouie. Réjoui de pouvoir enfin rentrer chez nous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé)

Revenir en haut Aller en bas

It's good to be Home.. <3 Sharly (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: West Phoenix :: Hip Hop Dance-